Faire de la « coopération Ville - Hôpital » une mesure structurelle de santé publique

OPINION. Le président Emmanuel Macron a annoncé, ce mardi 31 mai, une « mission flash » d'un mois afin de trouver des solutions pour résoudre la crise qui touche les services d'urgence à l'hôpital. Aujourd'hui, des centaines de milliers de libéraux sont prêts à réaliser des missions de renfort dans les établissements de santé, il est donc nécessaire de mettre en place un cadre pérenne pour favoriser ces interventions. Par Thomas Gendron, CEO de Medelse
(Crédits : DR)

Villes, hôpitaux, Ehpad, cliniques... les parties prenantes du secteur de la santé avancent aujourd'hui indépendamment les uns des autres. Si ce fonctionnement en silos a réussi dans le passé, il est aujourd'hui éprouvé. Les défis sont nombreux. Certaines urgences sont, en effet, constantes, comme les pénuries de soignants ou les déserts médicaux, malgré les politiques conjoncturelles mises en place. D'autres, marquées par des difficultés organisationnelles, sont cycliques (démissions, pertes de sens) et plus que jamais fragilisées par une crise sanitaire sans précédent.

Pour autant, des solutions existent. Reléguées à l'état de rustine, elles mériteraient d'être reconnues et pérennisées pour répondre aux enjeux de notre système de santé.

Décloisonner pour harmoniser les forces et les besoins

Les passerelles sont nécessaires pour connecter les établissements de santé, aussi bien privés que publics, aux professionnels de santé libéraux. L'objectif ? Soulager les effectifs. Les dispositifs temporels de mise à disposition de libéraux, auprès des établissements de santé publics, déployés par quelques ARS pendant la crise de la Covid-19, ont d'ailleurs démontré leur efficacité.

De plus, regardons les chiffres : sur 505 000 professionnels de santé libéraux en France*, nous décomptons 24 millions de jours de disponibilités pour des missions de renforts au sein des établissements de santé. Cela représente 4 jours de disponibilité par mois**, soit 101 000 équivalent temps plein (ETP) sur une année.

Ayons le courage politique ! Car, imaginez ce que l'on peut faire avec ce vivier de disponibilités pour solutionner les besoins de renfort des établissements de santé et notamment des services d'urgence, mais aussi des déserts médicaux.

Diversifier les carrières des générations actuelles

Enfin, les collaborations entre les secteurs répondent également aux nouvelles aspirations de notre société. Qu'il s'agisse d'enrichir leurs expériences, de travailler en équipe, de diminuer l'administratif au profit du patient... les professionnels de santé ont de nouvelles envies. Les connexions sont essentielles pour rendre le système de santé plus attractif.

C'est pourquoi, il est temps de transformer les moyens palliatifs en véritables remèdes structurels ! Simplifier l'exercice libéral et casser les frontières administratives entre le libéral et le secteur public permettra de déployer le plein potentiel et les ressources de notre système de santé.

_______

Sources :

*Répertoire ADELI- Drees, données au 1er janvier 2021.

**Enquête réalisée en septembre 2021 auprès des 20 000 professionnels de santé de la communauté Medelse.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 08/06/2022 à 9:47
Signaler
C'est quoi la solution? Appeler des médecins / soignants comme on appelle un uber en cas de besoin? Vous espérez vraiment des soins de qualité avec ça?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.