L'Europe est-elle l'amie ou l'ennemie de l'Amérique  ?

 |  | 1436 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : DR)
La conduite de Donald Trump depuis qu'il est devenu président des États-Unis, en janvier 2017, est aussi étonnante qu'imprévisible. Cependant sa politique est malgré tout plus cohérente que ne l'avaient généralement prévu les observateurs. La versatilité de Trump est déconcertante, mais dans l'ensemble, ses décisions sont en phase avec ses promesses de campagne et avec les opinions qu'il professait bien avant que quiconque ne songe à l'éventualité de son élection. Il ne faut pas donc pas s'étonner que se soit développé un fructueux artisanat qui s'attache à produire des théories rationnelles du comportement en apparence irrationnel de Donald Trump. Par Jean Pisani-Ferry*

Le dernier problème en date est celui posé par son attitude à l'égard de l'Europe. Lors d'un meeting, le 28 juin, il a déclaré : « Nous aimons bien les pays de l'Union européenne. Mais l'Union européenne s'est construite, évidemment, pour profiter des États-Unis. Et savez-vous quoi ? Nous ne pouvons laisser faire une chose pareille. » Au cours de son récent voyage sur le continent, Trump a traité l'UE d'« ennemie » et ajouté qu'elle était « peut-être pire que la Chine ». Quant au Brexit, il a fait savoir que, selon lui, la Première ministre britannique Theresa May aurait dû « poursuivre en justice » l'UE.

Puis vint la trêve, le 25 juillet : Trump et Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, se sont accordés pour s'efforcer de travailler conjointement à un programme de libre échange et de réforme de l'Organisation mondiale du commerce.

Il semble donc que nous soyons à nouveau amis - à moins qu'il ne s'agisse d'un simple moment de répit avant que ne reprennent les hostilités. Les véritables questions n'en demeurent pas moins : Pourquoi Trump a-t-il attaqué à maintes reprises le plus sûr et le plus vieil allié des États-Unis ? Pourquoi semble-t-il mépriser à ce point l'UE ? Pourquoi les États-Unis s'ingénient-ils à affaiblir l'Europe, plutôt que de rechercher une coopération plus étroite pour protéger leurs intérêts économiques et géopolitiques ?

La démarche de Trump est d'autant plus frappante que l'émergence rapide de la Chine comme rival stratégique constitue le grand problème de la sécurité nationale américaine. Contrairement aux espoirs qu'on avait d'abord nourris, la Chine ne converge pas vers l'Ouest, ni sur le plan politique, ni non plus sur le plan économique, parce que l'État et le parti au pouvoir interviennent encore massivement dans les activités du pays. D'un point de vue géopolitique, la Chine travaille activement à se construire une clientèle, à l'aide notamment de son projet le plus en vue, « une ceinture, une route » (« One Belt, one Road » - OBOR), et entend « promouvoir la mise en place d'un nouveau type de relations internationales », qui se démarque du modèle soutenu par les États-Unis au XXe siècle. D'un point de vue militaire, elle est engagée dans un renforcement significatif de son dispositif. C'est la Chine et non l'Europe qui forme à l'évidence la principale remise en cause de la suprématie mondiale des États-Unis.

La stratégie chinoise du précédent président des États-Unis, Barack Obama, combinait dialogue et pressions. Il avait commencé à construire deux gigantesques alliances économiques qui excluaient la Chine (et aussi la Russie) : le Partenariat transpacifique (PTP), avec onze pays du pourtour pacifique, et la Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI), avec l'Union européenne. Mais Trump a retiré les États-Unis du PTP et tué le PTCI avant même que ce dernier ne voie le jour. Il s'est ensuite lancé dans un conflit commercial avec l'UE, s'en prenant à l'Union comme à ses États membres et plus particulièrement à l'Allemagne.

À cela, trois explications sont possibles

La première tient à l'obsession de Trump pour les soldes commerciaux bilatéraux. Si l'on adopte cette hypothèse, Trump considère l'Allemagne, le reste de l'Europe et la Chine comme des rivaux aussi menaçants les uns que les autres. Personne d'autre ne pense que cela ait le moindre sens économique. Et il ne doit rien attendre d'une telle stratégie qu'une atteinte au traditionnel partenariat atlantique et l'affaiblissement de celui-ci. Mais il se plaint au moins depuis les années 1990 de voir des Mercedes dans les rues de New York.

La deuxième explication est que Trump veut éviter de voir l'UE se positionner en troisième protagoniste d'un jeu trilatéral. Si les États-Unis cherchent à faire de la relation avec la Chine une lutte bilatérale pour le pouvoir, ils ont de bonnes raisons de considérer l'UE comme un obstacle. Étant elle-même gouvernée par le droit, l'UE ne peut que s'opposer à une conception purement transactionnelle des relations internationales. Or une Europe unie qui détiendrait les clés du plus gros marché mondial n'est pas un acteur qu'on puisse négliger. En revanche, une fois l'UE affaiblie, voire démantelée, des pays européens fragiles et divisés n'auraient d'autre choix que de se rallier aux décisions des États-Unis.

On peut avoir, enfin, une lecture plus politique du comportement de Trump : il chercherait un changement de régime en Europe. Celle-ci, à l'en croire - et il n'a pas manqué de faire connaître son opinion - « perd sa culture », car elle a laissé l'immigration « transformer son tissu ». Steven Bannon, son ancien « stratège en chef », a de plus annoncé qu'il passera la moitié de son temps sur le continent européen afin de contribuer à la construction d'une alliance des partis nationalistes et à la victoire de celle-ci lors des prochaines élections au Parlement européen, en mai prochain.

Voici quelques semaines, seule la première interprétation semblait plausible. Les deux autres pouvaient être écartées comme des fantasmes inspirés par un goût excessif pour les théories du complot. Aucun président des États-Unis ne s'est jamais représenté l'UE comme une conspiration ourdie dans le but d'affaiblir les États-Unis. De fait, tous les prédécesseurs de Trump après-guerre auraient reculé d'horreur à l'idée d'une dissolution de l'Union. Mais l'actuel président des États-Unis est allé trop loin dans son dénigrement de l'Europe pour qu'on puisse aujourd'hui négliger les scénarios les plus sombres.

Pour l'UE, c'est un moment charnière. Dans les années 1950, elle a été lancée à l'abri du parapluie sécuritaire des Américains et avec leur bénédiction. Depuis lors, elle s'est construite comme une expérience géopolitique menée sous la protection des États-Unis, dans le contexte d'un système international qu'ils dirigeaient. Pour cette raison, les volets extérieurs de son action - tant du point de vue économique ou diplomatique que de sa sécurité - ont toujours occupé un rang secondaire par rapport aux volets internes.

Ce que signifie la crise récente, c'est que ce schéma ne tient plus

L'Europe doit désormais définir sa position stratégique à l'égard d'une Amérique plus distante, voire hostile, et vis-à-vis de puissances montantes qui n'ont aucune raison d'être aimables avec elle. Elle doit défendre ses valeurs. Et décider de toute urgence ce qu'elle entend faire pour sa sécurité et sa défense, pour sa politique de voisinage et la protection de ses frontières. C'est l'épreuve de vérité.

Économiquement, l'UE dispose toujours du potentiel d'un acteur global : la taille de son marché, la force de ses grandes entreprises, une politique commerciale unifiée, une politique réglementaire commune, une autorité unique de la concurrence et une monnaie qui n'est devancée que par le dollar dans les avoirs internationaux. Elle pourrait - et devrait - utiliser ses atouts pour une réorganisation des relations internationales qui réponde aux griefs légitimes des États-Unis à l'égard de la Chine et aux inquiétudes non moins légitimes de celle-ci sur sa place dans la communauté internationale. L'Europe a mené la lutte contre le changement climatique ; elle pourrait aussi jouer un rôle majeur pour ce qui concerne le commerce, l'investissement et la finance.

Le vrai problème de l'Europe n'est pas économique, mais politique

Les difficultés qu'elle affronte surviennent à un moment de division entre île et continent, entre Nord et Sud, entre Est et Ouest. Et les questions posées sont primordiales : qu'est-ce qui définit une nation ? Qui est responsable des frontières ? Qui garantit la sécurité ? l'UE est-elle fondée sur des valeurs partagées ou sur de simples calculs d'intérêts nationaux ?

Si l'UE ne parvient pas à se définir dans un monde fondamentalement différent de ce qu'il était voici seulement dix ans, elle ne survivra probablement pas en tant qu'institution digne de ce nom. Si elle y parvient, en revanche, elle peut retrouver aux yeux des citoyens européens son but et sa légitimité, entamés par des années de déconvenues économiques et politiques.

___

Traduit de l'anglais par François Boisivon

* Jean Pisani-Ferry est professeur à la Hertie School of Governance de Berlin et à Sciences-Po Paris ; il est titulaire de la chaire Tommaso Padoa-Schioppa à l'Institut universitaire européen de Florence et senior fellow du groupe de réflexion Bruegel, établi à Bruxelles.

Copyright: Project Syndicate, 2018.
www.project-syndicate.org

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2018 à 17:05 :
Ce monsieur fait partie des faux experts qui évangelisent les masses . Après Attali et Piketty , c'est le nouveau chouchou des médias , mais s'interroge t-il seulement sur la faiblesse de la croissance en zone Euro notamment en France par rapport aux USA?
a écrit le 06/08/2018 à 6:30 :
Jean,très heureux de vous voir rédiger cet excellent article dans ce très bon journal économique qu'est la Triibune.Nous attendons vos prochaines propositions avec impatience,notamment le très novateur "loyer fictif" que nous appelons de nos voeux avec impatience.Avez vous plus d'informations a ce sujet?Bien cordialement.Marcel
a écrit le 05/08/2018 à 20:07 :
Analyse bienvenue et ...., il faut aller plus loin : Imaginer des solutions et proposer des trajectoires admissibles ..., au-delà des généralités et autres expédients habituels.

On est encore et toujours dans l'analyse et le diagnostic, voire un peu la contemplation !
Perspicaces, brillants.
Mais pourquoi faire quand c'est la centième fois depuis 2017 ? Et pour distraire qui ?
A moins que ce soit pour atteindre la perfection de ce génie de Jean-Baptiste Siméon Chardin qui peignit la Raie il y a bientôt trois siècles.

Mais là, il est attendu autre chose !

Le sujet est simple :
Il y a une nouvelle réalité. Il faut -sortir du déni et- s'y faire et inventer les règles nouvelles qui vont avec.
Il y a quelque jours, je conseillais modestement aux membres du G20 une lecture [2]
https://www.latribune.fr/economie/international/le-g20-finances-s-inquiete-pour-la-croissance-mondiale-si-le-bras-de-fer-commercial-perdure-785905.html .
Il semblerait qu'il faille la recommander à ces esprits brillants [sans ironie s'il était nécessaire de le préciser] qui, parfois, produisent des rapports [ https://www.latribune.fr/economie/france/l-etat-100-numerique-de-macron-coutera-9-3-milliards-d-euros-751606.html ] et qui, d'autres fois, inspirent les décideurs politiques de tous bords. Il arrive même qu'ils leur livrent des "mesures prêtes à l'emploi", toujours sans ironie.

Qu'un intellectuel, qu'un esprit brillant, soit libre d'allouer son intelligence et son temps aux sujets, ou aux commandes, de son choix. Personne ne le conteste sous nos latitudes démocratiques. Et c'est heureux.

S'agissant des incessantes répliques aux dernières élections présidentielles de la première puissance, je ne peux néanmoins m'empêcher de regretter -voire de déplorer certains jours- cette sempiternelle focalisation sur l'analyse de la situation et aucunement sur des pistes, ou des projets, de propositions pour deux choses. primo, alimenter s.a.i.n.e.m.e.n.t et p.o.s.i.t.i.v.e.m.e.n.t le débat et secundo, inventer de nouvelles règles et dessiner des trajectoires vers et de nouveaux équilibres pour gérer la nouvelle réalité.

Voici donc la commande et on ramasse les copies à la rentrée.

Aux vacances studieuses !
Au travail utile !

[1] "La raie" est peinture de Jean-Baptiste Siméon Chardin, toujours visible au Musée du Louvre de Paris
[2] Un livre de Paul Watzlawick : The situation is hopless but not serious.
a écrit le 04/08/2018 à 17:53 :
L’Union européenne et son fonctionnement sous domination US...

Bruxelles, le vrai pouvoir (France 5)
75 à 80% des lois nationales viennent de l’UE : Viviane Reding (commissaire européen)
Rapport de la Commission européenne sur les Grandes Orientations de Politique Économique

Les États-Unis et la construction européenne

La CIA finançait la construction européenne (Historia)
Des fédéralistes européens financés par des chefs de l’espionnage américain (Daily Telegraph)
La réunion secrète du 11 juin 1965 au département d’état américain sur l’union monétaire européenne
Robert Schuman et Jean Monnet étaient des agents de la CIA (Atlantico)
Jean Monet, un agent de la CIA (Marie-France GARAUD)
La droite américaine et la construction européenne (Leah Pisar)
Le grand échiquier – Zbigniew brzezinski
Les États-Unis prennent les décisions à la place de l’UE (Vice président de la BEI)
Le financement de Jean Monnet et le soutien de l’OSS (ex CIA) dans la création de l’UE
Comment une élite discrète a créé l’Union européenne pour construire un gouvernement mondial
L’influence de la CIA sur la culture des pays d’Europe
Question au Général Eisenhower : « Que pensez-vous de la fédération européenne ? » (Paris-Match 1951)
Les États-Unis et la 2e guerre mondiale : Le mythe de la bonne guerre
Quand les Américains voulaient gouverner la France (Annie Lacroix-Riz)
Quand la CIA finançait ses alliés anti-communistes FO, la SFIO et les pro-européens dans les années d’après guerre…
https://www.upr.fr/sources-et-references
a écrit le 04/08/2018 à 16:22 :
"Le vrai problème de l'Europe n'est pas économique, mais politique" --> Ce monsieur est économiste ou politicien... Il ferait bien de relire les rapports de l'OCDE qui nous montre par A+B et C que depuis la crise des subprimes (Juillet 2017 : escroquerie US montée de toutes pièces par leurs agences de notation et disséminée à travers le monde ) , la zone Euro croit très peu par rapport aux USA et je ne parle même pas de la France qui se traine depuis des années du fait des nombreuses rentes à satisfaire ...
a écrit le 04/08/2018 à 10:06 :
Le but de Trump c est d affaiblir L UE afin que celle -ci se dirige vers la Chine pour plus de commerce !!ainsi dans cette situation et dans quelques années l UE aura perdue la plupart de ses grandes entreprises et son savoir faire au profit de la Chine ll
Réponse de le 04/08/2018 à 17:40 :
Le savoir Français est vendu ( avec la complicité des politiques - émission sur Arte) aux Américains.
a écrit le 04/08/2018 à 2:20 :
En PIB et population UE > EU, et oui. Et devant nous la Chine pour les deux.
Réponse de le 04/08/2018 à 15:38 :
Le PIB US est légèrement supérieur à celui de l'UE mais le cour du dollar joue beaucoup . Quant à la Chine elle est encore derrière pour quelques années.
a écrit le 03/08/2018 à 21:54 :
L' UE est le terrain de jeu des usa.
a écrit le 03/08/2018 à 17:30 :
les USA ont aidé et protégé une europe de l'ouest contre le risque communiste .
depuis , le mur de Berlin est tombé , la Russie n'est plus communiste , alors la bienveillante attitude américaine n'a plus lieu d'être , d'autant que les pays du bloc EU ne pensent plus devoir quoique ce soit à ce pays qui les sauvés du nazisme .
l'Europe intégrée est un concept d'avenir et qui le restera . C'est sans doute ce qu'a bien compris le président US et justifie sa stratégie de "secouer le cocotier européen" pour en faire tomber les fruits trop mûrs .
l'Allemagne et la France paieront la note la plus élevée , la première pour son arrogance économique , la seconde pour son arrogance politique .
Finalement , l'histoire repasse toujours les mêmes plats .
a écrit le 03/08/2018 à 15:22 :
Vous êtes pénible avec votre Frexit ! Heureusement que l'Europe est là pour pouvoir résister à la Russie, à Trump et à la Chine. Ce n'est peut être pas parfait mais mille fois mieux que d'être seul!
Réponse de le 03/08/2018 à 16:07 :
En effet quand on vous voit œuvrer tout seul comme ça on pourrait se dire que c'est franchement pathétique... Mais heureusement que "la vérité est locale et temporaire".
a écrit le 03/08/2018 à 10:24 :
Au lieu de devenir adulte, l'UE fait le gros dos en attendant que Trump arrive au bout de son/ses mandat.s. Pour continuer comme avant plus tard. Pas sûr que ça soit une bonne idée, mais fait aussi constat d'échec, ne pouvant s'entendre les uns les autres, y a rien à espérer.
a écrit le 03/08/2018 à 9:38 :
"Il semble donc que nous soyons à nouveau amis"

Ah bon ?

"Soja : Juncker montre patte blanche à Trump" https://www.lesechos.fr/monde/europe/0302061545839-soja-juncker-montre-patte-blanche-a-trump-2195743.php

Non Juncker a encore faite des courbettes.

"Contrairement aux espoirs qu'on avait d'abord nourris, la Chine ne converge pas vers l'Ouest, ni sur le plan politique, ni non plus sur le plan économique, parce que l'État et le parti au pouvoir interviennent encore massivement dans les activités du pays."

Merci beaucoup, vérité que l'on entend pas dans les médias et pour cause, contrairement en effet aux messes néolibérales que nous n'avons pas arrêté d'entendre la Chine n'a fait aucun pas vers la démocratie, elle a juste fait semblant et encore seulement à quelques moments.

"Si l'UE ne parvient pas à se définir dans un monde fondamentalement différent de ce qu'il était voici seulement dix ans, elle ne survivra probablement pas en tant qu'institution digne de ce nom"

EN effet quand on voit Juncker, politicien ouvertement compromis, dans la plupart des chefs d'états du monde doivent avoir des dossiers, continuer de parler au nom du peuple européen on a surtout envie de vite sauter du Titanic !

TRump l'a dit il y a un an ou deux:"LE problème avec l'europe c'est que l'on ne sait pas avec qui discuter".

Mais bon TRump c'est le méchant toussa alors faut surtout pas l'écouter hein...

"Tandis que le sage montre l'horizon du doigt, l'imbécile lui, regarde le doigt."

"Si elle y parvient, en revanche, elle peut retrouver aux yeux des citoyens européens son but et sa légitimité, entamés par des années de déconvenues économiques et politiques"

Le problème est qu'elle ne nous montre aucunement cette volonté, pire les scandales sont en train de se multiplier chez les responsables européens. Quand on aime vraiment l'europe on ne peut que demander de sortir de celle-ci.

Vite un frexit.
a écrit le 03/08/2018 à 9:31 :
Et bien ça fait plusieurs années que je dis sur la Tribune que les USA traitent l'UE comme un rival et non comme un allié. Ce qui est incroyable, c'est que de nombreux observateurs ont attendu 2018 pour l'admettre, parce que Trump attaque l'UE frontalement. Je dis bien admettre et non découvrir puisque les signaux sont là devant leurs yeux depuis plus d'une décennie. Ces gens-là voient les USA comme le leader du monde-libre, comme le principal vainqueur de la guerre froide et de la seconde guerre mondiale, pour eux ils vivent le déclin de l'alliance usa-europe comme un deuil et sont incapable d'avoir de l'ambition et de passer à autre-chose.
Quant aux mouvements nationalistes européens, ils se disent patriotes mais ne peuvent s’empêcher de se mettre au service de la puissance dominante, c'est ce qu'ils ont toujours fait.
a écrit le 03/08/2018 à 8:56 :
L'UE est en période d'observation. Si elle ne se redresse pas, c'est la faillite assurée. Comme toujours elle est attentiste. Au lieu de " foncer" elle mise sur un échec, une destitution de Trump. Le pari est risqué et à mon avis perdu, victimes collatérales qu'europeens nous sommes , de la partie d'échec que se livrent les US et la Chine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :