Feux de Brousse : On continue pendant les fêtes ?

 |  | 518 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Jean Brousse LT)
CHRONIQUE. Ingénieur, éditeur, observateur attentif des sociétés, du monde et des gens, Jean Brousse, corrézien, bretteur de mots, a publié "Deux mois ferme", collection de ses chroniques quotidiennes du confinement. Il tiendra dans La Tribune une revue du couvre-feu devenu reconfinement, intitulée comme il se doit Feux de... Brousse.

« Si vous voulez enterrer un problème, accouchez d'une commission ». La tournée du Père Noel restait suspendue à la mauvaise volonté des chiffres de la pandémie. Le Premier ministre la permet finalement, non sans annoncer un sérieux couvre-feu, histoire de jouer son rôle. Il eut peut être suffit d'autoriser les réveillons dans les restaurants, où les gestes « barrière » auraient été scrupuleusement respectés, et au-delà. Remercions les autorités de nous autoriser la dinde de Noel, ou peut être un savoureux confit (né). Peur des réactions à la prohibition, John Eliot Castex ?

Comptons sur nos contemporains pour dénoncer tout débordement, et comptons pour ne pas contrôler la sortie de la messe de minuit sur les forces de l'ordre, excédées et épuisées par des manifestations reconduites à l'envi depuis les gilets jaunes, couronnées de lassantes exactions dégénérescentes  apparemment inextinguibles. La police n'en peut plus, la population n'en peut plus. Le président non plus, qui finit par admettre (Brut, le 5 décembre)  «qu'il y a des violences policières si ça vous fait plaisir que je le dise » ...

Il annonce un « Beauvau de la sécurité » et une nième « Plateforme ». Un numéro vert ? Pourquoi pas un « Ségur de la police », un « Grenelle de la grenade », un « Ballard de la bagarre », un « Bercy des black blocs » ou un « Valois de la violence ». Les commissions surgissent comme des bubons sur la rigueur régalienne. On en a connu, des conseils et des machins indépendants depuis le « Grand débat » de 2018 dont les doléances - promises à l' Open Source - se sont perdues dans quelque archivage marécageux ou quelque cloud inaccessible.

La « Convention citoyenne sur le climat » a déçu ses membres pris en otage. Le « Conseil Scientifique Covid-19 » n'a pas enthousiasmé. Le mystérieux « Conseil de défense sanitaire » inquiète. A-t-on vraiment échappé à la « commission pour la réécriture de l'article 24 » et « l'instance de régulation indépendante » destinée à remplacer l'IGPN verra-elle le jour ? On songe à un « Conseil scientifique » pour trouver les futurs noms de rues issus de la diversité !

Ainsi, « le démembrement de l'État a été poussé très loin, le transformant en une sorte de Gulliver ficelé par une multitude de contre-pouvoirs lilliputiens mais incapacitants, en raison de leurs pouvoirs juridiques comme de leurs appuis politico-médiatiques (Jean Eric Schoettl, Figaro du 7 décembre) ». Le gouvernement promettait de supprimer les « Comités Théodule » dénoncés par de Gaulle. « Si vous voulez enterrer un problème, accouchez d'une commission (Clémenceau) ».

On enchaine avec le projet de loi  « sur les séparatismes », alias «confortant les principes républicains», délicatesse sémantique. Concilier respect des libertés fondamentales, besoin légitime de sécurité, lutte contre les atteintes à la laïcité et l'égalité des chances : vaste programme !

Le vaccin arrive, avec son cortège de détracteurs. « Une petite piqure pour l'homme ... », un grand pas pour... sauver 2021, alors que la mutation du virus nous rappelle que rien n'est encore gagné !

A suivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2020 à 17:29 :
"Si vous voulez enterrer un problème, accouchez d'une commission" (Clémenceau)

A mettre en perspective avec la commission européenne, les gars ils sont tellement sûrs d'eux qu'ils ne se cachent même plus. Pantoufler et encaisser les deux principales "activités" de notre classe dirigeante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :