Et si la sobriété devenait le nouveau moteur de notre économie ?

OPINION. Alors que sobriété et économie sont souvent opposées, un arrêt sur image s'impose  pour en finir avec certains préjugés et évoquer de nouvelles perspectives. Par Alain Grandjean, Associé Carbone 4
(Crédits : DR)

Les tensions énergétiques liées à la guerre en Ukraine et aux dysfonctionnements du parc nucléaire français ont placé la sobriété au centre du débat public. Incontournable pour lutter contre le changement climatique, elle semble peu à peu assimilée par les ménages et certaines entreprises : entre début octobre et mi-novembre, la consommation d'électricité a baissé de l'ordre de 5 à 7% par rapport au minimum des années avant-Covid (entre 2014 et 2019). C'est déjà le portefeuille des Français et l'économie qui en bénéficient.

Plus généralement, parvenir à la neutralité carbone en 2050 ne se traduira pas nécessairement par un recul de l'activité économique, comme le montre les quatre scénarios construits par l'Ademe - y compris le plus sobre. Cela s'explique en particulier par le renforcement programmé des emplois et de la production locale. Oui, la sobriété peut être un atout pour l'économie !

Un gain de pouvoir d'achat important

Sur le plan micro-économique, la sobriété évite les dépenses superflues. Elle représente un gain net de pouvoir d'achat comme le souligne une récente étude qui l'évalue à 1.300 euros pour les ménages respectant le plan de sobriété énergétique présenté par le Gouvernement. Un bénéfice non négligeable à l'heure où les prix de l'énergie explosent. En 2020 avant la crise énergétique, un ménage français dépensait en moyenne 2.700 euros pour son énergie (logement et carburant). Cette facture avoisinerait les 3.400 euros en 2023 (*).

Consommer moins, quand c'est possible, c'est dépenser moins et libérer un pouvoir d'achat qui peut être mis au service d'investissements, rentables à moyen terme, d'efficacité énergétique ou de passage aux énergies bas-carbone. La sobriété permet aussi de se protéger contre les fluctuations subies des prix de l'énergie et des matières premières. Il s'agit d'un gain de « résilience » qui pourrait être enrichi par un système de crédit et de financement orienté vers les entreprises et les ménages « économes ».

Pourquoi ne pas imaginer l'octroi de prêts à un taux bonifié pour les ménages les plus vertueux en matière de réduction de leur consommation d'énergie ? Le bénéfice serait ainsi écologique... et financier. Dans un autre registre, l'initiative Don de chaleur grâce à l'engagement de ses partenaires, permet de concilier sobriété et solidarité en permettant aux citoyens, de soutenir des projets associatifs avec les gains réalisés par l'ensemble des acteurs,

Être sobre et rentable, c'est possible !

Sur le plan macro-économique, la sobriété énergétique permet de réduire le déficit commercial de la France. Ce dernier s'élevait à 44 milliards d'euros en 2021 et avoisinerait les 100 milliards d'euros en 2022. La logique est simple : nous importons quasiment toutes les énergies fossiles utilisées en France (soit 65% de notre consommation d'énergie finale) et cette importation représentait déjà plus de 50% du  déficit commercial en 2021. Réduire ce déficit permettrait de se dégager des marges  de manœuvre pour investir dans la transition énergétique et ainsi créer des emplois,  par exemple dans l'isolation des bâtiments ou dans les énergies bas-carbone.

Ce raisonnement est généralisable à la sobriété dans toutes ses dimensions et certaines entreprises l'ont bien compris. Dans le secteur de l'automobile, le passage aux moteurs électriques moins énergivores constitue une opportunité pour développer des usines de batteries en France et réduire notre dépendance vis-à-vis des fournisseurs internationaux. La nécessaire réduction du poids des véhicules pourrait permettre de réduire nos importations de matières premières. Si nous consommons moins de textiles « fast fashion » et acceptons de payer un peu plus cher pour une meilleure qualité, il est possible à des industriels de relocaliser des emplois en France. Des circuits de distribution plus courts permettent aussi de valoriser l'économie et l'agriculture locale et de réduire les dépenses de transport. Manger mieux et plus équilibré est bon pour la santé et le porte-monnaie, y compris en dépenses de soin. Au total, le recul de la consommation de biens manufacturés massivement importés est compensé par les achats de biens et services locaux.

Bien pensée, en conciliant le temps court et le temps long, l'économie de la sobriété représente un horizon désirable nécessaire pour enclencher une transformation systémique alliant les intérêts de tous - citoyens, entreprises, politiques - pour une  écologie constructive.

_______

(*) Logement : augmentation de 5-15% des prix de l'énergie jusqu'en 2022, et augmentation prévue par le  gouvernement sur les Tarifs Régulés de Vente de 15% en 2023. Carburant : augmentation de 20% entre 2020 et 2022. Raisonnement à iso-consommation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 23/01/2023 à 21:04
Signaler
La baisse de la consommation conduit nécessairement à la décroissance. C'est une option a priori respectable, mais qui n'a aucune chance d'être suivie dans les pays pauvres ou même ceux dits en émergeants. De ce fait, sa seule conséquence réelle sera...

à écrit le 19/01/2023 à 22:17
Signaler
Oui je suis d'accord, ne pas acheter augmente votre pouvoir d'achat

à écrit le 19/01/2023 à 12:49
Signaler
"Moins vous dépensez et plus votre pouvoir d'achat augmente" ! ;-) On peut en déduire qu'il est plus intéressant de travailler pour soi que pour les autres afin de moins dépenser ! ;-)

à écrit le 19/01/2023 à 9:59
Signaler
"Consommer moins, quand c'est possible, c'est dépenser moins" et aussi produire moins. Nouvelle chaudière gaz, consomme 4 fois moins que l'ancienne = 300kWh économisé par an, la VMC de base 48kWh/mois, la nouvelle économe 7 fois moins = 500kWh écono...

à écrit le 19/01/2023 à 9:48
Signaler
Nos riches ont besoin de gagner beaucoup d'argent toujours plus vite pour pallier à leur pathologique cupidité, si on se remettait à penser notre économie, au lieu des aboyeurs néolibéraux, ils gagneraient forcément beaucoup moins beaucoup moins vite...

à écrit le 19/01/2023 à 9:48
Signaler
La sobriété, quel mot ridicule. La plupart des gens sont plus pauvres, que sobres. Croire que les gens qui gagnent bien leur vie ne vont pas dépenser tout leur argent est une utopie

à écrit le 19/01/2023 à 9:45
Signaler
Qui dit sobriété dit forcément décroissance et arrêter de vendre aux gens ce dont ils n'ont pas réellement besoin. Il va falloir convaincre les GAFA de reformater le cerveau des moutons dans ce sens: c'est pas gagné.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.