Entreprises, il est temps de passer de la parole aux actes !

 |   |  1354  mots
(Crédits : DR)
OPINION. A l'occasion des Universités d'été de l'économie de demain qui a lieu les 3 et 4 septembre, 1.000 entrepreneurs dont l’impact social et environnemental est au cœur de leur modèle, participent aux Universités d’été de l’économie de demain pour accompagner en 5 ans 25% de l’ensemble des entreprises françaises à se transformer concrètement. Par le Collectif Nous Sommes Demain

La prise de conscience de la responsabilité de chaque entreprise dans la crise sociale et écologique est sans précédent : chacun a un rôle à jouer dans la résolution de cette crise, et au premier chef desquelles les entreprises.

Chaque jour les chefs d'entreprises réaffirment leur engagement, dans une alliance en marge du G7 pour réduire les inégalités, dans les déclarations du Business Roundtable avec 181 dirigeants américains engagés pour intégrer des objectifs sociaux et environnementaux dans leur gouvernance, dans l'instauration par la Loi PACTE d'une raison d'être dans les statuts des entreprises, ou dans l'évaluation des risques climatiques qui concerne aujourd'hui 90% des entreprises du CAC 40.

Mais pouvons-nous nous limiter à des engagements philanthropiques et à des politiques de responsabilités sociales et environnementales à la marge pour créer cette nouvelle économie inclusive et verte ? Non.

L'intégration d'une démarche de Responsabilité sociétale des Entreprises a permis de questionner la gouvernance des entreprises, mais cette responsabilité demeure dispersée, hétérogène entre les entreprises du fait de l'absence d'indicateurs communs. Bpifrance estime que seules 26% des PME ont entrepris une démarche RSE structurée dans un plan d'action précis, alors que 80% des dirigeants de PME se sentent responsable du bien-être des employés, de la vie sociale locale ou du respect de l'environnement.

Malgré l'existence de la RSE, l'urgence est telle que la transformation dans la durée ne sera possible que par l'existence de synergies entre tous les acteurs économiques et d'accords autour d'un nouveau modèle de développement économique durable. Les citoyens, les jeunes, les salarié.es, les consommateurs, sont prêts à encourager un changement profond des entreprises et qu'ils attendent des engagements concrets sur les conditions et le bien-être au travail (à 48%), sur la rémunération et le partage de la valeur créée (à 36%) et sur leur politique environnementale (à 35%)(**).

Nous devons donc trouver un cadre commun et transparent pour les entreprises qui souhaitent s'engager et mesurer l'impact de leurs actions, loin du green et social washing. Transparence sur le mode d'organisation, de fabrication, de redistribution des bénéfices, mais aussi sur la qualité environnementale des produits, sur le traitement des fournisseurs ou sur la part donnée à l'emploi inclusif : nous, les entrepreneurs engagés notamment issus de l'ESS, mais aussi du "Made In France", du commerce équitable, de l'économie circulaire, du Bio, ou des circuits courts, mettons en place depuis ces années des actions concrètes dans cet objectif, qui ont aussi fait notre succès.

Il est de notre rôle de pionnier de faire adhérer toutes les entreprises à ces principes, à ces nouveaux indicateurs, et de rassembler entreprises, ONG, associations et pouvoirs publics pour ensemble les promouvoir. Il est de notre rôle de pionnier de participer à l'élaboration d'un cadre clair, d'un chemin pour l'ensemble des entreprises françaises afin qu'elles puissent se transformer durablement, et qu'elles soient encouragées à le faire, valorisées pour cela. Car aujourd'hui, il est impossible de déceler vrais engagements des campagnes marketing, de déceler le vrai du faux dans les multiples labels...

C'est pourquoi nous nous sommes réunis pour proposer des actions concrètes pour accélérer la transformation sociale et environnementale des entreprises autour de quatre enjeux :

  • Le partage des richesses, avec une stratégie financière éthique, fondée sur des modes de gestion équitables et transparents (transparence des écarts de rémunération, échelle de rémunération proportionnée, garanties sur les conditions de travail et partage de la valeur des sous-traitants et partenaires)
  • Le partage du pouvoir, en instaurant un principe de gouvernance éthique avec une transparence décisionnelle, une parité de genre et de hiérarchie dans les instances de décisions et l'intégration de l'entreprise dans son écosystème territorial
  • L'impact Social, en revendiquant un rôle sociétal dans son cœur de métier, en interne vis-à- vis de ses salariés et en externe avec des services et produits inclusifs notamment en direction des personnes les plus fragiles (précarité, handicap, seniors...)
  • L'impact environnemental, en engageant une véritable transition en matière d'éco-consommation et d'éco-conduite, dans l'entreprise et auprès de ses parties prenantes (majorité de fournisseurs dans un rayon de 150 à 1.500 km, plus de produits éco-conçus, moins de production de Gaz à effet de serre, réduction des emballages)

C'est 25% des entreprises françaises qui pourrait s'engager sur ces actions d'ici 5 ans, avec un effet de levier considérable sur l'ensemble de l'économie. Car la France a un temps d'avance sur ces sujets, avec un secteur de l'économie sociale et solidaire fort (10% du PIB), de nombreux territoires engagés pour la création d'entreprises à impact, une finance solidaire d'une envergure inédite en Europe, un engagement inédit pour l'inclusion dans l'emploi et la possibilité pour toutes les entreprises d'étendre son objet social pour intégrer une mission sociale et environnementale.

Mais si nous ne prenons pas la mesure que nous devons faire converger toutes celles et tous ceux qui luttent pour une autre économie en créant un référentiel commun et en se donnant des objectifs partagés, les mêmes causes produiront les mêmes effets, et nous perdrons ce temps d'avance.

Nous sommes déterminés et convaincus qu'aujourd'hui, nous avons une opportunité historique de faire changer l'économie rapidement. Alors face à l'alignement des planètes sur le discours, nous appelons toutes les entreprises françaises à s'aligner sur des actes en participant les 3 et 4 septembre aux Universités d'été de l'économie de demain, et en rejoignant le collectif #noussommesdemain.

____

(*) Le collectif Nous Sommes Demain

  • 1. Fredéric Bardeau, Président Simplon.co, co-fondateur collectif NousSommesDemain
  • 2. Thierry Beaudet, Président de la Mutualité Française
  • 3. Jean-Marc Borello, Président du Groupe SOS
  • 4. Pascal Demurger, Directeur Général de la MAIF
  • 5. Blaise Desbordes, Directeur Général de Max Havelaar France
  • 6. Cécile Duflot, Directrice générale de OXFAM France
  • 7. Emery Jacquillat, Président de la CAMIF et de la communauté des entreprises à mission
  • 8. Jonathan Jérémiasz, Président du Mouves
  • 9. Jean Moreau, Président de PHENIX, co-Président de FEST
  • 10. Pierre Minodier, Président du CJD
  • 11. Jérôme Saddier, Président de ESS France, Vice-Président du Crédit Coopératif
  • 12. Eva Sadoun, Présidente de Lita.co et de France Eco Sociale Tech
  • 13. Hugues Vidor, Président de l'UDES
  • 14. Amandine Albizzati, Présidente-Directrice Générale d'Enercoop
  • 15. Pierrick De Ronne, Président de Biocoop
  • 16. Jean-Christophe Combe, Directeur Général de La Croix Rouge
  • 17. Guillaume Gibault, Président du Slip Français
  • 18. François Dechy, co-fondateur de Baluchon
  • 19. Thibault Renaudin Délégué Général Bleu Blanc Zebre
  • 20. Julie Stoll, Directrice Générale de la Plateforme du Commerce Equitable
  • 21. Hugues Sibille, Président du Labo de l'ESS
  • 22. Philippe Jahshan, Président du Mouvement Associatif
  • 23. Françoise Bernon, Directrice Générale du Labo de l'ESS
  • 24. Virginie Seghers, Présidente de Prophil
  • 25. Jacques Huybrecht, Président d'entrepreneurs d'avenir
  • 26. Bernard Horenbeek, Président de La Nef
  • 27. Grégoire Ducret, Directeur de Croix Rouge Innovation
  • 28. Géraldine Plenier, Directrice Générale de Positive Planet France
  • 29. Emmanuel Rivat, Fondateur de l'Agence PHARE
  • 30. Mélanie Marcel, Fondatrice de So Science
  • 31. Cécile Leclair, Directrice Générale de l'AVISE
  • 32. Virginie Hils, fondatrice de Comptoir de Campagne
  • 33. Yann Fradin, Directeur Général de l'association Espaces
  • 34. Thibault de Saint Blancard, Co-fondateur de ALENVI
  • 35. Dominique Olivier, fondateur des fermes de Figeac
  • 36. Elisa Yavchits, Directrice Générale des Canaux
  • 37. Fabrice Poncet, Fondateur de La Fabrique
  • 38. Eric Delannoy, Directeur Général de Tenzing
  • 39. Julien Loyer, Directeur Général de Bleu Blanc Zebre
  • 40. Pierre-Alain Gagne, Fondateur de Dowino
  • 41. Jeanne Bretecher, Présidente de SOGA et Génération 2 Conseil
  • 42. Kevin André, Fondateur de Kawaa
  • 43. Sophie Danlos, Directrice Générale de Ferme d'Avenir
  • 44. Sylvain Lepainteur, Fondateur de la Conciergerie Solidaire
  • 45. Jérémie Lovenbruck, fondateur de PALANCA
  • 46. Isabelle Hoyaux, fondatrice de ScaleChanger
  • 47. Myriam Faivre, PDG de la CAE CLARA

 ** Sondage Harris Interactive-Epoka Février 2019

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :