État d'urgence numérique : faisons de l'inclusion numérique une grande cause nationale

 |  | 1025 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
OPINION. Face à l'état d'urgence numérique, l'inclusion numérique doit devenir une grande cause nationale. Cela passe notamment par des investissements accrus en faveur de la médiation numérique. (*) Par Pierre Verlyck, directeur général de POP School, organisme de formation aux métiers émergents du numérique.

Depuis le début de la crise sanitaire, le numérique a joué un rôle vital pour maintenir les liens sociaux entre individus, permettre au Français de télétravailler, d'étudier à distance ou encore d'accéder à des téléconsultations médicales. Si notre pays et notre économie tiennent grâce à un usage accru et renforcé des outils numériques, force est toutefois de constater que l'année 2020 aura révélé l'état d'urgence numérique dans laquelle se trouvent bon nombre de nos concitoyens. Face à cette urgence tant économique que sociale, il nous revient d'agir résolument en faveur de l'inclusion numérique. Un investissement accru dans la médiation numérique permettra à notre pays de se relever et générera de nombreux bénéfices.

Lire aussi : Le confinement, révélateur de l'état d'urgence numérique français

L'exclusion numérique, un mal économique et social

Aujourd'hui en France, 13 millions de personnes demeurent encore et toujours éloignées du numérique. Confinés, ces Français auront subi une double peine, l'exclusion numérique venant s'ajouter à l'isolement physique. Cette exclusion numérique renvoie aujourd'hui à une multitude de fractures, qu'elles soient économiques, sociales ou territoriales. Elle ne saurait toutefois être réduite à une seule et unique classe sociale ou encore à certains territoires. En 2020, partout en France, des millions de Français se sentent éloignés du numérique, étrangers à sa culture, ses pratiques et ses usages et, bien évidemment, aux opportunités qui y sont associées.

Cette situation est d'autant plus dramatique lorsqu'on sait le rôle que joue le numérique dans l'accès à l'emploi. Pas moins de 41% des personnes à bas revenus n'ont ainsi jamais appris à se servir des outils numériques, selon l'enquête Capacity de 2017. Quant au cliché tenace qui opposerait une ancienne génération Minitel à une jeune génération « digital native », les chiffres répondent que 17% des jeunes âgés de 12 à 17 ans se sentent peu ou pas compétents pour utiliser un ordinateur.

Faible employabilité, isolement ou encore difficultés en matière d'accès aux droits ne sont que quelques exemples des conséquences de l'exclusion numérique. À cela s'ajoute également un malaise diffus lié à la non-maîtrise des codes et des usages d'une société numérique qui va de plus en plus vite. Un danger tant économique que social pour la France, qui doit aujourd'hui se relever de la plus grande crise connue depuis la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi : Accessibilité numérique : entre risques et opportunités pour les organisations concernées

La médiation numérique, une nécessité pour construire une société plus inclusive

Toutes les énergies doivent aujourd'hui être mobilisées pour faire de l'inclusion numérique une grande cause nationale et une réalité partout sur le territoire. Il s'agit notamment de déployer un effort massif en faveur de la médiation numérique, démarche qui permet d'autonomiser les individus et de les mettre en capacité d'agir et de maîtriser les outils et les usages du numérique.

Cela implique tout d'abord de valoriser et de reconnaître davantage le rôle joué par les médiateurs numériques. Par l'organisation d'ateliers individuels ou collectifs, le médiateur est ce professionnel qui permet de créer du lien avec le monde numérique, de favoriser la montée en compétences des bénéficiaires tout en favorisant leur autonomisation. Ces professionnels dont il faut saluer l'engagement œuvrent aujourd'hui dans une grande variété de lieux : médiathèques, centres sociaux, tiers-lieux, Espaces France Services, etc.

Cela implique ensuite d'accroître les efforts de formation pour former de nouveaux médiateurs numériques, à même d'accompagner les Français dans l'appropriation du numérique et de ses usages. Forte d'un écosystème dynamique d'organismes de formation, la France a toutes les cartes en main pour accompagner la montée en compétences de ces futurs professionnels de l'inclusion numérique.

Cela implique enfin de renforcer l'équipement numérique des Français, tant on a vu combien imprimer une attestation de sortie durant le confinement ou encore suivre l'école à domicile n'était pas une évidence pour bon nombre d'entre nous.

Lire aussi : Plan de relance : l'Europe promet 150 milliards d'euros pour le numérique

L'heure de la mobilisation collective a sonné

Dans le cadre du plan de relance, le Gouvernement a annoncé la mobilisation de 250 millions d'euros en faveur de l'inclusion numérique. Cette enveloppe budgétaire notable doit notamment permettre de former davantage de médiateurs numériques et de multiplier le nombre de lieux de proximité où découvrir le numérique.

Ces efforts ne seront pas vains. Sur un plan social, la mobilisation en faveur de l'inclusion numérique permettra de répondre en partie à l'urgence sociale dans laquelle se trouvent certains de nos concitoyens. Sur un plan économique, elle permettra d'accélérer la transition numérique de notre tissu économique, en permettant aux entreprises, TPE/PME comme grands groupes, de recruter des actifs à même d'intégrer le numérique dans leur quotidien professionnel. France Stratégie estime ainsi que former les Français éloignés du numérique permettrait de générer 2,1 milliards de gains annuels complémentaires, notamment via l'augmentation de la productivité, la réussite scolaire ou encore la diminution du taux de chômage. Cette mobilisation participera également à la redynamisation des territoires les plus fragiles ou les plus isolés.

L'état d'urgence numérique étant aujourd'hui une réalité vécue par un trop grand nombre de Français, faisons de la médiation numérique la force motrice d'une société inclusive où le numérique crée du lien et de la valeur pour tous. Acteurs de l'insertion socio-professionnelle, organismes de formation, associations de proximité, collectivités ou encore entreprises : nous avons en France toutes les énergies pour relever collectivement ce défi sociétal. Une chose est sûre, il nous faudra jouer en équipe et agir rapidement pour apporter des réponses concrètes à ces situations d'exclusion numérique qui ne sauraient durer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :