L’innovation comme levier de souveraineté

 |  | 1403 mots
Lecture 12 min.
(Crédits : ©CARNOT-FINDMED)
OPINIONS. La crise inédite du coronavirus a montré à quel point notre économie tout comme notre santé peuvent être soudainement ébranlées par un événement extérieur imprédictible. "Les 39 Carnot", qui réunit les 39 présidents et directeurs d'institut de recherche publique, publient un "Manifeste" pour la relance économique par la Recherche Partenariale (*).

Tout au long de cette crise, nos entreprises et nos chercheurs ont fait preuve d'extraordinaires capacités d'innovation et d'agilité. Les hôpitaux se sont reconfigurés à une vitesse sans précédent pour assurer la continuité des soins et pour gérer l'afflux considérable de patients. Forte de son excellence scientifique, toute la communauté de la recherche s'est mobilisée, en partenariat avec les entreprises, pour développer des solutions rapidement déployables (1). La réactivité a été d'autant plus forte que de nombreux savoir-faire scientifiques, technologiques et industriels compétitifs existaient aux niveaux régional et national.

C'est la plus évidente des démonstrations de notre capacité, par le lien entre recherche et industrie, à rassembler les talents pour créer demain, par l'innovation, une économie plus résiliente et plus responsable.

Nous avons besoin d'une industrie nationale forte alliée à une recherche au meilleur niveau international pour garantir notre indépendance économique dans des secteurs aussi essentiels que le développement et la production de matériel médical et de médicaments, la production agricole et alimentaire, le numérique et plus généralement les technologies nécessaires à l'adaptation des systèmes de production pour assurer la résilience et la souveraineté de notre pays.

Notre souveraineté passe également par la préservation de nos savoir-faire industriels, scientifiques et technologiques qui demeure une préoccupation permanente. Cela implique une stratégie raisonnée sur le long terme de propriété intellectuelle qui préserve en priorité les intérêts de nos entreprises et de notre économie. Par ailleurs, une importante partie des nouvelles technologies propres à faire face à « l'après-crise » et donner un avantage compétitif, sont issues des travaux de nos chercheurs. Nos entreprises et nos laboratoires doivent être attractifs pour que nos chercheurs continuent à trouver en France matière à exprimer leur talent, afin d'éviter la fuite de nos cerveaux et de nos technologies.

Les 39 Instituts Carnot, représentant 55% de la recherche partenariale française, croient au besoin d'une science qui soit à la fois ouverte et responsable en termes de développement et de protection de notre économie dans le respect des valeurs éthiques fondamentales de notre pays et de la science. Nous suivons à ce sujet avec intérêt les initiatives parlementaires sur la responsabilité et l'éthique dans les partenariats internationaux et ne manquerons pas de mettre en oeuvre et de réaffirmer ces principes.

Les 39 Carnot sont mobilisés pour accompagner la relance de notre économie, permettre à nos entreprises de pouvoir surmonter cette crise et répondre aux enjeux actuels de Compétitivité, de Transition environnementale, énergétique et numérique, de Santé, de Résilience et d'Agilité. Pour cela, nous nous attachons à déployer une recherche d'excellence au service de l'innovation et de la compétitivité industrielle, en réponse aux grands défis que la crise actuelle a exacerbés et qu'il nous faut relever :

  • Pour la relance et la croissance durable de nos entreprises

Viviers de talents et premiers relais de l'emploi sur les territoires, nos industries, et particulièrement les PME et ETI, ont besoin d'être accompagnées plus fortement encore dans leurs projets de R&D pour assurer par l'innovation leur croissance et leur résilience future, avec notamment des actions de dérisquage et un accès décloisonné aux plateformes technologiques de nos instituts. Grâce à notre structuration en filières, nous déployons actions et outils pour leur permettre de bénéficier des dernières inventions et savoir-faire de nos chercheurs, pour renforcer leur compétitivité et les aider également à former leurs employés actuels et futurs.

  • Pour la résilience et l'agilité des systèmes de production

Les solutions techniques existent et se développent pour permettre des reconfigurations rapides des lignes de production, anticiper, analyser et réagir plus rapidement aux situations de crise. La science des données peut notamment permettre d'améliorer les chaînes logistiques, favoriser les circuits courts à faible émission de carbone. Un terreau d'exception existe également pour développer les techniques de bio production de médicaments sur le sol français ou assurer le développement d'une agriculture responsable et durable, de la production à la consommation. Par notre lien avec les territoires et grâce aux savoirs de nos instituts, nous soutenons les entreprises dans leurs transformations, pour les rendre plus résilientes et plus agiles.

  • Pour une médecine de premier rang mondial

L'urgence de la gestion du Covid-19 a montré qu'une recherche fondamentale d'excellence permet de comprendre plus rapidement les raisons des crises sanitaires et de tester de façon accélérée des options thérapeutiques. Nous travaillons à renforcer la structuration et l'efficacité de la recherche clinique en France, à dynamiser les approches de repositionnement de médicaments et des technologies médicales, pour pouvoir plus rapidement encore proposer des options innovantes aux patients et aux soignants.

  • Pour une économie responsable dans son utilisation des ressources naturelles

La mise sous tension de nos systèmes de production a été, en quelque sorte, une préfiguration de ce que pourrait être le monde de demain avec l'épuisement des matières premières et le changement climatique. Optimiser et diversifier la production d'énergie, en la rendant de plus en plus décarbonée, sure et compétitive, rationnaliser sa consommation, permettre de renforcer la durabilité de notre agriculture et sa capacité à produire une alimentation saine, diversifiée et de proximité, sont des actions de fond pour les Carnot, acteurs-clés de ces filières. Nous continuerons à renforcer ces actions et leur transfert pour que les découvertes de la recherche se retrouvent au plus vite dans nos filières industrielles.

Hier et face à l'urgence, il y a eu en première ligne les acteurs de la santé. Le combat s'élargit. Pour une relance économique ambitieuse et durable, la France doit pouvoir compter sur toutes ses forces de recherche et d'innovation. Le plan d'investissement de l'Etat dans sa recherche dans le cadre de la LPPR va dans ce sens. Les compétences sont nombreuses et capables de se mobiliser dès aujourd'hui sur tous les fronts de l'économie. Nos équipes sont prêtes à relever le défi.

--

(1) https://www.instituts-carnot.eu/fr/actualite/les-carnot-se-mobilisent-face-a-lepidemie-illustrations-1https://www.instituts-carnot.eu/fr/actualite/covid-19-le-reseau-carnot-pleinement-mobilise-illustrations-2

__

(*) Les "39 Carnot"

  • Philippe Véron - Président AiCarnot - Directeur du Carnot ARTS
  • Alain Duprey - Directeur général - AiCarnot
  • Susana Bonnetier - Vice-présidente - AiCarnot
  • Alexis Génin - Vice-président AiCarnot - Directeur du Carnot ICM
  • Jean Tayeb - Directeur du Carnot 3BCAR
  • Marc Danjon - Directeur du Carnot AgriFood Transition
  • Florence Favrel-Feuillade - Directrice du Carnot AP-HP
  • Bertrand Nadel - Directeur du Carnot CALYM
  • Emmanuel Sabonnadière - Directeur du Carnot CEA LETI
  • Jean-Noël Patillon - Directeur du Carnot CEA LIST
  • Philippe Lubineau - Directeur du Carnot Cetim
  • Yannick Guari - Directeur du Carnot Chimie Balard Cirimat
  • David Chupin - Directeur du Carnot Clim'Adapt
  • Célestin Sédogbo - Directeur du Carnot Cognition
  • Amory Martin - Directeur du Carnot Curie Cancer
  • Elisabeth Vidal - Directeur du Carnot Energie et Environnement
  • Christian Schaeffer - Directeur du Carnot Energies du Futur
  • Frédéric Dionnet - Directeur du Carnot ESP
  • Muriel Vayssier Taussat - Directrice du Carnot France Futur Elevage
  • Vincent Levacher - Directeur du Carnot I2C
  • Jérôme Sterpenich - Directeur du Carnot ICEEL
  • Eric Heintzé - Directeur du Carnot IFPEN-RE
  • Gaëtan Monnier - Directeur du Carnot IFPEN-TE
  • Stanislas Lyonnet - Directeur du Carnot IMAGINE
  • Mannuel Collet - Président du Carnot Ingénierie@Lyon
  • François Cuny - Directeur du Carnot Inria
  • Michael Tatoulian - Directeur du Carnot IPGG Microfluidique
  • Pierre Cezac - Directeur du Carnot ISIFoR
  • Ahmed Lbath - Directeur du Carnot LSI
  • Yannick Vimont - Directeur du Carnot M.I.N.E.S
  • Céline Vinot - Directrice du Carnot MECD
  • Jean-Marc Daniel - Directeur du Carnot MERS
  • Lionel Limousy - Directeur du Carnot MICA
  • Hervé Dombret - Directeur du Carnot OPALE
  • J.C. Olivo-Marin - Directeur du Carnot Pasteur MS
  • Carole Caranta - Directrice du Carnot Plant2Pro
  • Redouane Borsali - Directeur du Carnot PolyNat
  • Catherine Renard - Directrice du Carnot Qualiment
  • Serge Monneret - Directeur du Carnot STAR
  • Christian Picory-Donné - Directeur du Carnot Télécom et Société numérique
  • José-Alain Sahel - Directeur du Carnot Voir & Entendre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2020 à 12:25 :
comme disait de Gaulle :" enFrance on a beaucoup de chercheurs (secteur public) qui cherchent , on en voudrait qui trouvent "
l'innovation comme levier de développement est rarement le fait de la recherche publique , elle prospère dans les entreprises privées qui ne sont pas entravées par des objectifs politiques .
quant à la souveraineté , en démocratie elle s'affirme par une excellence économique et non par des décisions politiques .
a écrit le 02/09/2020 à 12:25 :
comme disait de Gaulle :" enFrance on a beaucoup de chercheurs (secteur public) qui cherchent , on en voudrait qui trouvent "
l'innovation comme levier de développement est rarement le fait de la recherche publique , elle prospère dans les entreprises privées qui ne sont pas entravées par des objectifs politiques .
quant à la souveraineté , en démocratie elle s'affirme par une excellence économique et non par des décisions politiques .
a écrit le 30/08/2020 à 20:05 :
La souveraineté de l’innovation passe par les USA ( monopole ), tous les talents s’exportent là bas.
En fait le problème de l’UE ( Français et Anglais ...) c’est leur manque d’humilité, ils croient qu’ils ont la prestance de leur passé , c’est cette attitude qui les ralenti dans cette course économique multiplier par 70 à cause de internet.
Les écarts sont trop grands et la souveraineté devient une utopie avec une innovation monopolisée par une économie américaine.
a écrit le 30/08/2020 à 16:16 :
Le corona a juste était un catalysateur «  fixateur des mouvements de masses » pour propulser en avant des économies futuristes, pour creuser un fossé appréciable et titanesque, pour bloquer la suite à venir ( contrôle de pouvoir , puissance ...)
Alors les blabla de l’innovation.... gardez les pour les bobos sans trauma de leur naissance à aujourd’hui, aucun de vos articles est proche de 1% de ce que les populations vivent au quotidien, pourquoi nous devrions acheter pour être informé, alors que l’information devrait être gratuite ! ( encore un autre sujet )
Franchement vous voulez quoi ! Grace à la révolution du WeB vous avez eu votre première révolution et accélération, non ça vous suffit pas !
Il faut écraser plus ! N’est ce pas ?
L'étape suivante ? Des salles de sucides collectives numérisés ? Des puces greffes de force ? Des vaccins de force ?
Nous sommes bien dans des dictatures numériques et innovantes !!!
a écrit le 29/08/2020 à 15:14 :
Visiblement maintenant on nous martèle sur l'innovation pour attaquer les progrès!
a écrit le 29/08/2020 à 1:39 :
le titre semble comme une évidence u gliusseme t sémantique vers un nationalisme particulier et qui ne dit pas son nom.

Au vue aussi des sujets de la rem a la rentrée avec des présentateurs idéologues, je viens d'un autre journal, le recule après une semaine de désintoxe semble montrer la thématique a venir qui utilise des mots mais dont les réalités sont inverses !
a écrit le 28/08/2020 à 21:23 :
Encore un bel articles des lobbyistes de Carnot, qui jusqu'à maintenant n'ont pas p(t)rouvé grand-chose. En tout cas, l'industrie française est en train de tout miser sur une innovation pérenne : le masque en tissu ! Vamos !
Réponse de le 29/08/2020 à 1:40 :
l'innovation cela me connait et je dois dire que le zion, mot utilisé par les rasta ont l'avantage de voir que les mots sont dans l'espace !
a écrit le 28/08/2020 à 17:58 :
La Souveraineté ne se conjugue qu'avec progrès mais sûrement pas avec innovations!
L'innovation ne fait que perturber le consensus qui amènera au progrès, un résultat tangible, qui est une entité perenne! En bref: l'Etat est en progrès, les entreprises innovent!
a écrit le 28/08/2020 à 17:53 :
La Souveraineté ne se conjugue qu'avec progrès mais sûrement pas avec innovations!
L'innovation ne fait que perturber le consensus qui amènera au progrès, un résultat tangible, qui est une entité perenne!
a écrit le 28/08/2020 à 17:40 :
Non mais vous en avez pas marre sans rire de vouloir sans cesse de l'argent public ? Investissez déjà plus dans la recherche que dans le marketing et vous serez déjà plus crédible. Par ailleurs plus de 15000 morts par an du fait des effets secondaires des médicaments n'aident pas à la confiance non plus.

De grâce ouvrez les yeux sur ce qui se li et se dit de vous, des enquêtes de plus en plus fouillées pour exposer comme la privatisation de notre santé est une aberration majeure l’État vous engraisse pendant que vous engraissez les actionnaires milliardaires qui eux engraissent leurs paradis fiscaux, impasse mortifère s'il en est.

Difficile de ne pas penser à la pub des Nuls pour la recherche hein...
Réponse de le 28/08/2020 à 18:16 :
" 15000 morts par an du fait des effets secondaires des médicaments"
n'oubliez pas les effet iatrogènes, là c'est pas un effet secondaire désagréable ou ennuyeux mais le décès. Y a des logiciels maintenant, me semble, de prescription pour éviter les effets néfastes d'associations à éviter (la personne saisit les produits et le truc dit "NOOOON, ça et ça ça va pas", ça évite les étourderies, surtout en polymédication (= complexe à gérer)) d'où l'utilité de dire ce qu'on a comme traitement si on va nous prescrire qq chose, il peut y avoir des contraintes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :