Davos 2020 : comment créer une Europe plus cohérente et plus durable

 |   |  1415  mots
Martina Larkin.
Martina Larkin. (Crédits : Benedikt von Loebell / World Economic Forum via Flickr (CC BY-NC-SA 2.0))
OPINION. L'économie de la zone euro, défiant les prévisions, a fait preuve de résilience malgré les tensions commerciales et le Brexit. Les dirigeants européens doivent s'appuyer sur ces tendances positives pour définir un programme et un plan ambitieux pour la prochaine décennie, en mettant l'accent sur trois domaines clés dans lesquels l'Europe peut jouer un rôle de leader mondial : leader de l'innovation et moteur de croissance, puissance mondiale, et championne de l'écologie. Par Martina Larkin, responsable des stratégies régionales, Europe et Eurasie au Forum économique mondial (World Economic Forum, WEF).

Les plans ambitieux de la Commission européenne et de nombreux dirigeants européens en vue d'une transition vers une Europe plus numérique, plus verte et plus stratégique doivent aller de pair avec le changement des systèmes politiques, économiques et sociaux. Lorsque nous parlons de la nécessité d'un monde plus cohérent et plus durable (le thème de la 50e réunion annuelle du Forum économique mondial qui se tient du 21 au 24 janvier 2020 à Davos) et lorsque nous examinons la position géopolitique de l'Europe, il est clair que ce changement exigera un effort majeur, non seulement en termes d'alignement des agendas politiques, mais aussi de mise en œuvre, de financement et de collaboration publique-privée accrue.

On pourrait soutenir que l'offre de solutions est abondante, mais leur intégration et leur échelle font que les options durables sont encore loin d'être une réalité. La forte incitation de nombreux dirigeants européens à passer d'une position réactive à une position plus proactive, que ce soit en matière de sécurité, de défense, d'infrastructure, de technologie numérique ou de macroéconomie, montre que l'Europe devient un leader mondial plus affirmé, avec de nouvelles ambitions et un plus grand désir de souveraineté.

L'économie de la zone euro a fait preuve de résilience : elle a continué de croître, bien qu'à un rythme modéré, avec un taux annuel de 1,1 %, défiant les prévisions selon lesquelles elle subirait un ralentissement à cause des tensions commerciales et du Brexit. Les élections législatives européennes de 2019 ont révélé que les citoyens européens souhaitaient toujours rester interconnectés et répondre aux défis communs, y compris la sécurité et la défense, à l'échelle de l'Europe.

Les dirigeants européens doivent s'appuyer sur ces tendances positives pour définir un programme et un plan ambitieux pour la prochaine décennie, en mettant l'accent sur trois domaines clés dans lesquels l'Europe peut jouer un rôle de leader mondial : leader de l'innovation et moteur de croissance, puissance mondiale et championne de l'écologie.

L'Europe, leader de l'innovation et moteur de croissance

À quoi ressemblera le moteur de la croissance économique européenne au cours de la prochaine décennie ? Les dirigeants doivent s'attaquer à la croissance, à l'inclusion et à la durabilité tout en mettant à jour les systèmes de gouvernance obsolètes de la région. Les entreprises doivent être repensées pour suivre un modèle où elles contribuent à la société et où elles créent des valeurs partagées pour un large éventail de parties prenantes.

Cela soulève de nouvelles questions, par exemple : comment faudra-t-il mesurer la productivité et la performance des entreprises à l'avenir ? La définition de nouvelles normes et mesures, y compris des objectifs « environnementaux, sociaux et de gouvernance » (ESG), conformément au Manifeste de Davos 2020, sera nécessaire pour mener la transformation. De même, les décideurs politiques doivent prendre des mesures sérieuses pour s'attaquer aux sociétés divisées et aux systèmes politiques et institutions fragmentés en Europe. Une révolution de la reconversion doit avoir lieu pour donner aux citoyens les compétences nécessaires pour s'épanouir dans la quatrième révolution industrielle.

Pour rendre l'Europe compétitive, il faut également augmenter fortement ses dépenses en R&D qui, malgré une légère augmentation pour atteindre 2,07 % du PIB, talonnent les 2,1 % du PIB chinois et les 2,84 % du PIB des États-Unis. Les ressources intellectuelles et scientifiques de la région doivent s'intensifier pour transformer la croissance de l'Europe. Cela comprend : investir dans des universités de classe mondiale ; créer des institutions de recherche ; mieux relier le secteur privé au monde universitaire pour stimuler l'innovation et l'esprit d'entreprise ; et veiller à l'augmentation du financement, en particulier dans le secteur des technologies vertes.

L'Europe, puissance mondiale

L'UE doit relever plusieurs grands défis en matière de politique étrangère en 2020. La région doit réfléchir à la manière de défendre la souveraineté politique et économique de l'Europe dans un ordre mondial de plus en plus polarisé et multi-conceptuel, où la Chine, les États-Unis et la Russie cherchent tous à exercer une influence, avec pour toile de fond l'effondrement du système multilatéral. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a demandé que l'Europe « apprenne la langue du pouvoir » lors de la présentation de sa prétendue « commission géopolitique ».

En fin de compte, défendre l'intérêt de l'Europe et sa souveraineté à l'avenir repose sur son unité - sans elle, l'Europe perdra du terrain. L'influence de l'UE dans le monde a déjà été ébranlée quand la Grande-Bretagne a décidé de la quitter, quand Washington s'est retiré de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 et quand l'Europe n'a pas pu aider à stabiliser ses voisins, du Caucase et des Balkans au Sahara. Le Forum a lancé un dialogue stratégique sur les Balkans occidentaux afin de fournir une plate-forme de dialogue et renforcer la stabilité et la prospérité dans la région. Mais les dirigeants européens doivent aller de l'avant avec confiance et recentrer leurs efforts sur la réaffirmation des valeurs européennes fondamentales et sur la voie à suivre pour un ordre mondial démocratique et fondé sur des règles.

L'Europe, championne de l'écologie

Pour assurer un avenir commun, l'Europe doit continuer à diriger la transformation mondiale vers une économie inclusive, verte et neutre en carbone, conformément à l'accord de Paris. L'UE est en mesure de faire de l'Europe un leader mondial de la transition verte et d'inspirer les citoyens européens à adopter une vision, celle de devenir la première région neutre en carbone au monde d'ici 2050. Par conséquent, le « Pacte vert » européen lancé par la Commission européenne présente une opportunité historique de moderniser l'économie européenne et de revitaliser l'industrie tout en créant des emplois et une croissance à long terme pour l'Europe.

Cependant, la mise en œuvre de ce pacte doit aussi fortement tenir compte des différents points de départ des pays européens et de la nécessité de soutenir les pays dépendant fortement du charbon et d'autres fossiles. De même, les politiques vertes devraient être fermement ancrées dans les réalités sociétales et économiques des citoyens européens afin de créer le soutien populaire nécessaire pour conduire un changement transformateur à long terme et assurer une transition juste.

Cette transition ne sera pas facile et demandera beaucoup de financement. On estime les besoins de financement du pacte vert européen à 400 milliards d'euros par an au cours des 10 prochaines années. Il est clair que les sources de financement public ne suffiront pas et que la majorité du financement devra venir du secteur privé. Il sera essentiel de développer des mécanismes et des modèles de financement nouveaux et innovants pour investir les capitaux dans les actions en faveur du climat.

Enfin, le défi monumental de la transition de l'Europe est impossible à relever par les seuls gouvernements ou institutions. Cela nécessite un effort multipartite des représentants du gouvernement, des entreprises, de l'industrie et de la société civile, travaillant ensemble pour conduire le changement.

Beaucoup de ces idées ont été débattues et discutées par des membres de nos réseaux et communautés, y compris le Global Future Council sur l'Europe du Forum Économique Mondial, qui comprend des grands penseurs, des experts, des dirigeants de gouvernements et d'entreprises, des chefs d'organisations internationales et des membres de la société civile qui souhaitent contribuer au débat sur l'avenir de l'Europe. La réunion annuelle sera l'occasion de discuter davantage de ces idées et de s'assurer que le leadership européen occupe une place sur le nouveau programme.

Les dirigeants de la région et la nouvelle Commission européenne sont confrontés à une tâche décourageante : renforcer l'unité européenne en ces temps complexes tout en repositionnant l'Europe dans le monde pour faire face à une réalité géopolitique et économique très différente. 2020 marque le début d'une nouvelle décennie et c'est l'occasion pour l'Europe de défendre un monde plus cohérent et plus durable.

___

NOTE

Cet article est lié à la réunion annuelle 2020 du Forum économique mondial à Davos-Klosters, en Suisse, du 21 au 24 janvier 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2020 à 12:01 :
Une Europe plus cohérente et plus durable se voudrait moins administré par un syndic extérieur (UE de Bruxelles) ou chaque nation évolue librement, les unes par rapport au autre, en responsabilité!
a écrit le 20/01/2020 à 10:27 :
"2020 marque le début d'une nouvelle décennie et c'est l'occasion pour l'Europe de défendre un monde plus cohérent et plus durable"

Combien de gens ayant prononcé ce type de phrase, de prédiction, sont depuis morts de vieillesse svp ?

Traité de Rome: 1957
a écrit le 20/01/2020 à 9:54 :
Il ne se dit donc absolument rien d’intéressant à Davos franchement !?

On gaspille des fortunes pour ces gens là pour au final accoucher de que dalle ?

Merci de mieux chercher svp, j'espère quand même qu'ils légitiment un minimum, de façon crédible leur destruction de la planète hein.

C'est pas de l'information ça c'est de la messe !

Bon je suis allé chercher sur internet de la véritable information et vu que demain nous avons deux "guest star" à savoir Trump et Thunberg, peut-être pourrons nous enfin avoir un peu de consistance parce que les mythos européistes ne savent que nous faire pitoyablement honte.

CE publi reportage là n'élève ni celui qui l'a écrit ni celui qui l'a diffusé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :