Diriger dans l'incertitude : philosophie de la sérendipité

 |   |  1162  mots
(Crédits : Andrew Winning)
Selon les derniers canons du management d'entreprise, il faut être disruptif, ou mourir. Vraiment ? Par Jean-Baptiste Canivet, directeur associé de la startup Stig.Pro.

Désormais sur toutes les lèvres, l'innovation disruptive s'est érigée en ambition suprême des entreprises. Il faut être disruptif, ou mourir. Une injonction qui se conjugue dans un contexte d'optimisation des moyens de tous bords et de recherche de rentabilité immédiate. On ne peut pourtant pas toujours être disruptif et d'ailleurs, le faut-il vraiment ? L'innovation de rupture serait-elle forcément plus porteuse que l'innovation du quotidien ?

Ce sont pourtant les innovations ordinaires et les avantages concurrentiels, qui permettent de hisser de nombreuses entreprises sur leurs marchés. Ce prétendu impératif de disrupter à tout prix s'accompagne de difficultés d'anticipation croissantes pour les gouvernants de plus en plus contraints de naviguer à vue dans un monde mouvant.

Pourtant, l'Histoire prouve que les grands progrès comme les petites révolutions émanent souvent de découvertes accidentelles, d'expérimentations « gratuites », d'explorations périphériques... Ce processus s'appelle la sérendipité. Cet état d'esprit et son aspect désintéressé, peut-il s'appliquer à l'entreprise, royaume du ROI systématique, pour innover au jour le jour, saisir l'air du temps et favoriser la créativité, face à l'impermanence et à la difficulté de planifier ?

La sérendipité, qu'est-ce que c'est ?

L'un des concepts favoris des anglosaxons, "serendipity", est introduit dans le langage en 1945 par le sociologue américain Merton, et n'entre dans le Larousse en français qu'en 2012. Il désigne le fait de trouver quelque chose qui n'était pas initialement prévu par la recherche, et d'en tirer parti. Une sorte de hasard heureux, qui ne relève pas uniquement de la chance, puisqu'il est provoqué par une démarche quelconque, et s'associe à une certaine sagacité pour en tirer le bénéfice.

Nombre de grandes découvertes ne sont pas nées de fulgurances créatives, mais issues de ce processus qui mène à trouver ce qu'on ne cherchait pas à l'origine : de la tarte tatin retournée par erreur, à la pénicilline dont les propriétés antibiotiques sont observées à partir de la moisissure, en passant par le viagra initialement conçu pour traiter les angines de poitrine et dont un effet secondaire en deviendra la vertu principale... Ce fut également le cas de la grotte de Lascaux trouvée par hasard par des adolescents. La découverte, encore sans valeur historique, arrive aux oreilles du préhistorien Henri Breuil réfugié dans la région, qui s'y attardera pour en révéler le trésor archéologique. Plus récemment, les lunettes permettant de rétablir la perception des couleurs pour les daltoniens sont nées d'un projet de mise au point de lunettes de protection laser initialement destinées aux chirurgiens.

Le cas le plus connu de découverte par sérendipité -qui n'en est finalement pas vraiment un- reste la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, parti à la conquête des Indes : il mourut certainement sans réaliser qu'il avait trouvé un nouveau monde.

La sérendipité dans l'entreprise

Ces histoires de ratages réussis, de trouvailles fortuites, sont riches d'enseignements pour les organisations. Elles permettent de relativiser l'inattendu et d'appréhender l'aléa autrement qu'une menace. Comment se servir du désordre apparent comme outil de prospective ? Si, par définition, on ne peut pas maîtriser la sérendipité, peut-on créer un cadre favorable dans l'entreprise ? Comment ne pas passer à côté d'une découverte ou d'une innovation ? Une phrase du philosophe indien J. Krisnamurti dit : « On ne peut inviter le vent, mais il faut laisser la fenêtre ouverte ». La sérendipité n'est pas une méthode, elle n'est pas une stratégie, mais une attitude à ancrer dans la culture d'entreprise.

Avant toute chose, il est indispensable d'instaurer un management propice à responsabiliser les collaborateurs, en fixant le cap de l'organisation de façon précise sans être restrictif (ses ambitions et valeurs fondatrices), et en mobilisant l'intelligence collective.

La condition sine qua none à la sérendipité est une certaine dose de liberté : les managers doivent sensibiliser les collaborateurs et éveiller leur curiosité notamment sur l'extérieur. En effet, toute découverte issue de la sérendipité est le fruit d'une quête, d'un mouvement initial. A l'entreprise de l'impulser, en offrant aux collaborateurs davantage de latitude pour explorer les sentiers hors des tâches attribuées et des objectifs immédiats. Cela peut se concrétiser par un temps consacré, comme chez Google, qui alloue 20% du temps de travail des salariés à une initiative de leur choix. Ils peuvent ainsi approfondir une idée qui les intéresse personnellement sur leur temps de travail, en contrepartie, l'entreprise s'octroie les innovations réalisées dans ce cadre pour les intégrer à son offre. Aux Pays-Bas, les chercheurs ont pour tradition de consacrer leur vendredi à des recherches personnelles. Dans certains instituts d'études avancées, on réunit des chercheurs en leur demandant d'innover, provoquant ainsi un foisonnement entre disciplines diverses et parfois très éloignées.

Second préalable indispensable : la communication. La configuration des nouveaux espaces de travail peut favoriser le partage afin que la créativité rencontre l'expertise, avec les espaces de co-working, flex-offices, et zones communes de détente. Les nouvelles technologies sociales jouent un rôle essentiel pour que ce partage soit fertile : c'est précisément la communication de non-initiés à un expert, qui a permis à la grotte de Lascaux d'être révélée pour ce qu'elle est. Utilisables hors de l'entreprise, ces outils prolongent le brainstorming en échappant au cadre de référence du bureau, et concourent à plus de porosité entre les champs d'explorations personnelles et l'entreprise.

Pour que cette émulation soit féconde, reste à savoir repérer les opportunités qui en émergent. Louis Pasteur disait : « La chance ne favorise que des esprits préparés ». L'entreprise doit mettre en place une écoute permanente et alerte, pour saisir les fruits de ces expérimentations, identifier et accueillir ce "hasard heureux", pour l'articuler avec ses intérêts ou en déceler le nouveau potentiel. Une politique de recrutement qui introduit de la diversité au sein de l'entreprise, lui permettra de s'entourer d'esprits affûtés, des profils parfois atypiques.

Enfin, il est important que l'entreprise soit capable de se remettre en question pour se réorienter, lorsque le potentiel d'une découverte est supérieur, pour son développement.

Il s'agit de sortir d'une logique de planification, pour privilégier une approche d'opportunités. Paradoxalement, c'est en sortant d'une vision court-termiste que l'entreprise trouvera le chemin le plus court vers l'innovation. Un savant équilibre de stratégie et d'improvisation face aux éléments, de liberté et de contrôle, lui éviteront, à l'instar d'un Christophe Colomb, de passer à côté, qu'il s'agisse de grandes conquêtes ou de petites trouvailles. Ces dernières demeurent de précieuses alliées dans nos économies matures où ce sont souvent les services associés et les petits "détails" qui font toute la différence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2018 à 9:29 :
Une bonne analyse, merci.

Mais vu l'état cérébral lamentable de nos propriétaires d'outil de production, on voit mal comment ceux-ci sont en capacité de se remettre en question surtout en néolibéralisme dans lequel les milliardaires sont massivement subventionnés par l'Etat.
a écrit le 26/08/2018 à 16:51 :
Qu'est ce qu'une entreprise; un cours de philosophie? Qu'est ce que la philosophie, une vaste entreprise!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :