COP21 : un Traité, mais à quel prix ?

 |   |  801  mots
Bjorn Lomborg au Bourget, où se tenait la COP21
Bjorn Lomborg au Bourget, où se tenait la COP21 (Crédits : DR)
Pour une baisse des températures très limitée, le traité fera 1000 à 2000 milliards de dollars de PIB en 2030. Par Bjorn Lomborg, directeur du Copenhagen Consensus Center et professeur adjoint au Copenhagen Business School. Bjorn Lomborg commente chaque jour l'actualité de la COP21 pour La Tribune

Après deux semaines, une quantité innombrable de rhétorique politique, et beaucoup de négociations à huis clos, nous avons un traité. Bien que les activistes se réjouissent aujourd'hui de l'aboutissement de ce sommet, le Traité de Paris n'aura que très peu d'impact sur la hausse des températures moyennes de la planète.

Le Traité de Paris promet une limitation de la hausse des températures à 2°C. Cependant, les promesses engagées actuellement sont très loin de permettre la réalisation d'un tel objectif. Il est largement admis que pour maintenir la hausse des températures en dessous de 2°C, nous devons réduire nos émissions de CO₂ de 6000 gigatonnes (Gt).

 Selon les estimations du secrétariat de la CCNUCC, si chaque pays réalise ses promesses de réduction entre 2016 et 2030 dans la mesure possible et qu'il n'y ait aucune « fuite de carbone », les émissions de CO₂ seront réduites de 56 gigatonnes en 2030.

L'équation est simple : en se cantonnant à un scénario invraisemblablement optimiste, le Traité de Paris élude 99% du problème.

 Dire que ce traité nous mènera à ces 2°C relève au mieux d'un effet de manche cynique, qui s'appuie sur un vœu pieu. C'est comme si on s'engageait un régime amincissant, et qu'on déclarait la victoire après la première salade.

 Extraordinairement coûteux

Le Traité de Paris sera extraordinairement coûteux. C'est probablement le traité le plus coûteux de l'histoire de l'humanité.

A la lumière des meilleurs modèles économiques individuels et collectifs, approuvés par des comités de lecture, le coût total de ce traité - qui se traduira par un ralentissement de la croissance du PIB due à une hausse des coûts énergétiques - atteindra 1000 à 2000 milliards de dollars par an à partir de 2030.

Un fonds pour l'innovation, la meilleure chose

 Nous sommes bien plus redevables à la planète - que ce soit en termes d'amélioration des solutions pour tacler le changement climatique, ou en termes d'amélioration de la pertinence de l'utilisation des ressources de la planète. La meilleure chose que soit ressortie de cette conférence de Paris a été l'annonce de la création d'un fonds pour l'innovation des énergies vertes initié par Bill Gates en association avec des investisseurs privés et des gouvernements, incluant l'Australie, les États-Unis, le Brésil, le Canada, la Chili, la Chine, le Danemark, l'Allemagne, la France, l'Arabie Saoudite, la Suède, la Corée du Sud, et les Émirats Arabes Unis. C'est une excellente initiative. J'ai plaidé en faveur d'un plus grand financement de la R&D verte depuis près de 10 ans. Et bien que la R&D verte nécessite encore bien de plus de financement, ce fond représente ce qui va réellement nous permettre de faire la différence pour le climat.

 Rendre l'énergie verte compétitive

Tant qu'il n'y aura aucune avancée capable de rendre l'énergie verte compétitive en soi, il est fort improbable que nous puissions réduire massivement nos émissions de carbone.

Au regard des technologies actuelles, l'idée selon laquelle la réduction des émissions de carbone ne génèrera aucun coût, ou pourra même générer une hausse de la croissance économique, ne tient pas la route. Tous les modèles économiques ont démontré la présence réelle de coûts. Si réduire les émissions de gaz à effet de serre n'impliquait aucun coût, nous n'aurions pas besoin du Traité de Paris : chaque pays se serait rué volontairement vers la réduction des émissions de carbone et se serait enrichi.

 Une aide climatique mal ciblée

Autrement, l'accord sur le financement de l'aide climatique à hauteur de 100 milliards de dollars constitue un bien piètre moyen pour aider les pays en voie de développement. Les citoyens de ces pays ont clairement fait entendre que c'était la priorité politique qui leur importait le moins. Et l'aide climatique apportée par la distribution de panneaux solaires offre de maigres bénéfices comparée à des aides plus pertinentes et moins coûteuses, comme le financement de la vaccination, de l'éducation des filles et du planning familial. Dans un contexte où des milliards d'individus manquent de nourriture, de soins de santé, d'eau et d'éducation, leur distribuer des panneaux solaires serait tout simplement immoral.

L'initiative de Bill Gates pour l'innovation est une bonne nouvelle, et la seule voie qui nous permettrait de commencer réellement à nous attaquer aux 99% du problème climatique délaissés par la COP21.

Après Paris, je plaiderai en faveur d'un plus grand financement de la R&D verte. Le financement nécessaire s'élève à environ 100 milliards de dollars par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2015 à 14:43 :
Après l'échec des mécanismes de contraintes (Kyoto), Paris fait le pari de la confiance. Pas sûr que cela marche mieux. L'alternative : la fiscalité. Mais attention, pas une usine à gaz de type prix du CO2. Une simple taxe progressive et différenciée par pays sur les hydrocarbures.
a écrit le 13/12/2015 à 21:07 :
Intéressant comme article mais finalement tres pessimiste. Le probleme essentiel est la. Pression humaine qui augmente et donc consomme !
a écrit le 13/12/2015 à 19:33 :
COP 21
je vois avec stupéfaction que distribuer des panneaux photo voltaïques est immoral

POUR alimenter deux puits par forage pour deux villages au burkina faso ,alimentation pour recharge téléphone,éclairage des Ecoles et alimentation en eau des personnes et des jardins ,il a fallu 3 anset 30000€ dont 10000 POUR les panneaux .
Association Rhône Alpes des Nations Unies...
a écrit le 13/12/2015 à 19:00 :
ARCHII FAUX !!! Une fois de plus La Tribune devrait au moins lire, à défaut de savoir analyser, les documents que ce lobbyiste patenté de Lomborg a l'habitude de manipuler pour dénigrer les COP en faveur des pollueurs producteurs d'énergies fossiles qu'il représente habilement depuis longtemps !! Page 45 paragraphe 203 et suivants : "According to the AR5 global cumulative CO2 emissions after 2011, for a likely chance of keeping global average temperature rise below 2 °C... should be limited to less than 1,000 Gt CO" Et pour arriver à ce résultat, comme les documents présentés le rappellent, entre 2020 et 2050 c'est une baisse nécessaire de 66%, soit en cumulé moins de 2,2% de réduction des émissions par an. La technique de Lomborg consiste à saluer l'initiative de Bill Gates puisqu'elle ne demande aucun engagement ni suivi régulier etc à l'encontre des pollueurs !! Habile mais totalement idiot car c'est au contraire comme on le sait par expérience, que tout le monde constate et admet (sauf les pollueurs évidemment), le cumul d'engagements et d'innovations, entre autres, et de maximum d'actions multiples et par le plus grand nombre, qui va permettre d'atteindre des résultats. Comble de la rigolade avec Lomborg et le responsable de sa publication à La Tribune, il n'y a jamais eu autant de recherches et de chercheurs dans le monde sur le thème de l'énergie qu'actuellement !! Il veut y ajouter 100 milliards de $ par an, ce n'est pas moi qui m'en plaindrait ! mais si la recherche n'était qu'une question d'argent et si Lomborg connaissait Bill Gates, ce dernier entre autres pourrait lui rappeler comme de nombreux développeurs et par ailleurs scientifiques réputés dont je pourrais citer plein de noms, que ce n'est en aucun cas l'argent qui à l'origine lui permettait ses avancée (pour mémoire en 68 dès l'âge de 13 ans à Seattle) !! Ce n'est pas aussi simple en R&D. Heureusement que les intervenants des 195 pays représentés sont plus malins que Lomborg sinon dans 5 ans avec lui et La Tribune il fait 50°C à Copenhague qui sera toutefois sous l'eau !! Enfin sa rubrique nous a bien fait marrer tous les jours c'est déjà cà ;o)))
a écrit le 13/12/2015 à 17:45 :
@ BONSOIR : Quelle belle blague. Cette petite sauterie coute combien à la FRANCE pas grave M. HOLLANDE a trouvé son financement augmenter les impôts comme à son habitude toute les nouveauté de HOLLANDE abaisse de plus en plus le pouvoir d'achat des FRANCAIS mais de cela HOLLANDE s'en moque du moment que la misère de le touche pas ! Combien de millions de français vivent sous le seuil de pauvreté mais de cela nos politicards, tous partis confondus, s'en moquent ! combien de familles avec enfants dorment dans la rue mais de cela HOLLANDE et les politicards s'en moquent du moment que l'argent coule à flot dans leur poches s'en moquent . Quant à cette fumisterie de COPE 21 une blague les CHINOIS et les Américains S'EN MOQUENT. LA FRANCE non de toutes manières il ni a plus d'industrie (4 000 000 de chômeurs au minimum) M. OBAMA félicite HOLLANDE pour le "succès" de cette pantalonnade mais c'est normal le Maître accourt à la rescousse de son caniche bien mal en point et un petit plus pour les sondages cela ne peut faire de mal. Dans dix ou vingt ans nous en seront au même problème la pollution à part des bobos ecolos de gauche qui font une fixation sur les véhicules diesel (comme son ALTESSE AVEC LE NUTELLE Mme la maire de PARIS devraIt aller consulter un psychologue) en oubliant volontairement que les voitures sont équipées de filtres à particules mais elle oublie la navigation traversant la SEINE les moteurs des bateau fluviaux fonctionnent au diesel lourd beaucoup plus polluant que les voitures et la navigation aérienne tous des rigolots si ce n'était pas nous els travailleurs qui payons la facture pour ces bons à riens !
Réponse de le 13/12/2015 à 19:15 :
La "sauterie" comme vous dite coûte 180 millions d'euros pris en charge en grande partie par l'ONU et la France fait notamment des bénéfices par les retombées commerciales etc des multiples personnes, ONG etc venues, des retombées dérivées et entre autres la publicité mondiale qui en découle. Donc pas de souci. Et ce n'est évidemment rien comparé aux bénéfices mondiaux au plan climatique etc si vous analysez ne serait-ce que les coûts croissants des seuls assureur au titre des catastrophes climatiques. Sans parler des investissements économiques et retombées. Donc apprenez à calculer au lieu de vous acharner sur Hollande qui n'était que peu présent à la COP21 qui concernait pour la première fois dans l'histoire 195 pays engagés dans le même sens, un superbe challenge.
Réponse de le 20/05/2016 à 21:00 :
vous avez tout a fait raison ce monsieur hollande se dit le sauveur du monde ,mais a que prix ??
a écrit le 13/12/2015 à 14:20 :
" Il est largement admis que pour maintenir la hausse des températures en dessous de 2°C, nous devons réduire nos émissions de CO₂ de 6000 gigatonnes"
N'importe quelle personne ayant un bagage scientifique peut affirmer que ce genre d'information n'est absolument pas fiable car pour mener un calcul permettant d'établir un lien entre émission de CO2 et hausse de température, il faudrait établir un modèle mathématique extrêmement complexe dont la validité soit vérifiée par l’expérience. Par ailleurs il faudrait tenir compte du fait que la dissolution du CO2 dans les océans varie en fonction de la température, que la température des océan est aussi hétérogène que la météo à l'échelle de la planète, que le dégel des terres gelées dans les zones arctiques libère du CO2, ce à quoi s'ajoute les cycles climatiques à l'échelle géologique qui parfois déclenchent des variations de températures assez rapides (cycles qu'on ne sait d'ailleurs pas prévoir).
Bref scientifiquement parlant, les scientifiques ne savent pas encore grand-chose.
Par contre certains états sont passés maitre dans l'art de mentir sur leurs statistiques et ça ne va pas arranger les choses.
L'accord de la COP21 est un accord préparé par des technocrates , signé par des technocrates. Bref , du flan.
Réponse de le 13/12/2015 à 19:09 :
Le lien entre hausse des températures et émissions de C02 est fait et ne pose pas de problème scientifique particulier à analyser. Le sujet est tellement documenté et ancien, toutes les réponses à vos questions scientifiques sur : https://www.skepticalscience.com/argument.php
Réponse de le 14/12/2015 à 0:08 :
@scientifique
Je ne conteste pas l'effet de serre causé par le CO2 mais le fait qu'on soit capable de fournir une fonction mathématique satisfaisante (en terme de marge d'erreur) qui exprime la hausse de température en fonction de la quantité de CO2 rejeté par l'homme. Et ce, malgré que ce sujet soit documenté et ancien.
Cela dit j'ai consulté votre lien qui est argumenté et intéressant.
a écrit le 13/12/2015 à 12:17 :
"en 2030"... soit, largement moins que les qe de l'ensemble des bc pour sauver les banques depuis 2008. Néanmoins, un beau gateau que les écolos n'hésiteront pas à croquer. Je VEUX en être.
a écrit le 13/12/2015 à 11:53 :
globalement ok
les ' grandes initiatives' c'est pour se donner bonne conscience!!!
c'est plus efficace que ' chacun' fasse des efforts, et qu'au lieu d'avoir des gros objectifs jamais realisables, on se donne du pragmatisme
petit proverbe lean ' how to eat an elephant? chunk by chunk'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :