Feux de... Brousse : Pasteur, reviens !

 |  | 669 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Jean Brousse LT)
CHRONIQUE. Ingénieur, éditeur, observateur attentif des sociétés, du monde et des gens, Jean Brousse, corrézien, bretteur de mots, a publié "Deux mois ferme", collection de ses chroniques quotidiennes du confinement. Il tiendra dans La Tribune une revue du couvre-feu devenu reconfinement, intitulée comme il se doit Feux de... Brousse.

L'aurore jaunâtre et sombre, grise, quasi sale, se lève sans conviction ce matin de janvier. - 5° au thermomètre. Le soleil lavera vite de bleu le ciel et rosira les murs de granit de l'église . Des traces de neige se déchirent, libérant des prairies et des jardins requinqués. Le village se réveille doucement, les pains et les croissants  chauds depuis longtemps bien rangés sur les étagères du boulanger, la carotte du tabac et la croix de la pharmacie comme deux balises lumineuses rouge et verte perdues dans le brouillard ambiant sur l'artère principale. Le rideau de la supérette, reprise depuis Toussaint, se déroule ... « Ils sont sympas, les nouveaux ».

La vie surgit d'un coup. Les écoliers rejoignent l'une des trois classes, presqu'en silence : la neige amortit les échos. Pierre croise Paul sur le champ de foire. « Salut ! ». Vœux mécaniques et économes. « Il fait froid ce matin. As-tu vu la Jeanette ? ». « Bonne année », bien sûr puis le sempiternel « et surtout la santé » ! « Qu'elle soit meilleure, celle-là » revient comme une antienne ... Pourtant, hors les visages bleuis par les masques réglementaires, hors quelques cas, souvent bénins, détectés de la terrible maladie, la vie semble n'avoir pas vraiment changé ici. On ne décompte que quelques cinq cas de réanimation à l'hôpital de la préfecture, à Tulle. Les artisans sont à pied d'œuvre et s'activent. D'étranges hommes orange n'en finissent pas de déployer la fibre du désenclavement. Le boucher, souriant sous son masque, n'avouera jamais qu'il aura « fait » cette année une de ses meilleures saisons. Bonjour, Monsieur le Maire.

Le bar et le restaurant restent inexorablement clos et résignés, mais les habitués du café du matin ont eu tôt fait de briser la prohibition, et se retrouvent chaque matin pour commenter avec vigueur les matches de la veille (Brive a été sévèrement puni par le Stade Français), la bredouille de la chasse, les infos du jour, les initiatives municipales, la chronique du nième reconfinement, la nouvelle couleur des volets de la maison d'en bas - tu vois bien, juste derrière l'autre -  et les cagnottes spectaculaires emportées à « Question pour un champion », entrecoupés de blagounettes parfois osées, attrapées comme des mouches dans la toile sur les réseaux sociaux.

La Montagne, le quotidien local, titre : « Ca pique déjà ». Gel ou seringue ? Hier : « La Corrèze se vaccine », avant hier : « La Corrèze patine ». Il y a trois jours, quand les températures ont brusquement chuté, et que l'on annonçait le « plan grand froid »,  la Une affirmait : « La Corrèze se réchauffe ». Faut-il croire tout ce qu'on lit dans le journal ?

Marcelle, l'heureuse centenaire de l'Ehpad d' Arnac - Ca ne s'invente pas ! - Pompadour, sera la première corrézienne à recevoir la précieuse injection sous l'œil du photographe, de la préfète, du président du département et du sénateur, qui se fera piquer pour l'exemple, il en a l'âge. Belle alliance de façade entre l'État, les territoires et le Parlement. Est-ce aussi simple ? « Robert est sorti de l'hôpital, et la femme de François ne va pas bien ». On a découvert hier qu'un homme décédé au CHU de Limoges à l'été 2019 avait contracté la rage, mordu par une chauve-souris. Pasteur, reviens ! Dis leur, aux anti-vax.

 Bon, la foire grasse - aux foies gras - des Rois et le concours primé aux truffes se sont tenu normalement sur la « Guierle », à Brive, Samedi. Attention, la grippe aviaire revient.

Des trublions entrumpés ont envahi le Capitole, à Washington, mais c'est bien loin. Donald sera privé d'un dernier tweet. Elon Musk ravit à Jeff Bezos la première place au classement des plus riches, mais c'est dans un autre monde, pas dans l'Euromillion.
C'est l'heure ... « On n'a pas que ça à faire ». Belle journée, et à demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :