L’âge des « Jedi entrepreneurs » ?

[Jedi entrepreneurs 2/2] Tout le monde devrait monter sa boîte dans sa vie. C’est un parcours difficile mais extrêmement important pour se révéler à soi-même et découvrir le monde qui nous entoure. Pour créer de nouvelles vocations d’entrepreneurs, il faut sortir les entrepreneurs de la sphère purement économique pour qu’ils parlent à un plus grand nombre de personnes. Il est aujourd’hui temps que les entrepreneurs amènent leurs valeurs et leur énergie dans la société civile ! Par Martin Descours, fondateur de youmindit.

9 mn

Sur une idée de Martin Descours, entrepreneur, créateur des MIND TESTS, animations de teambuilding créatif. Crédit photo : Christophe Apatie (sauf mention). Postproduction : My Client is Rich, agence de communication digitale.
Sur une idée de Martin Descours, entrepreneur, créateur des MIND TESTS, animations de teambuilding créatif. Crédit photo : Christophe Apatie (sauf mention). Postproduction : My Client is Rich, agence de communication digitale. (Crédits : Public Domain)

La sortie du prochain opus de Star Wars est une occasion parfaite pour Martin, entrepreneur lyonnais et fondateur de youmindit, de propulser les entrepreneurs dans la sphère sociétale. La question posée est simple : les entrepreneurs sont-ils des Jedi ?

Accompagné de Christophe Apatie, photographe, et de l'agence de communication digitale My Client is Rich, il est allé rencontrer vingt entrepreneurs pour savoir s'ils avaient les qualités requises pour être des Jedi. Dix hommes et dix femmes ont répondu à dix phrases cultes de Maître Yoda, et lui ont expliqué qui était Darkvador pour eux et comment ils maîtrisaient leur Force.

Episode I : "Meet Yoda", le test du Jedi

Dans la saga Star Wars, les Jedi sont les chevaliers qui combattent le mal, incarné d'abord par Dark Sidious, puis par Darkvador.

Ils forment un ordre d'individus doté de capacités et d'une sensibilité hors du commun, qui leur permet de maîtriser la Force, champ d'énergie dispensée à tous les êtres vivants. Padawan, Jedi et enfin Maître Jedi, ils suivent une formation donnée par les plus grands, dont Yoda en est le maître suprême. Ses répliques, devenues cultes, n'ont rien à envie à Shakespeare : au célèbre « être ou ne pas être», Yoda répond «Faire ou ne pas faire, il n'y a pas d'essai», sûrement la plus célèbre d'entre elles.

Les conseils de Yoda s'adaptent-ils aux entrepreneurs ? Nous leur avons demandé de commenter dix de ses phrases cultes en nous disant si OUI ou NON, elles pouvaient s'adapter aux entrepreneurs.

Episode II : "Startup wars", à la rencontre du côté obscur

Le mal incarné a un nom et un seul : Darkvador. Le Jedi qui a basculé du côté obscur de la Force a rejoint le maître suprême Dark Sidious. Les entrepreneurs JEDI ne sont donc pas à la merci de rejoindre le côté obscur de leur Force, souvenez-vous du conseil de Yoda : « Le côté obscur de la Force, redouter tu dois ». Contre qui, contre quoi se battent les entrepreneurs, qui est Darkvador pour eux ?

Leur côté obscur, leur Darkvador à eux, ce sont les doutes, la dispersion, la peur de l'échec. À chacune de leurs qualités correspond un côté sombre : trop de curiosité, perte de focus, trop de confiance en eux, pas assez d'écoute ; trop d'écoute, pas assez d'action, trop vite, mal fait, trop lentement, doublés...

À ces problèmes peuvent aussi s'ajouter la question de la légitimité et la gestion des incertitudes qui peuvent entraîner frustration et mauvaise colère. Si l'entrepreneur lance souvent son activité parce qu'il a compris que le véritable échec n'est pas d'échouer mais de ne pas tenter, cette peur l'accompagne tout au long de son entreprise. Si les entrepreneurs luttent jour et nuit contre l'échec, ils ne doivent pas se laisser envahir par la peur, au risque de s'immobiliser complètement.

« On se bat contre ceux qui pensent qu'on n'y arrivera pas  »

Autre combat quotidien, celui contre le temps : « Le temps qui passe trop vite et qui nous oblige à nous battre contre la montre » résume ainsi Sarah Azan. « Un entrepreneur sait déjouer les obstacles et ne manque jamais d'énergie. Mais il manquera toujours de temps... », ajoute Maxime Barbier. S'il ne peut rien contre le temps qui passe, il se bat en revanche pour le gérer au mieux, et c'est sa propre mauvaise gestion du temps qu'il combat : « la procrastination, l'inefficacité », sont immédiatement citées, redoutées et détestés par Éric Alessandri et Arbia Smiti.

Mais attention, si Darkvador représente notre côté obscur et nos défauts, il est toujours précédé d'une armée de soldats, dévoués à l'échec et à l'immobilisme. Comme dans la saga, les entrepreneurs se battent tous les jours contre ces armées d'élite, les Stormtroopers. Parmi les groupes bien identifiés par les entrepreneurs, les DarkTalkers diffusant « pessimisme et morosité » sont bien connus de Claire Blangez, Hélène Merillon et Michel et Augustin.

« On se bat contre ceux qui pensent qu'on n'y arrivera pas », complète Nicolas d'Audiffret.

Chaque fois que les entrepreneurs croisent les Darktroopers, ils ne ressortent jamais indemnes : leurs réflexions - « ça ne marchera pas », « tu devrais laisser tomber » -, sont autant de cartouches qui blessent les entrepreneurs. Leur force ? Savoir se relever pour continuer à avancer ; plus ils se relèvent, plus grande est la Force en eux.

« Déplacer des montagnes, c'est sûr, capables ils en sont »

Les EasyTroopers sont ceux que combat Frédéric Granotier : « Je me bats contre la routine, le laisser-aller et la facilité ». Fers de lance du storytelling moderne, comme si changer le monde était facile, les EasyTroopers sont les marchands de sable d'aujourd'hui, ceux qui dévaluent le travail et mettent en avant une société éphémère, facile. Les entrepreneurs résistent à ces endormisseurs pour être encore plus conscients de l'évolution du monde.

Avant de conclure, il est intéressant de s'arrêter sur un chiffre : zéro. Comme le nombre des entrepreneurs interrogés qui (ne) disent (pas) se battre contre le niveau d'imposition et de taxes en France. Ce discours n'est-il qu'une invention des médias pour plomber notre pays, ou les entrepreneurs ont-ils tout simplement intégré cette contrainte ? Comme chacun de nous, les entrepreneurs doivent apprendre à connaître leurs Darkside pour le maîtriser et le repousser au loin quand il arrive.

Les Stormtroopers en revanche, purs soldats du mal, sont des produits de la société. Ils peuvent être transformés en êtres de lumière. Changer les mentalités, c'est éliminer les Stormtroopers. BPI, accélérateurs, réformes, novateurs, sont les entités de défense, des Jedi eux-mêmes, et amis des Jedi qui éliminent les armées de l'ombre. Sans ces soldats, il est à parier que les nouveaux Jedi pourront arriver à créer de nouveaux marchés, réparer l'environnement. Le rôle des nouveaux Jedi est considérable, tout comme les attentes qu'ils génèrent. Alors déplacer des objets à distance, peut-être pas ; mais déplacer des montagnes, c'est sûr, capables ils en sont.

Episode II "Strengthen the Force", comment rester debout

Un des personnages centraux de Star Wars n'a ni visage, ni voix : il s'agit de la Force, ce champ d'énergie qui s'applique à tous les êtres vivants. Les Jedi sont les êtres sensibles qui savent le mieux maîtriser cette force, pouvant ainsi déplacer des objets ou avoir des visions du futur. Comme le symbole du Yin et le Yang, la Force se divise en côté clair et côté obscur.

Le côté obscur regroupe les sentiments négatifs - la peur, la colère, la haine ou l'ambition -, là où la sagesse, la bienveillance et la patience sont les attributs du côté lumineux. Marc Simoncini, Jedi affirmé, le dit lui-même : 

« Mon plus grand talent c'est l'énergie. L'énergie pour réfléchir, pour trouver des solutions, l'énergie que j'essaie de communiquer aux autres ».

Vous reconnaîtrez les entrepreneurs parce qu'ils ont une énergie hors du commun qui leur permet de surmonter les obstacles pour accomplir leurs rêves. Quand ils en manquent ils tombent et peuvent basculer rapidement du côté obscur de la force : colère, immobilisme, défaitisme. Comment font-ils auprès de qui, et de quoi vont-ils recharger leur Force ?

« Recharger, c'est surtout penser à autre chose »

De grands traits se dessinent. Le sport est important pour une grande partie d'entre eux. Si certains considèrent que c'est une dépense d'énergie, ça ne l'est que physiquement. Psychologiquement les effets sont ultra-bénéfiques, le premier étant : remettre de l'ordre dans leurs idées. Dans une vie d'entrepreneur à 200 à l'heure, l'idée est aussi de prendre du temps pour se ressourcer : en famille, à la mer ou en pleine nature. Il est commun d'entendre que les entrepreneurs ne prennent jamais de vacances : si c'est vrai, c'est une erreur. Le serial entrepreneur Charles Beigbeder ne renonçait jamais à trois semaines de vacances estivales. Et si l'ordinateur n'est jamais loin, les vacances sont essentielles pour augmenter sa Force.

Recharger, c'est surtout penser à autre chose pour ne plus penser au quotidien : faire le plein d'amour, d'amitié ; passer plus de temps avec sa famille et ses amis, dans ses hobbies. Aleksandra Mandic le résume en ces termes : 

« Le fait d'avoir des enfants aide à garder les priorités en place et à être forte, et puis, surtout, je danse. Et quand je danse, je me vide la tête. C'est très important de se vider la tête régulièrement ».

« La famille, le bateau, les livres », nous confie Marie Vorgan,

Mais reprendre de l'énergie peut aussi se faire au travail. Prendre du temps sur une réussite et savoir que l'on participe à un projet social d'envergure : 

« Chez A Little Market, nous avons une dimension sociétale d'envergure, nous aidons des milliers de créateurs à développer leur activité sur Internet. Sentir que l'on a, avec nos équipes, un impact positif sur la vie des gens rajoute encore à mon énergie ».

Pour la majorité d'entre eux, c'est leur entreprise qui leur confère le plus de tonus :  « Mon énergie, c'est ma passion pour ma startup, c'est ce qui me motive à me lever tous les matins », souligne Arbia Smiti, rejoint sur ce point par des milliers d'entrepreneurs dont Maxime Barbier et Anne-Laure Constanza : «  C'est une joie immense de faire le métier de mes rêves », dit-elle.

Souvent les idées les plus simples sont les meilleures, comme le dit  le serial entrepreneur Frédéric Granotier :

« Une bonne nuit de sommeil et mon coin de nature, campagne ou mer ! ».

Qu'ils aient besoin de dormir cinq heures par nuit ou dix, les entrepreneurs connaissent effectivement le problème du manque de sommeil, ils savent prioriser sans oublier de s'éclater, comme le résume David :

« Se coucher tôt... même si en ce moment je ne suis pas contre un moment d'excès, super-libérateur », confie David Lebée.

Last but not least, la méthode Cauet : sourire - quitte à se forcer à sourire dans de mauvaises circonstances - est une pratique prouvée scientifiquement. Les entrepreneurs sont foncièrement optimistes, et s'ils ne sourient pas, c'est qu'ils réfléchissent. lors gardons le mot de la fin pour Hélène Merillon : 

« Le smile toujours tu garderas ! »

9 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 17/12/2015 à 9:30
Signaler
bonjour Votre test est rigolo. Pour ma pars, ayant vécu un temps sur la route en stop, il m'étais venu comme réflexion que aussi, pour parfaire notre expérience et connaitre ce que l'on crains le plus (c'est à dire l'abandon, la solitude la détr...

à écrit le 17/12/2015 à 7:17
Signaler
La methode Cauet, vraiment ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.