Feux de Brousse : Confinement, cadrage débordement

 |  | 527 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Jean Brousse LT)
CHRONIQUE. Ingénieur, éditeur, observateur attentif des sociétés, du monde et des gens, Jean Brousse, corrézien, bretteur de mots, a publié "Deux mois ferme", collection de ses chroniques quotidiennes du confinement. Il tiendra dans La Tribune une revue du couvre-feu devenu reconfinement, intitulée comme il se doit Feux de... Brousse.

Semaine politico-rugbystique en attendant le démarrage heureusement confirmé du tournoi des six nations. Après que le Premier ministre soit intervenu pour démentir contre toute attente l'imminence d'un énième confinement, malgré les certitudes de médias sûrs d'eux, informés « desourcesûre » par un « proche du dossier » ou par le proche d'un « conseiller d'un conseiller », le Président Macron a surgi par surprise dans le jeu au milieu d'un JT, court-circuitant ses équipiers et dans un magnifique cadrage débordement digne des légendaires frères Boniface enfonce le pack pourtant compact des tenants de la restriction, savants médiatiques et mandarins affirmatifs, et trompe les lignes arrières des ministres arrimés au principe de précaution. Superbe essai en coin de l'Élysée. La transformation sera peut-être plus difficile.

A la mi-temps, John Castex, l'entraîneur du gouvernement, vient commenter le non-événement, condamné à ne rien dire, sidéré que nous puissions partir librement en vacances, non sans rappeler quand même, que si on n'est pas sage ... Attention ! A son secours, le déluge des derniers jours dans le Sud qui n'incite guère aux promenades buissonnières. Un confinement serait évidemment périlleux dans un salon inondé par une crue insolente. Terrible histoire de l'eau et du (couvre) feu !

Les sacro-saintes courbes refusent d'annoncer une explosion générale de la contamination, variants ou pas. Seul le désordre de la campagne de vaccination, digne des manœuvres d'anthologie de la 7è compagnie, légitime l'inquiétude et la colère ambiantes.

Dans une analyse parue le 1er février, le journal Le Monde tente de décrypter « les rouages de la machine d'État » face à la méchante Covid. Pour agir, trois ou quatre ministères au moins, une mission interministérielle, « la task force vaccination », l'Agence nationale de sécurité du médicament, la Sécurité sociale, la « Direction générale de l'offre de soin », la « Direction générale de la cohésion sociale », La Direction générale de la santé, Santé publique France épaulés évidemment par une multitude d'autorités, de conseils et de comités : La Haute Autorité de santé, le Conseil scientifique Covid-19, le Comité scientifique sur les vaccins, le Conseil d'Orientation de la stratégie vaccinale, le Haut Conseil de la santé publique, le Conseil citoyen sur la vaccination et bien sur les sociétés savantes, l'Académie de médecine et l'Ordre national des médecins, eux -mêmes « accompagnés » par de nombreux et onéreux cabinets de conseil privés ... Entre autres ... il doit en manquer !

N'en jetez plus. Les intrications de ces instances suffisent à soupçonner de probables dysfonctionnements. Nous nous sommes souvent gaussés des « armées mexicaines ».
Devons-nous compter sur le magicien Dose ou la fée Mais-l'Usine ? Le Président a suggéré que, à défaut de les avoir inventés, la France serait le plus gros producteur de ces vaccins attendus, si nécessaires au monde. Et ça, ça n'est authentiquement pas rien.

En attendant une inédite Saint-Valentin, gardons soigneusement nos masques. Mardi gras et Carnaval obligent !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2021 à 8:56 :
Le confinement n'a une justification que quand il est strict à savoir quand les gens ne peuvent pas aller bosser, sauf les secteurs "vitaux" comme les entrepôts d'amazon dans lesquels les salariés sont traités comem des chiens pour un salaire de misère.

Le problème est que notre système oligarchique était déjà catastrophique avant même d'entrer dans cette crise, la cupidité de nos mégas riches n'étant pas une raison en soi de massacrer toute l'économie réelle et le pire c'est qu'ils continuent dans ce seul sens.

Mais bon tout va bien Mario Draghi, Goldman Sachs, prend la tête de l'Italie, on est sauvé...
a écrit le 07/02/2021 à 0:32 :
"Colin Maillard et Tartempion sont les rois de l'information". Cette phrase est tirée de la chanson de Dutronc "On nous cache tout on nous dit rien" ...toujours d'actualité.
"Information" pourrait être de nos jours facilement remplacé par "désinformation", et les "Rois" pourraient tout aussi bien être les "Rois des c..s".! Force est de constater que le Monde est de plus en plus peuplé et dont la proportion de "c..s" semble exponentielle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :