Décider, c’est risquer

 |   |  616  mots
Photo d'illustration. Pour accepter le saut dans une part d'inconnu, mieux vaut ne pas considérer la décision comme irréversible.
Photo d'illustration. Pour accepter le saut dans une part d'inconnu, mieux vaut ne pas considérer la décision comme irréversible. (Crédits : DR)
LE TRAVAIL DANS TOUS SES ÉTATS. Qu'est-ce qui rend le fait de trancher parfois si ardu ? Petit tour du côté de quelques biais qui freinent notre prise de décision. Par Karine Aubry, coach de dirigeants et managers, auteure.

Diriger, serait-ce décider ? Après tout, on appelle bien « décideurs » ceux qui sont aux commandes de l'entreprise. De fait, les responsabilités ouvrent le privilège de faire des choix au nom d'un collectif. Un apanage du pouvoir qui peut aussi devenir un cadeau empoisonné. En effet, hésiter, réfléchir seul faute de pouvoir se confier, tergiverser... c'est payer un lourd tribut en stress ou en insomnie à la déesse Décision. À l'instar de tel dirigeant qui ne dort plus, taraudé par une réponse qu'il doit donner : accepter ou non l'entrée au capital d'un investisseur. Ou de telle autre qui tourne et retourne dans sa tête les pour et les contre avant de recruter ce chef d'équipe. Mais qu'est-ce qui rend le fait de trancher parfois si ardu ? Petit tour du côté de quelques biais qui freinent notre prise de décision.

Accepter la part d'inconnu

Premier point, s'acharner à prendre la « bonne » décision rend le geste plus difficile. Car comment décider gagnant à coup sûr lorsque, par définition, la décision comporte une part d'inconnu ? En cela, la décision se distingue du choix. Décider, c'est trancher sans avoir tous les éléments. Et plus l'arbitrage touche à des enjeux importants,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2019 à 11:33 :
Je dirais mieux... risquer, c'est décider!
a écrit le 13/11/2019 à 8:36 :
Vous avez entièrement raison de faire ce type d'article étant donné que la financiarisation de l'économie a remplacé les décideurs par des comptables dont le mode de fonctionnement est opposé à la prise de risque. ET de ce fait ce sont les notions même de risque, de prise de responsabilité qui ont été anéanties.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :