De la crise sanitaire à la crise économique

 |  | 771 mots
Lecture 4 min.
Marc Guyot et Radu Vranceanu.
Marc Guyot et Radu Vranceanu. (Crédits : Reuters)
OPINION. Avec un recul de 5,8% de son PIB au premier trimestre, un niveau inédit depuis 1949, l'économie française enregistre la pire chute de la zone euro. Cette crise économique du coronavirus n'est pas qu'un choc de demande comme la crise des subprimes, c'est aussi un massif choc d'offre. Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, professeurs à l'ESSEC.

Selon les chiffres de l'INSEE, la croissance du PIB de la France au premier trimestre 2020 a subi un recul historique de -5,8% ce qui représente la plus forte chute depuis 1949 et le début de la publication de cette statistique. C'est un des pertes d'activité les plus lourdes de la zone euro qui connait un recul de -3,8%, avec -5,2% pour l'Espagne ou -2,5% pour l'Autriche. La chute du PIB devrait être encore plus lourde au deuxième trimestre.

Il apparaît que parallèlement à la lutte sanitaire contre le Coronavirus se dessine une lutte économique à venir pour sauver l'économie française d'une crise d'une sévérité jamais vue. A court terme se dessinent une vague colossale de faillites d'entreprises avec son corollaire d'explosion du chômage et de la pauvreté.

Comportement à la gribouille

Les deux objectifs sanitaires et économiques peuvent sembler antagonistes. En effet, ce n'est pas le virus en soi qui a créé la crise économique, c'est la façon avec laquelle le gouvernement mène sa politique sanitaire étant donné l'état des infrastructures médicales en termes de capacité d'hospitalisation et de tests, et étant donné le nombre de masques disponibles. L'ensemble des données de la situation française ainsi qu'un comportement à la gribouille sur les masques et les tests ont amené à cette situation de confinement qui dure, qui ne s'arrêtera pas le 11 mai, et qui est en train d'anéantir l'économie française en détruisant ses entreprises et notamment ses petites entreprises.

L'arrêt décidé des activités non-essentielles, le climat de peur, et la fermeture des écoles ont provoqué le ralentissement brutal de toute activité économique. Il est urgent que le gouvernement intègre cet élément et se donne comme priorité de guider les entreprises, les commerces et les services vers la reprise de l'activité avec la mise en place des sûretés sanitaires nécessaires. En effet, cette crise économique du coronavirus n'est pas qu'un choc de demande comme la crise des subprimes, c'est aussi, un massif choc d'offre.

Priorité à la restauration de l'offre

Quand le système productif est cassé ou enrayé par des surcoûts et interdictions, les efforts du gouvernement doivent porter en priorité sur la restauration de l'offre. Stimuler la demande quand la production est dysfonctionnelle non seulement ne résout pas le problème mais peut aussi potentiellement réveiller l'inflation. La hausse importante des prix des produits alimentaires au mois d'avril en est l'illustration (3,8% en zone euro).

Pour relancer l'offre, il faut que l'État s'engage sur les guides d'organisation de reprise du travail dans des conditions sanitaires suffisantes de façon à faire baisser la peur des travailleurs face à l'incertitude et leur permettre de reprendre le travail au plus vite. Pour cela il faut que l'École puisse elle aussi redémarrer pour que les parents n'aient plus la charge de la garde des enfants.

Dans ce contexte, il serait dangereux que certains syndicats jouent la surenchère sanitaire et profitent de la situation pour prouver leur capacité à bloquer la production. Une telle approche est de nature à précipiter des entreprises fragilisées à la faillite et pourrait pousser le chômage vers les 20% de la population active. Le cas d'Amazon France est une triste illustration de cette dérive. Ses dépôts français sont fermés, ses employés sont sur le bord de la route et l'activité d'Amazon en France se poursuit à partir de l'Espagne et de l'Allemagne.

Les effectifs ne pourront pas être maintenus

Bruno Le Maire et Muriel Pénicaud semblent avoir pris la vraie mesure de la crise. Le soutien aux entreprises solvables mais à court de liquidités doit être renforcé. Les mesures de chômage partiel qui avaient du sens à la fois pour le soutien de la demande mais aussi pour la possibilité de repartir vite pour les entreprises doivent être amendées pour moins de générosité, pour ne pas devenir une incitation au non-travail. Il devient de plus en plus clair que les entreprises ne pourront pas maintenir les effectifs dans les mois à venir. Garder fictivement dans les effectifs des personnes qui ne retrouveront pas leur emploi n'a pas de sens d'autant que certains secteurs vont manquer de main d'œuvre du fait des restrictions de circulation et de la volonté de redévelopper en France certaines industries. Ainsi il faudrait renforcer le soutien aux chômeurs, notamment l'aide à la formation professionnelle et à la mobilité.

L'heure de la crise sanitaire aiguë est passée, il est temps pour le gouvernement de s'attaquer résolument à la récession corona.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2020 à 19:10 :
Le confinement, c'est partout : s'il y a récession, ce n'est pas la faute du gouvernement, c'est la faute à pas de chance.
Mais c'est tellement plus tendance de critiquer et de donner des leçons.
Et, bien sûr, il vaut mieux faire du chômage que de l'inflation : protéger les rentes d'abord !
Et quel manque d'imagination pour le jour d'après ! alors que l'on pourrait faire comme après mai 1968 : l'économie est repartie bien vite après deux mois d'arrêt presque total, parce qu'on a augmenté le Smic de 30%.
On doit pouvoir en faire autant avec les salaires de tous ceux qui se sacrifient : infirmières, ambulanciers, salariés de l'agroalimentaire et de la distribution, du nettoyage, éboueurs, policiers, postiers, guichetiers, pompiers etc... ?
On remontera les prix après, comme ça tout le monde paiera pour eux, et ça ne sera que justice.
Bref : simple et de bon ton.
a écrit le 03/05/2020 à 9:32 :
Nous avons une crise sanitaire qui entraine une crise économique viendra le temps du chaos social et de la crise politique, éviterons nous la guerre ?
Réponse de le 03/05/2020 à 10:20 :
Une guerre contre qui?
Réponse de le 03/05/2020 à 13:07 :
Comme le confinement provoque des phénomènes mentaux :
Déjà il y a induction des métiers de santé contre ceux du CAC 40
Ensuite induction des citoyens contre l’organe de santé autoritaire en France et contre les hauts fonctionnaires coincés
Plus vers une guerre civile( interne , risque potentiel ) qu’une guerre externe

Tout ces pseudos - conflits viennent de la gestion calamiteuse de cette pandémie...

Conclusion : calmons nous , il faut rester «  rationnel «  et demander aux soignants de pas garder les choses pour eux et d’exprimer , ne pas avoir peur , car nous savons comment est le système et je pense que les soignants sont doublement victimes de ce contexte et c’est pour ça que les soignants doivent militer pour que les tests sérologiques soient facilités à toute la population comme ça nous éviterons les cas graves il faut interdire le flicage de la population et il faut protéger nos policiers de ce virus aussi , bref ensemble vers «  le haut « 

Notre but commun : convaincre le gouvernement d’établir un plan cohérent :

Mettre les écoles en suspend jusqu’à la rentrée prochaine ´
Reprise pour certains travailleurs avec test et masques ...
Faire tout doucement...
a écrit le 02/05/2020 à 20:58 :
Les chiffres de la bourse sont bidouillés depuis de nombreuses années , les gains de cette année sont transférés, d’une autre manière , mais l’opinion publique croit que les dividendes ne sont pas prises ..
le monde vivait à crédit depuis juillet 2018 , la récession aurait eu lieu même sans cette pandémie, ainsi que les licenciements de masse sans le coronavirus...
Donc cette pandémie «  est une aide «  pour faire passer la pilule
Les populations du monde ont enrichi des «  personnes très puissantes de ce monde « 
Aujourd’hui, ils n’ont plus besoin de population, ils appellent ça la «  sélection de Darwin « 
Alors qu’en réalité tout est «  artificiel « et «  programmé « 
  même s’ils font croire que «  c’est naturel «  Ou «  c’est une évolution « 
Oui une évolution, uniquement pour «  eux «
a écrit le 02/05/2020 à 16:23 :
et pendant ce temps les gavés ponctionnaires qui ne servent à rien vont continuer à vivre comme si de rien n'était !!!
a écrit le 02/05/2020 à 16:02 :
Ce qui provoque de l'inflation c'est le confinement :
- obligation d'acheter chez le commerçant le plus proche = fin de la libre concurrence entre distributeurs
- obligation d'acheter les produits qui se vendent le mois. Les grandes marques sont rationnées ou indisponibles, d'où l'obligation de se rabattre sur des marques de distributeurs, des marques inconnues et des produits bio, souvent moins bons = fin de la libre concurrence entre fournisseurs.
- augmentation des prix. Comme par hasard les produits que je suis contraint d'acheter chez le distributeur du coin ont augmenté de 15 %.
C'est donc peut-être une crise d'offre, mais c'est aussi une mise à mort de la concurrence et de la liberté de choix des consommateurs.
L'étape inepte suivante serait de bloquer les prix (un cauchemar qu'on croyait oublié depuis R. Barre) comme on peut déjà le constater avec les masques.
Bref : COMMENCONS PAR DECONFINER. on verra après s'il y a récession, inflation, stagflation, etc.
a écrit le 02/05/2020 à 15:07 :
Cette pandémie est pour « sauver l’économie mondiale de la récession « 
qui s’était déclaré au moins 6 mois avant cette crise sanitaire et maintenant économique
Maintenant, ils ont « un prétexte «
pour licencier en masse
a écrit le 02/05/2020 à 12:26 :
Donc , si j’en crois ces auteurs ...l’inflation serait plus insupportable que l’appauvrissement généralisé de nos concitoyens.
Bref...la politique de la calculette doit être réinitialisée.
A situation singulière, mesures singulières.
Il faut faire fît de nos certitudes et sortir des sentiers battus.
Comment?.
En évitant les poncifs , progénitures de la paresse intellectuelle consanguines des élites.
a écrit le 02/05/2020 à 11:00 :
Il y a quelques années Fillon avait dit que la France était en faillite, c'était pas vraiment faux , maintenant c'est sûr on est en liquidation judiciaire et banqueroute, il faut nommer un syndic et un administrateur judiciaire.
Réponse de le 02/05/2020 à 11:28 :
Oui mais un petit bémol : dette de la France environ 3000 milliards d'euros et avoirs financiers des ménages 5300 milliards d'euros je crois. En cas de faillite on ne se sert pas sur les avoirs disponibles ?
a écrit le 02/05/2020 à 10:32 :
Assurer une demande c'est un retour a la réalité, repartir sur l'offre c'est envoyer du rêve, pour retourner au même cauchemar!
a écrit le 02/05/2020 à 10:16 :
Notons quand même que cette crise majeur est due dans sa plus grande partie à l'hypocrisie générale concernant ce virus qui n'est pas comme les autres, que l'on peut attraper plusieurs fois et donc si au lieu de nous faire croie qu'ils sont vachement forts et donc de nous laisser entre les mains de la cupidité des laboratoires pharmaceutiques ils nous aveint dit dès le début la vérité à savoir que ce virus n'est pas comme les autres, qu’on peut l’attraper plusieurs fois et que donc nous sommes condamnés à le contracter à un moment ou à un autre dans notre vie, on aurait mit de côté les personnes à risque, limité les déplacements et rassemblements humains et point fin.

Mais non le réflexe classique de la classe dirigeante de nous cacher la vérité a généré ce chaos.

Ah si Nietzsche voyait l'état catastrophique de notre classe dirigeante actuelle...
a écrit le 02/05/2020 à 10:13 :
La plupart des gens ont beaucoup trop peur de cette pandémie. Le confinement va apporter d'énormes problèmes économiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :