L'Europe face à ses vieux démons

 |   |  1306  mots
(Crédits : DR)
Les Allemands ne respectent pas le contrat européen, qui voudrait que l'inflation atteigne 2% au sein de la zone euro. Par Michel Santi, économiste*

Les élites européennes s'enfoncent dans le déni. A moins que leur posture effarouchée à l'encontre des déficits publics, et en faveur de la stricte orthodoxie financière, ne soit le reflet de leur tendance séculaire à l'autodestruction. Tendance, du reste, sur le point de les emporter pour de bon avec l'accession au pouvoir probable de l'extrême droite dans bien des nations au sein de cette coquille sans âme que l'on veut bien encore qualifier d' "Union européenne". Qu'il est regrettable, pourtant, pour ces élites - et pour nous tous - qu'elles ne se retournent pas vers les années 1930 - tragiques entre toutes - afin d'en tirer des parallèles et de précieux enseignements pour aujourd'hui.

La France responsable de la déflation des années 30

La calamité déflationniste mondiale des années 30 ne fut-elle pas imputable à l'étalon-or, et notamment du fait de l'attitude de la France, principale responsable de l'intensification de la Grande Dépression ? Ayant unilatéralement décrété, sans aucune concertation avec les autres grandes puissances, l'augmentation massive de ses réserves d'or de 7 à 27 % entre 1927 et 1932, ayant de ce fait très substantiellement contribué à assécher l'approvisionnement en or sur les marchés mondiaux, la France fut donc directement responsable de la spirale déflationniste gigantesque qui devait s'abattre sur l'ensemble des nations développées de l'époque. La déflation - principal traumatisme de la Grande Dépression - aurait ainsi pu être évitée si la Banque de France avait maintenu ses ratios aurifères de 1927.

C'est donc cette accumulation frénétique de métal jaune de la part de la France qui a attisé la pression déflationniste globale, alors que le maintien de ses réserves d'or à leurs niveaux préalables à la Grande Dépression n'aurait pas altéré la corrélation historique entre prix à la consommation et à la production d'une part et quantités d'or détenues par les banques centrales d'autre part. Léon Blum, Président du Conseil, sortit finalement la France de l'étalon-or en 1936, mais le mal était fait.

Les années 30 et... aujourd'hui

Quel dommage que les politiques ne soient pas un peu historiens car la conjoncture des années 30 ressemble étrangement à notre période actuelle. Si ce n'est que c'est l'euro - sous sa forme actuelle - qui fait office de nouvel étalon-or. Et si ce n'est que c'était l'Allemagne, à l'époque, qui se trouvait dans la situation des nations européennes en souffrance d'aujourd'hui comme la Grèce, comme l'Italie ou le Portugal! Entièrement dépendante des fonds étrangers, l'Allemagne avait en effet été laminée par les réparations cruelles dictées par le Traité de Versailles, dans un contexte général de banques nationales grossièrement sous-capitalisées. C'est donc une austérité violente et sans précédent que l'Allemagne dut mettre en place au début des années 30 à la faveur de l'assèchement de ses financements internationaux, avec pour conséquence mécanique l'explosion de son taux de chômage ayant culminé jusqu'à 35 % de sa population.

La France des années 30, une posture égoïste et renfermée

Au même moment, la France - qui était à l'époque l'Allemagne d'aujourd'hui - allait bien. Elle affichait une des économies les plus prospères et les plus solides du monde, elle naviguait dans cette période trouble en maintenant un taux de chômage à un seul chiffre, et des excédents comptables enviables. En mesure de se muer en locomotive financière du reste de l'Europe de cette fin des années 20 et du début des années 30, la France préféra néanmoins se murer dans une posture égoïste et renfermée, refusant d'adopter une politique économique et monétaire conciliante et expansionniste, et optant plutôt pour ignorer les déboires de ses voisins. L'effondrement financier de l'Europe doit donc beaucoup à ce nombrilisme français de l'époque. Exactement comme certaines nations européennes à la dérive peuvent aujourd'hui, avec raison, blâmer l'intransigeance allemande pour les extrémités intolérables où elles sont acculées. Si l'euro est indiscutablement un étalon, il l'est dans le plus mauvais sens du terme car il ne peut être abjuré, contrairement à l'étalon or.

Des Allemands qui se complaisent dans un taux d'inflation nul

Quel dommage que nos politiques, que nos économistes et autres brillants cerveaux issus des « grandes écoles » ne soient pas un peu historiens. Ils auraient utilement pu analyser les méfaits de l'étalon-or qui, à l'instar de l'euro, ne tolère les corrections, les ré équilibrages et les assainissements que par l'entremise de la lame acérée de la déflation, de l'effondrement du pouvoir d'achat et de l'intensification du chômage. En effet, que de sacrifices et de souffrances superflus quand il serait pourtant si simple de soulager les populations sinistrées d'Europe en augmentant les prix au sein des nations compétitives, au lieu d'avoir systématiquement à les réduire dans celles en crise. Dans un contexte où l'inflation est nulle ou négative en Europe, il suffirait de promouvoir avec ardeur et détermination un taux d'inflation de 2% en Allemagne. Tout en balayant d'un revers de main l'indignation des allemands refusant de « subir » et de « souffrir » un taux d'inflation de 2%, tandis qu'ils se complaisent dans un taux d'inflation actuel nul, en violation des objectifs de 2% de la BCE.

L'Allemagne devrait accepter 3% de hausse des prix

La prospérité ne vient jamais sans obligations morales et, à l'instar de la France de l'étalon-or, l'Allemagne de l'euro d'aujourd'hui doit admettre qu'une inflation de 0% est tout aussi néfaste - sinon davantage - qu'une inflation de 3%. Voilà pourquoi un taux d'inflation allemand inférieur - et même très largement en dessous - des objectifs définis par la banque centrale est bien plus un signe de maladie que de vertu. C'est en effet l'ensemble de l'Union qui serait en mesure d'atteindre un taux d'inflation de 2% si l'Allemagne voulait bien tolérer chez elle provisoirement un taux de 3%.

Et voilà pourquoi les allemands - et avec eux tous ceux qui s'emmurent dans leurs certitudes - sont coupables de ne pas respecter le contrat européen, tout comme ils sont indiscutablement responsables de la misère des peuples grecs, italiens et autres qui étouffent sous le poids d'une déflation tout aussi cruelle qu'inutile. La gestion digne et saine d'une union monétaire exige une hauteur de vues dont semblent incapables nos dirigeants actuels qui ne parviennent décidément pas à considérer l'ensemble, préalable indispensable pour réfléchir dès lors à une distribution des rôles et des devoirs au sein des pays membres.

Tous les ingrédients étant aujourd'hui réunis, l'Europe est donc sur la même pente suicidaire que celle des années 30. Comment expliquer à l'Allemagne qu'un pays membre d'une union monétaire ne peut indéfiniment se rendre coupable de concurrence déloyale ? Et pourquoi accorde-t-elle tant d'importance à l'hyperinflation de 1923 quand elle devrait plutôt se montrer profondément soucieuse d'éviter l'année 1933, qui vit l'extinction de sa démocratie ? Que les dirigeants allemands - et avec eux tous les beaux esprits persuadés de baigner dans la science infuse - retournent donc sur les bancs de l'école et qu'ils réapprennent comment une crise mal gérée fit basculer l'Europe dans l'horreur dès 1933 !

- - -

Michel Santi est macro économiste et spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience" et "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique".

Vient de publier "Misère et opulence", préface rédigée par Romaric Godin.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2015 à 1:42 :
Ceci étant dit, il y a aussi une quasi déflation aux USA, ce qui ne favorise pas non plus la reprise Nord Américaine, d'autant que le dollar est surévalué en particulier face au Yuan chinois... Le yuan chinois est tellement sous évalué que ça ressemble de plus en plus a de la dévaluation compétitive.
a écrit le 24/03/2015 à 0:51 :
L'inflation c'est le vol... les salaires sont gelés voire à la baisse, on veut noyer la société dans l'inflation, c'est tuer le pouvoir d'achat! qui a 2% d'augmentation de salaire tous les ans? On parle coupes dans les retraites... On fait dans la politique du pire!
a écrit le 23/03/2015 à 22:10 :
On lit l'Europe des vieux démons, c'est les sorcières qui refusent de financer les retraites?
Ou bien les vieux qui sont des démons esclavagistes des jeunes. Par exemple on recense des professions maltraitées comme des ingénieurs à 2000 net pour 50h alors qu'un chauffeur du sénat touche le triple, des avocats au smic pour 60h... n'aurait-on pas du traffic aux numérus clausus avec un Etat arbitraire?
a écrit le 23/03/2015 à 17:36 :
Monsieur,
Contrairement à ce que vous prétendez, l'Allemagne n'a pas été laminée par les réparations de guerre. Ce qu'a payé la France en 1871 était bien supérieure par rapport à son PIB que ce qui a été demandé à l'Allemagne en 1919. Pourtant, dans les 2 cas, la France avait subi la guerre sur son territoire, ce que n'a jamais connu l'Allemagne. Celle-ci, en se retirant du nord et de l'est de la France en 1918, a tout détruit : mines, industries, maisons...: demandez aux gens du nord..C'est pour cela qu'en 1940, il y a eu le départ massif des gens du nord devant l'avance allemande.

En outre, les allemands n'ont pas remboursé la moitié des dommages qui leur étaient demandées....
Il faudrait que ce genre de mensonges cessent. Nous pouvons remercier Monsieur KEYNES qui a contribué à propager ce genre de bobard : le FRENCH BASHING de l'époque....
a écrit le 23/03/2015 à 17:17 :
Ah les bonnes vieilles recettes des accrocs à la dépense publique qui reviennent !!
Avant, on avait la dévaluation (devenue impossible depuis l'euro) et l'inflation pour atténuer les effets de la dette. L'inflation correspond à une hausse des prix résultant d'une demande plus forte que l'offre. Ca s'appelle la loi du marché avec laquelle il est dangereux de jouer, surtout pour des motifs purement dogmatiques. Nos gouvernants "de droite" ou plus ouvertement de gauche, ont tendance à utiliser l'inflation pour atténuer les effets de leurs dépenses irresponsables. L'inflation, il faut l'appeler par son nom, c'est l'impôt qui ne dit pas son nom, et qui touche les plus modestes en priorité. C'est ce qui diminue la rentabilité de vos placements, et qui diminue votre pouvoir d'achat. C'est aussi ce qui permet de financer des hausses de salaires et autres prestations qu'on ne pourra pas ajuster lorsque l'inflation est plus faible. Il est évident que ces points ne sont que très rarement évoqués !!!
Réponse de le 23/03/2015 à 22:07 :
Effectivement l'inflation ne se décrète pas contrairement à ce que pense mr santi au partisanisme anti-allemand archaïque et au keynésianisme basique tout aussi militant qu' idéologique
a écrit le 23/03/2015 à 16:34 :
L'argumentaire est quelque peu tendancieux et contradictoire. Comment l'Allemagne pourrait être sensible à une période de déflation alors qu'elle même était en hyper inflation et dominée ? Par ailleurs, les grecs ou les espagnols ou les français sont quand même un petit peu responsable d'accumuler des dettes qu'ils doivent a priori rembourser sans pouvoir dévaluer leur monnaie. Que l'Allemagne profite à fond de son avantage conjoncturel est à peu près naturel. La vent tournera un jour et elle le regrettera peut être, mais aujourd'hui elle est en position de force et elle en profite. Il n'y a pas de gentils et de méchants, seulement des rapports de force. Que ce soit entre personnes, entre partis politiques, entre régions ou entre pays, singulièrement lorsqu'il a des conflits. Les rapports entre l'île de France et le "désert français" le montrent bien. Se placer sur le terrain de la morale, ce qu'essaie aussi de faire Schauble n'a aucun sens. Il faut se placer sur le terrain des intérêts réciproques, et là c'est plus compliqué. La diplomatie est le seul moyen d'action.
a écrit le 23/03/2015 à 15:32 :
La ligne Hollande oblige Merkel à regarder ailleurs . Va t elle se venger sur les Grecs ? Pas impossible !! La BCE se décide à jouer son rôle peut être tardivement , car l argent pas cher achètera l obligataire américain , et les rentiers allemands si jetteront dessus et nous aussi pour pas passer pour des demeurés. Que des gagnants , gagnants , qui va perdre ?; aucune idée , ou alors les plus faibles comme d habitude .
a écrit le 23/03/2015 à 13:50 :
mmmmm... mmmmm... euh vous n'avez peut etre pas encore vu que l'allemagne ne s'est pas opposee au QE de la EZB parce que precisemment parce qu'il n'y a pas 2% d'inflation.....
cela dit, de la a racheter massivement de la dette grecque qui ne sera jamais remboursee sauf par hyperinflation, effectivement...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :