Grèves : comment sortir de l’impasse ?

 |   |  131  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, comment sortir de l’impasse des grèves ?

« Je milite pour une forme d'unité populaire qui décloisonne le syndicalisme, la politique et le monde associatif. »

Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, appelle ce 26 mai à une convergence des luttes pour protester contre « la société libérale ». De son côté le secrétaire général du premier syndicat de France Philippe Martinez, manifestera en vue de l'« urgence sociale ». Pour la première fois depuis 25 ans, la CGT a accepté de participer à un combat politique. Cette union est-elle la solution pour sortir de l'impasse ? Toute la gauche veut-elle destituer un président se proclamant d'un socialisme progressiste ?

Nous en discutons avec Benjamin Amar, responsable de la CGT Val-de-Marne, Jean-Baptiste Djebbari, député LREM de Haute-Vienne, et Sophie Coignard, essayiste et journaliste politique au Point.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2018 à 7:52 :
L'application de la note n°6 du CAE règlerait tous les problèmes. Mais cela implique d'augmenter le prix de l'énergie. C'est pourtant la solution.
a écrit le 28/05/2018 à 11:29 :
Bonjour,

Le gros problème en France actuellement :
c’est «  une crise de confiance »
les réformes sont proposées l’une après l’autre ... à l’affilées... après une rupture de dialogue sociale «  intense  et profonde » provoqué déjà par l’ump ( moins perceptible hier)

et après par un gouvernement gouverné «  en trio »
Aucun responsable politique , ne propose dans l’apaisement , en expliquant , les cadres , les objectifs...calmement, sans stress , juste «  une politique de France «  sans influence externe.

c’est vraiment une «  crise de confiance »
les citoyens peut être se disent :
que va t il se passer ?
les réformes sont rapides sans concertations et sans consentement citoyen.

honnêtement la loi du «  travail » quand on le met sur la balance économique actuelle , quand vous voyez les énormes privilèges accordés au patronat et start up ..

he bien , le respect du salarié ce n’est pas une «  option » , n’en déplaise au patronat et cac 40.

la loi du travail est «  une carte blanche » pour exploiter nos jeunes en France .

la réponse pour moi :
c’est NON , vous n’avez pas ce « DROIT »
de casser «  nos jeunes ».

Cordialement.
a écrit le 28/05/2018 à 9:38 :
Et encore franchement le gouvernement à l'incroyable chance, orientée médiatiquement bien évidemment, que ce soit mélenchon, le repoussoir pour un humaniste averti, censé incarner ce mécontentement grandissant. Permettant ainsi de brider ce mouvement.

Entre chiens et loups quand tombe la nuit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :