Grand débat  : tous perdants  !

 |   |  416  mots
(Crédits : DR)
Qui a gagné au grand débat d'hier ? Pour Jean Christophe Gallien, c'est l'abstention qui tire son épingle du jeu ! Par Jean Christophe Gallien, Professeur associé à l'Université de Paris 1 La Sorbonne, Président de j c g a

Selon les chiffres de Médiamétrie, 6,3 millions de téléspectateurs en moyenne ont suivi le "Grand débat". Soit près d'un tiers des téléspectateurs de la soirée ! Une performance populaire presque incroyable tant ce long moment télévisuel fut indigeste médiatiquement et insipide politiquement. C'est la preuve du formidable appétit démocratique des français et de ce qui reste de leur espérance électorale.

Heureux ceux qui avaient choisis un autre programme ou qui avaient désertés les écrans quels qu'ils soient. Le seul parti qui a gagné hier soir est celui de l'abstention. Le débat aura encore fait grossir le nombre des hésitants voire des voire même de ceux qui ont déserté l'espace du vote.

Il ne s'agit d'accuser aucun participant en particulier sauf peut être le binôme d'animation omniprésent et beaucoup trop bavard. Le premier débat souffrait déjà de la longueur de son format. Celui-ci fut encore plus long ! Presque sans fin et finalement sans contenu réel et sans performance politique.

Finalement tout fut lissé, effacé, anesthésié

Le niveau collectif et individuel des candidats, le contenu de l'offre électorale et programmatique, les spectateurs qui se noient dans ce show en pointillé, seulement réveillé par quelques fulgurances et de trop rares échanges entres acteurs. Des candidats qui se sont tous réfugiés dans des tunnels isolés, usants, inefficaces et frustrants pour eux et pour nous. Décrochement programmé.

Les 5 du premier débat ont tous chutés. Sans exception, Benoit Hamon, Jean Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon furent tous emportés la vague scélérate. Aucun ne put incarner une résistance réelle à ce nivellement par le bas, et je ne vise aucun autre candidat non plus, juste le format fastidieux, inaudible et au final très déstabilisant pour eux et pour nous tous. Cet échec médiatique qui vient confirmer la catastrophe électorale en cours nous interpelle au delà d'une offre politique en grande difficulté : sommes nous encore un grand pays ? Avons nous un destin ? Il y a comme une déception programmée. La certitude d'un déclin qui s'impose à chacun d'entre nous en live par les écrans. Tous perdants ?

________

Par Jean Christophe Gallien

Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne
Président de j c g a, CEO de Zenon7
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2017 à 19:19 :
Quand allons-nous nous réveiller ? La rupture est devenue presque majoritaire avec cette offre politique pourtant pour partie choisie par les citoyens dans les primaires. Poursuivez ces analyses ! Pourquoi La Tribune n'ouvre-t-elle pas un flux vidéo avec vous sur ces sujets ? Nous serions nombreux à suivre et à pusher ! Cap la Tribune ?
Réponse de le 06/04/2017 à 19:24 :
Cap ! Très bonne idée ! Demandez à La Tribune !
a écrit le 06/04/2017 à 18:38 :
J'adore ce texte qui pointe certaines incohérences de la campagnes. Il ne dit pas assez les impostures tant médiatiques que politiques à la manoeuvre et qui pousse l'élection vers la catastrophe.
Réponse de le 06/04/2017 à 19:27 :
Nous pourrions écrire ensemble un livre sur ce temps des impostures et pas seulement dans les médias ou la politique. Poursuivons la conversation dans cet espace.
a écrit le 06/04/2017 à 18:38 :
J'adore ce texte qui pointe certaines incohérences de la campagnes. Il ne dit pas assez les impostures tant médiatiques que politiques à la manoeuvre et qui pousse l'élection vers la catastrophe.
a écrit le 06/04/2017 à 11:59 :
Forte analyse Jean Christophe Gallien, même si un peu brève ! On en voudrait davantage sur les significations de conclusion.
Réponse de le 06/04/2017 à 19:02 :
Merci Cata ! Rendez-vous prochainement pour aller plus loin !
a écrit le 06/04/2017 à 11:53 :
Jean Christophe Gallien, votre analyse est courte mais efficace et va à l'essentiel : que dit cette offre politique de notre pays !
Réponse de le 06/04/2017 à 19:04 :
Merci Phobe et en effet il faut élargir le propos pour comprendre l'essentiel.
a écrit le 06/04/2017 à 9:36 :
La veille bfm télé faisait un reportage sur la couleur qu'aller choisir les chaines pour le plateau, ils ne sont là que pour le spectacle et rien d'autre il faudrait quand même se réveiller c'est pas nouveau c'est la télé hein.

"Le spectacle est l'idéologie par excellence, parce qu'il expose et manifeste dans sa plénitude l'essence de tout système idéologique : l'appauvrissement, l'asservissement et la négation de la vie réelle. " Guy Debord
Réponse de le 06/04/2017 à 11:52 :
Oui total entertainment et nada mas ! mais ca flingue le débat et la camapagne avec !
Réponse de le 06/04/2017 à 11:53 :
Oui total entertainment et nada mas ! mais ca flingue le débat et la camapagne avec !
Réponse de le 06/04/2017 à 11:56 :
C'est peut-être ce qui manque dans l'ewcellente analyse de Jean Christophe Gallien : l'entertainment obligatoire des Elkrief Pujadas and co !
Réponse de le 06/04/2017 à 12:59 :
Hé oui beaucoup trop d'intellectuels font l'impasse sur cette manipulation permanente dont la télévision est le nom. Alors que arte il y a une dizaine d'années avait diffusé un reportage hallucinant concernant la façon dans la télévision nous manipule.

Avant l'apparition de la télévision il y avait 26 bars et café dans mon village, les anciennes cartes postales sur lesquelles ont voit des centaines de personnes assises à des tables disposées dans la rue principale ne manquent pas de le prouver.

Aujourd'hui il n'en reste plus qu'un pour le même nombre, grosso modo, d'habitants. On ne se parle plus et ça ne fait que conforter notre système et donc la dégradation de nos modes de vie.
a écrit le 05/04/2017 à 19:37 :
Non c'était un débat très instructif et intéressant, un grand moment de démocratie. Émouvant même par moment.
Réponse de le 06/04/2017 à 11:50 :
Pas d'accord, c'était catastrophique et Jean Christophe Gallien a bien raison de souligner la dimension plus large de cet échec !
Réponse de le 06/04/2017 à 11:53 :
Pas d'accord, c'était catastrophique et Jean Christophe Gallien a bien raison de souligner la dimension plus large de cet échec !
Réponse de le 06/04/2017 à 11:58 :
Comment identifier un seul point positif dans cette mascarade ?
Réponse de le 06/04/2017 à 12:05 :
J'espère qu'il s'agit d'ironie. Oui sur le principe, un débat à 11 devrait être ce grand moment ... mais là quel repoussoir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :