Comment le metaverse va changer l'industrie de demain

OPINION. Les possibilités offertes par le metaverse sont loin de se réduire aux domaines du jeu et de la socialisation. C'est surtout en tant que facilitateur technologique que les retombées en termes de création de valeur et d'innovations seront les plus importantes, si certaines conditions sont réunies. Par Benoit Peyrichout, cofondateur d'Oceans.ai.

4 mn

Le metaverse repose sur les technologies suivantes : réalité augmentée (ex. : objets 3D qui viennent s'intégrer dans une pièce), réalité virtuelle (simulation d'un environnement en 3D existant dans le monde physique), blockchain, 5G, IOT (connexion d'objets physiques à internet), industrie 4.0 (qui correspond à la convergence du monde virtuel avec les objets réels) et intelligence artificielle.
Le metaverse repose sur les technologies suivantes : réalité augmentée (ex. : objets 3D qui viennent s'intégrer dans une pièce), réalité virtuelle (simulation d'un environnement en 3D existant dans le monde physique), blockchain, 5G, IOT (connexion d'objets physiques à internet), industrie 4.0 (qui correspond à la convergence du monde virtuel avec les objets réels) et intelligence artificielle. (Crédits : Reuters)

Le metaverse va fondamentalement changer la manière dont l'économie fonctionne. Les grands acteurs financiers l'ont bien compris. AXA Investment Managers a lancé il y a quelques semaines son fonds thématique sur le metaverse. Il se compose d'environ 250 titres répartis en quatre catégories : jeu, socialisation, travail et facilitateur technologique. Jusqu'à présent, une grande partie de l'attention suscitée par le metaverse s'est concentrée sur les deux premières catégories (jeu et socialisation). Mais c'est en tant que facilitateur technologique que les retombées en termes de création de valeur et d'innovations seront certainement les plus importantes. Certains parlent de « metaverse industriel ». C'est la même idée.

Des applications industrielles nombreuses

L'objectif est de simuler des expériences ou des phénomènes dans le monde virtuel afin de pouvoir apporter une réponse aux problèmes du monde physique. L'exemple le plus emblématique est certainement celui de Nvidia, société cotée américaine spécialisée dans les processeurs graphiques, l'intelligence artificielle et qui a un pied dans le metaverse. En décembre dernier, le PDG du groupe, Jensen Huang, a annoncé vouloir créer un jumeau numérique de la Terre capable de prédire le changement climatique en utilisant l'intelligence artificielle. Ce n'est pas un projet qui pourrait aboutir à court terme. Il faudra peut-être au moins dix ou quinze ans de recherche et d'investissements. Mais supposons que Nvidia réussisse. Cela pourrait permettre d'anticiper et de prévenir les changements climatiques qui vont survenir sur le monde physique, aux entreprises de s'adapter, aux assureurs et à tous les acteurs économiques.

D'autres applications sont possibles. Chez Oceans.ai, nous ambitionnons de créer d'ici quelques années un metaverse qui puisse permettre d'anticiper et de prévoir l'impact de la corrosion sur les infrastructures énergétiques, par exemple. La corrosion, au sens large (aussi bien les pipelines, les conduites de gaz, les infrastructures routières, etc.) a coûté près de 84 milliards d'euros à la France en 2019. C'est l'équivalent de 3,5 % du PIB. Si nous pouvions mieux anticiper la dégradation des matériaux sous l'effet de l'environnement, cela permettrait de réduire les coûts engendrés ainsi que les risques et de renforcer la sécurité des biens.

Dans le même ordre d'idée, Boeing est en train de créer son propre metaverse interne reposant sur des jumeaux numériques afin d'éviter les erreurs de conception sur ses avions. Boeing cherche également à perfectionner la maintenance et l'inspection de ses aéronefs. Le groupe américain utilise les données de maintenance actuelles et historiques et a développé un algorithme d'apprentissage automatique qui, si le projet aboutit, pourrait anticiper les points de fragilité à surveiller sur les avions en priorité. Ce n'est toutefois pas une tâche aisée.

Réglementation et complexité du traitement des données

Le metaverse repose sur les technologies suivantes : réalité augmentée (ex. : objets 3D qui viennent s'intégrer dans une pièce), réalité virtuelle (simulation d'un environnement en 3D existant dans le monde physique), blockchain, 5G, IOT (connexion d'objets physiques à internet), industrie 4.0 (qui correspond à la convergence du monde virtuel avec les objets réels) et intelligence artificielle. L'accès aux données est la clé du succès pour cette dernière. On a coutume de dire que dans l'intelligence artificielle il y a besoin d'importants volumes de données. C'est vrai. Mais ce qui n'est pas souvent mis en avant, c'est que la qualité des données (données continues et cohérentes, par exemple) est encore plus primordiale. Cela permet notamment de créer des systèmes d'exploitation servant d'ossature aux jumeaux numériques que nous avons évoqués.

La qualité des données n'est pas une fin en soi. Il convient également d'avoir à l'esprit tous les besoins en matière de confidentialité des données et les réglementations, encore disparates, qui s'appliquent ici et là dans ce domaine. Contrairement à ce que nous pourrions croire en Europe, nous sommes chanceux. La réglementation va dans le bon sens. Début avril, le Parlement européen a adopté des règles plus souples afin de faciliter le partage des données (intermédiaires neutres pour agréger les données, incitation pour que les acteurs publics partagent leurs données, etc.). Cela devrait permettre de favoriser le climat d'innovation autour de l'intelligence artificielle et donc autour du metaverse. Enfin, ce dispositif devrait être complété prochainement par une loi concernant l'usage des données générées par les objets connectés (actuellement en discussion au niveau des Etats membres). C'est un point également crucial pour l'industrie.

Canaliser des fonds

L'enjeu désormais est de canaliser les fonds du private equity davantage vers les thématiques d'innovation dans l'industrie. C'est un challenge en France où les levées sont essentiellement dominées par le segment fintech et, dans une moindre mesure, par la medtech. Dans bien des cas, seul le corporate venture capital (fonds détenus par des grands groupes industriels) avec la Banque Publique d'Investissement (BPI) en appui sont présents. C'est insuffisant si on veut réindustrialiser la France et multiplier les filières d'excellence. Souhaitons que l'actuel locataire de l'Elysée s'attaque à ce sujet également.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 06/05/2022 à 11:57
Signaler
Ca va changer qu ont aura encore.moins de main d oeuvre .. et plus de personnes dans leurs canapés

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.