Comment le Covid-19 va massivement digitaliser l'économie

 |   |  680  mots
(Crédits : DR)
LE MONDE D'APRES. Avec la crise sanitaire actuelle, le digital innerve désormais l'ensemble de nos activités quotidiennes. Cela est-il amené à durer ? Comment les marques peuvent-elles gagner notre confiance sur le long terme ? De l'importance de miser sur un digital raisonné. Par Jean-René Boidron, CEO de Kameleoon

Ce qui apparaissait il y a encore un mois comme une situation inédite dans une province reculée du territoire chinois est désormais notre réalité quotidienne. Aucunement préparés, nous nous retrouvons désormais confinés et privés de libertés élémentaires que nous n'imaginions même pas pouvoir être remises en cause. Même si la santé de la population et de nos proches est naturellement notre première préoccupation, c'est aussi un coup très dur porté à nos entreprises dans une économie mondiale qui tourne à présent au ralenti.

Dans un paysage économique sombre, les activités digitales sont en croissance, voire explosent. Et pour cause : sans transition, notre quotidien professionnel, personnel, celui de nos enfants se digitalise. Nous n'avons pas le choix. Le digital supplante de facto - voire remplace tout court - le canal physique et devient l'unique souffle vital des organisations : retail, banque, assurance, administrations, etc.

Tout d'abord, le télétravail. Aujourd'hui, 8 millions de salariés français travaillent à distance en mode collaboratif via les outils numériques. Les événements professionnels se transforment en webinaires. Le monde du travail mesure en grandeur nature ses avantages : moins de contraintes liées à l'espace ou au temps, réduction des coûts économiques et environnementaux.

Ensuite la télémédecine : la situation aussi inédite qu'exceptionnelle fait tomber les réticences de consulter un médecin à distance pour un diagnostic ou un suivi tout en nous permettant de jouer notre rôle de citoyen confiné : limiter les risques de contagion, désengorger les hôpitaux et le 15. Un retour en arrière serait-il envisageable ?

Côté éducation, enseignants comme écoliers prennent désormais tous acte que la connaissance peut aussi en partie s'acquérir très efficacement et de manière parfois ludique à travers des exercices en ligne, des vidéos ou des tutoriels. Les esprits qui seraient encore réticents aux nouvelles formes d'apprentissage auraient-ils encore gain de cause demain ?

Dans le secteur du retail, l'activité des sites e-commerce alimentaire, culture et loisirs, de puériculture ou autres a explosé. Les Drive ont vu leur activité augmenter de 300%. Cette crise sanitaire convertit un grand nombre de clients des points de vente physiques en e-consommateurs. Reviendront-ils à leurs anciennes habitudes ?

Une des questions la plus souvent posée sur les plateaux télé et dans les journaux ces derniers jours : est-ce que cette crise sanitaire, une fois passée, va changer nos habitudes sociétales, notre façon de voir le monde, notre rapport à la nature, etc. ? Ceux qui ont déjà traversé des moments de rupture (1968, 1973, 2000, 2008) sont unanimes pour répondre : pas grand-chose !

Une chose est certaine en revanche : cette crise va définitivement faire basculer nombre de nos actes quotidiens du physique au numérique parce que plus rapides, plus simples et moins chers. Certes, la digitalisation de nos vies était déjà bien lancée mais la situation actuelle ne laisse plus aucun autre choix à tous les individus dans leurs actes quotidiens - de citoyen, de salarié et de consommateur - que de passer par la case « digital ».

Pour tous les acteurs qui offrent des biens et des services, c'est une opportunité. Mais à une condition : que les consommateurs leur accordent leur confiance. Celle-ci passe évidemment par les protections réglementaires déjà en place avec le RGPD. L'assurance de respecter la vie privée et ne pas profiter de la valeur des données clients pour les monétiser est essentielle.

Dans la société post Covid-19, nous verrons sans aucun doute l'accélération de ce monde toujours plus digital et notamment pour les entreprises dans leurs relations avec leurs clients et prospects. Pour s'y préparer, nous avons le devoir en tant que fournisseur de technologie web de construire un « digital raisonné ». Un web qui apporte un service et une expérience de qualité tout en protégeant les données personnelles. C'est la seule voie qui pourra garantir la confiance sur toute la chaîne et la bonne santé de nos économies digitales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :