L'Europe : une histoire avec fin

 |  | 774 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Si la déflation annonce la "stagnation séculaire" de nos économies, elle fait pour l'instant l'affaire des États qui se financent à bon compte grâce aux politiques accommodantes des banques centrales. Par Michel Santi, économiste*

La déflation ne fait pas que des malheureux, elle rend des services considérables à nos gouvernements européens capables grâce à elle de se financer à des prix désormais négatifs. Les taux négatifs sont donc un pur produit de la déflation. Ce déclin des taux d'intérêt reflète aussi une tendance lourde ayant précédé l'avènement des crises économiques et financières des années 2007 et 2008: conséquence - et meilleure preuve de succès - de nos politiques publiques dans leur lutte contre l'inflation. Il va de soi que les prêteurs revoient progressivement à la baisse leurs prétentions et exigences de rémunération à mesure que s'estompe le spectre inflationniste.

Comme il n'y a plus lieu de s'assurer contre une dépréciation de la valeur de l'argent (l'inflation), la prime (taux d'intérêt payé en contrepartie du financement accordé) rétrécit en fonction.
Excellent pour les débiteurs, si ce n'est que ce tassement du taux d'intérêt indique également que les investisseurs anticipent une croissance économique toujours plus faible. Le stade ultime étant celui que l'Europe aborde depuis peu, marqué par des taux négatifs qui ne font que refléter une stagnation, voire une récession, dont les divers intervenants pensent qu'elle sera durable, voire séculaire. Les investisseurs et autres créanciers n'étant pas des philanthropes, ils ne révisent en baisse leurs prétentions et exigences de rentabilité que parce qu'ils anticipent une hausse des prix nulle, précisément du fait de cette conjoncture économique déprimée. Voilà qui explique pourquoi nombre de gouvernements européens peuvent aujourd'hui se financer à taux négatifs: leurs créanciers sont tout heureux de pouvoir prêter à des débiteurs solvables (les Etats) et sont même disposés à payer un certain prix pour pouvoir y « parquer » leur épargne.

Payer pour avoir la sécurité

Constat déplorable et révélateur du climat européen actuel où les heureux détenteurs de fonds préfèrent payer pour assurer la sécurité de leurs avoirs plutôt que de les investir dans l'économie. De ce point de vue, les taux négatifs sont assurément un très mauvais présage pour l'Europe car ils n'augurent que la récession ou au mieux la croissance anémique, tous deux faits pour durer car notre continent est en plein déclin démographique. Et comment éviter cette stagnation, inévitablement condamnée à s'avérer séculaire, quand l'Europe compte en moyenne un retraité pour une personne active ? Une solution serait certes l'amélioration considérable de la productivité au travail, en d'autres termes produire mieux et plus aux mêmes prix. Hypothèse à écarter d'emblée car les européens ne sont pas les japonais qui, en dépit d'immenses sacrifices consentis, ne sont toujours pas sortis de « leur » stagnation séculaire. Une autre solution - politiquement irréalisable - consisterait pour les Etats à lever des emprunts obligatoires, destinés à canaliser l'épargne vers l'économie, les entreprises et les grands travaux d'infrastructure.

L'objectif des banques centrales: assurer aux États un financement avantageux

Plus vraisemblablement, la seule et unique porte de sortie sera encore et toujours assurée par les banques centrales qui poursuivront leur expérimentation de monétisation des dettes publiques, c'est-à-dire qui achèteront toujours plus de dette émise par leur Etat de tutelle. L'objectif de cette politique peu conventionnelle étant d'assurer aux États un financement à des tarifs toujours plus avantageux qui leur permettra de maintenir leur économie sous respiration artificielle à la faveur de ces sommes gracieusement mises à leur disposition par leur banque centrale. Pour autant, cette constante monétisation des dettes publiques aura à son tour pour effet collatéral d'enraciner les taux négatifs en Europe et de les faire persister pendant encore de longues années.
L'Europe est donc aujourd'hui hantée par plusieurs spectres qui se renforcent mutuellement, voire qui s'auto-alimentent: celui de la stagnation économique qui induit l'effondrement des taux d'intérêt, lui même pur produit de la déflation, elle même résultante des chocs démographiques, à leur tour principal motif des déficits publics, nécessitant donc l'intervention toujours plus massive des banques centrales.

Michel Santi est macro économiste et spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience" et "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique".

Vient de publier "Misère et opulence", préface rédigée par Romaric Godin.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2015 à 23:27 :
Investir pour faire repartir l'économie, renouer avec la croissance et donc le plein emploi, oui, mais investir dans quoi? Gagner encore en productivité où, comment pour quoi?
Il faudrait d'abord se poser les bonnes questions et commencer par l'idée que les gens pour consommer ont besoin d'argent. Se faire aussi à l'idée que nous vivons, pour l'Occident à tout le moins, dans un monde où les besoins basiques sont globalement satisfaits, ainsi que le superflu pour une très grande majorité. Je veux dire que mise à part pour le "dernier I-phone", on change une télé, un ordinateur, une machine à laver ou un frigo le jour où il tombe en panne. Ces appareils nous sont familiers et ne nous font plus rêver depuis longtemps.Généralement nous pouvons encore nous les payer facilement. Réellement, je ne vois pas comment l'économie peut repartir sans de nouveaux produits qui nous feraient rêver et deviendraient indispensables.
Le système capitaliste, productiviste, élitiste, financier est mort avec le rêve américain.
A force de les affamer, de les contraindre, les "gueux" ne veulent plus jouer, ni rêver. Ils attendent, observent, en attendant la fin.
a écrit le 30/03/2015 à 14:06 :
L’éternelle mise sous tutelle par la dette, la peur d'investir pour éviter l'inflation, donc la perte d'une parti du capital, sans être assuré que la déflation ne soit pas au rendez vous! Il faut sortir de cet euro et revenir aux monnaies nationales concurrentielles mais adapté a chacune de nos économies!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :