Décider, c’est risquer

LE TRAVAIL DANS TOUS SES ÉTATS. Qu'est-ce qui rend le fait de trancher parfois si ardu ? Petit tour du côté de quelques biais qui freinent notre prise de décision. Par Karine Aubry, coach de dirigeants et managers, auteure.

3 mn

Photo d'illustration. Pour accepter le saut dans une part d'inconnu, mieux vaut ne pas considérer la décision comme irréversible.
Photo d'illustration. Pour accepter le saut dans une part d'inconnu, mieux vaut ne pas considérer la décision comme irréversible. (Crédits : DR)

Diriger, serait-ce décider ? Après tout, on appelle bien « décideurs » ceux qui sont aux commandes de l'entreprise. De fait, les responsabilités ouvrent le privilège de faire des choix au nom d'un collectif. Un apanage du pouvoir qui peut aussi devenir un cadeau empoisonné. En effet, hésiter, réfléchir seul faute de pouvoir se confier, tergiverser... c'est payer un lourd tribut en stress ou en insomnie à la déesse Décision. À l'instar de tel dirigeant qui ne dort plus, taraudé par une réponse qu'il doit donner : accepter ou non l'entrée au capital d'un investisseur. Ou de telle autre qui tourne et retourne dans sa tête les pour et les contre avant de recruter ce chef d'équipe. Mais qu'est-ce qui rend le fait de trancher parfois si ardu ? Petit tour du côté de quelques biais qui freinent notre prise de décision.

Accepter la part d'inconnu

Premier point, s'acharner à prendre la « bonne » décision rend le geste plus difficile. Car comment décider gagnant à coup sûr lorsque, par définition, la décision comporte une part d'inconnu ? En cela, la décision se distingue du choix. Décider, c'est trancher sans avoir tous les éléments. Et plus l'arbitrage touche à des enjeux importants, plus on hésite. Alors, peser le pour et le contre ne suffit pas toujours. Il reste à se lancer sans certitude ni garantie. Voilà le fait des entrepreneurs ! Écouter son intuition, accepter de se tromper mais franchir quand même ce Rubicon. Heureusement, décider, ça se muscle. Pour celui qui tergiverse, chaque prise de décision effective et imparfaite enclenche malgré tout un cercle vertueux : plus il décide, plus il renforce sa capacité à rebondir, si cela ne se passe pas comme souhaité, et à décider de nouveau. En définitive, il s'entraîne à prendre des décisions « suffisamment bonnes » et à en gérer les conséquences.

Ensuite, pour accepter le saut dans une part d'inconnu, mieux vaut ne pas considérer la décision comme irréversible. Certes, décider, c'est s'engager dans une voie à défaut d'une autre. Se pose alors la question du demi-tour : était-il impossible ou trop coûteux ? La décision serait alors un engagement vers l'irrévocable. Mais, à bien y regarder, peu de décisions ont un caractère totalement irréversible. Les dés sont jetés mais il y aura d'autres tours, d'autres parties. Autant d'occasions de décider encore ! Ainsi, une autre manière de peser ses options sera de les considérer à l'aune des demi-tours possibles. À défaut de savoir quelle est la meilleure route, vérifions lesquelles offrent des bretelles de sortie.

Prise de distance

Enfin, statuer devient une vraie gageure si votre tête est sur le billot. Associer l'issue de sa décision à sa valeur personnelle, c'est jouer gros. Imaginez : vous manquez un recrutement et vous rendez votre badge de DRH ; vous optez pour la mauvaise stratégie de développement et vous renoncez de vous-même à la direction de l'entreprise.

Non, décidément, « rater n'est pas être un raté », explique Charles Pépin dans son livre Les Vertus de l'échec (Allary éditions). Distinguons-nous de nos prises de décision. Prenons la distance propice au pilotage de notre activité. Nous n'en serons que plus lucides au moment de prendre d'inévitables risques. À défaut, nous pouvons renoncer à décider et la décision se prendra sans nous. Cela peut être confortable si l'on est prêt à céder sur le cap ou la destination mais cela ne nous mène pas toujours là où l'on voudrait. Comme le dit la chanson : tu veux ou tu veux pas ?

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 13/11/2019 à 11:33
Signaler
Je dirais mieux... risquer, c'est décider!

à écrit le 13/11/2019 à 8:36
Signaler
Vous avez entièrement raison de faire ce type d'article étant donné que la financiarisation de l'économie a remplacé les décideurs par des comptables dont le mode de fonctionnement est opposé à la prise de risque. ET de ce fait ce sont les notions mê...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.