La fin de l'actionnaire !

 |   |  608  mots
Michel Santi, économiste.
Michel Santi, économiste. (Crédits : DR)
Avec l'abondance de capitaux sur les marchés, l'actionnaire se voit de plus en plus souvent cantonné à un rôle purement passif et symbolique. Dans ce contexte, peut-on encore parler de capitalisme ? Par Michel Santi, économiste(*).

Pour de plus en plus d'entreprises, le capital n'est plus un ingrédient crucial. Au contraire même puisque, pour les géants qui dominent aujourd'hui, soit Apple, Amazon, Facebook, Google, ou Netflix, les besoins en capitaux frais restent symboliques, voire inexistants.

La dernière illustration de ce changement de paradigme est l'entrée en Bourse, la semaine passée, de Spotify dont l'objectif n'était pas de lever de nouveaux capitaux, malgré le traditionnel accueil lui ayant été réservé à la Bourse de New York. En effet, et de l'aveu même de son grand patron, l'objectif prioritaire de cette entrée en Bourse fut de permettre aux investisseurs privés initiaux de trouver des acquéreurs à une partie de leurs actions de cette société, accessoirement à des prix intéressants.

Glissement fondamental dans la gouvernance des entreprises

Pour sa survie et son développement, et à l'instar de nombre de sociétés dont les directions générales décident de les faire coter en Bourse, Spotify n'avait donc nul besoin de davantage de capitaux, mais juste de donner une opportunité à ses capital-risqueurs de sortir et de recouvrer leurs investissements assortis d'un profit.

Dans un tel contexte, la gouvernance des entreprises subit également un glissement fondamental car les pourvoyeurs de capitaux - à savoir les actionnaires - ont de moins en moins de pouvoir sur la marche de la société car leurs deniers ne lui sont plus vitaux.

Le contrôle exercé dans le passé par l'actionnariat sur la gestion de l'entreprise devient ainsi quasiment inexistant, et quoi de plus logique du reste, alors même que leurs capitaux sont de moins en moins sollicités. Voilà en effet Apple, qui - en dépit d'être la première capitalisation mondiale - n'emploie que 120.000 salariés à temps plein, chiffre invraisemblablement bas au vu des 800 milliards de dollars qu'elle pèse.

Exemple typique de ces sociétés modernes ayant une influence mondiale considérable et un poids formidable en terme de capitalisation boursière, mais qui ne consentent à accorder à leurs actionnaires qu'un certificat d'action en échange de leurs placements, à l'exclusion de tout autre pouvoir.

Abondance de capitaux et disparition du pouvoir de l'actionnaire

La tendance est irréversible et ira même en s'amplifiant dans le sens d'un rôle désormais purement passif et symbolique dévolu aux actionnaires. Ainsi, entrée en Bourse en début d'année, Snapchat ne s'est-elle pas simplement contentée de diluer les droits de vote de ses actionnaires, comme Google, Facebook et LinkedIn avant elle. Cette entreprise a littéralement retiré tout droit décisionnel à son actionnariat, conférant ainsi tout le pouvoir à sa direction générale.

Comme les capitaux ne sont plus une denrée rare et que les marchés boursiers sont désormais trop spéculatifs, l'actionnaire se voit progressivement retirer ses prérogatives et son argent n'est plus la priorité des dirigeants d'entreprise. Alors, dans un contexte où les besoins en capitaux des entreprises de demain seront plus sporadiques - en tout cas inférieurs -, et alors que les sociétés d'aujourd'hui (et à plus forte raison de demain) trouvent d'autres solutions de financement, peut-on encore parler de capitalisme ?

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.

Il est également l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience", "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique", "Misère et opulence". Son dernier ouvrage : "Pour un capitalisme entre adultes consentants", préface de Philippe Bilger.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2018 à 5:27 :
Essayez Samsung ou LG, tres bonne tenue en terme de paiement. C'est coreen.
a écrit le 16/04/2018 à 21:31 :
Récapitulatif :
Moins de salariés pour plus de CA
Moins de pouvoir pour les actionnaires
Et plus d’argent pour les fondateurs et les marques( notoriété)
Plus besoin de «  capitaux »( l’argent coule à flot depuis que l’économie traditionnelle est sous les flots)
Et alors ?
La vie «  d’un outil IT » c’est 3 ans
a écrit le 16/04/2018 à 17:01 :
Après l'élimination du citoyen/électeur nous voilà a l'élimination de l'actionnaire/électeur pour aller vers l'élimination du citoyen/actionnaire!
a écrit le 16/04/2018 à 16:58 :
Les exemples cités sont quand même extraordinaires, pas représentatifs de l'ensemble des sociétés loin de là.
a écrit le 16/04/2018 à 16:30 :
OK mais quelle différence ? Actionnaires milliardaires ou direction général, les deux sont conseillers par les mêmes curés néolibéraux soit comptables, soit avocats fiscalistes ou divers banque qui ne font que rabâcher le dogme néolibéral "il n'y a pas d'alternative" il faut que les riches soient de plus en plus riches à n'importe quel prix.

Du coup les "conseillers" que l'on devrait nommer plutôt les perroquets, diffusant les mêmes messes, que les acteurs écoutant soient différents ne change pas grand chose hein, on se retrouve avec une économie financière mortifère.

Alors peut-être que ce que vous voulez dire c'est que du coup certains dégâts liés aux actionnaires sont moins fréquents, dans le détail donc, parce que d'un point de vue idéologie économique nous sommes à fond dans TINA.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :