La fin du salariat : mythe ou réalité ?

 |   |  733  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la fin du salariat... mythe ou réalité ?

La fin du salariat est-il un mythe ou une réalité ? Disons-le d'emblée, le salariat fait mieux que résister aujourd'hui, un peu partout à travers le monde. Il demeure la forme dominante de relation d'emploi. L'irruption des plateformes, pour l'heure, structurent le travail indépendant, le subordonne à des protocoles digitaux contraignants, plus qu'elles déstructurent le salariat.

Le travail indépendant, complémentaire du salariat

Les chiffres actuels ne préfigurent donc pas le grand soir du salariat. Et la légère résurgence du travail indépendant combine plusieurs tendances bien distinctes qui n'ont pas toujours à voir avec la digitalisation.

  • 1. Le ralentissement du grand mouvement de déclin de l'emploi agricole maintenant que ce dernier est réduit à la portion congrue.
  • 2. L'essor du e-commerce, qui compense l'érosion continue mais ralentie du petit commerce.
  • 3. Et enfin le développement de nouveaux secteurs de l'économie, dans les services aux entreprises, (conseil, ingénierie, R&D, gestion, etc...), et dans les services aux particuliers. C'est là aujourd'hui que prolifèrent les plateformes, qui intègrent, structurent et consolident le travail indépendant dans des secteurs bien circonscrits, et sur de nouvelles cibles de clientèle plus vastes.

Ces plateformes 1/ améliorent l'intermédiation entre offreurs et demandeurs. Elles permettent de révéler et de solvabiliser de nouvelles offres et demandes. 2/ Elles mutualisent la prise en charge de certaines fonctions support (informatique, RH, marketing etc.) dans des métiers jusqu'ici atomisés 3/ Elles automatisent une partie des process, permettant des gains de productivité.

Deux constats donc, à ce stade. Premièrement, les plateformes, s'ajoutent aujourd'hui aux entreprises existantes sans nécessairement les évincer. Elles élargissent des marchés étroits, démocratisant l'accès par des solutions à bas prix. Deuxièmement, leur modèle est difficilement généralisable. Elles picorent des compétences disponibles, soit basiques, soit déjà constituées au sein des entreprises. Une économie intégralement "plate-formisée" buterait inévitablement sur la non-prise en charge du renouvellement et du développement des compétences. Elle s'exposerait à un risque de dégradation du capital humain, d'assèchement de l'échange d'expérience et d'appauvrissement des soft-skills qui sont au cœur de la créativité.

Le salariat a la vie dure

Certes les entreprises en place sont amenées à repenser leurs process. Elles subissent de nouvelles pressions concurrentielles. Elles doivent accroître leur agilité. Elles se « plateformisent », faisant l'acquisition de plateformes existantes, mettant en place des partenariats, ou les intégrant dans leur chaîne de sous-traitance. Elles tendent également à se recentrer sur leurs coûts fixes, externalisant de plus en plus la composante variable de leurs coûts. Ce qui facilite leur ajustement en cas d'aléa. Le menu des solutions s'est d'ailleurs considérablement ouvert au cours des dernières années : portage salarial, intérim, CDD d'usage, travail détaché, freelance. Et si chacune de ces formes d'emploi demeure marginale, mises bout à bout, elles répondent aux  besoins d'ajustement rapides des secteurs les plus cycliques. Et à travers ces solutions, certains compartiments du salariat perdent beaucoup de leurs attributs.

Tout pour autant ne va pas dans le sens de cette hyper-fluidité. La précarisation se concentre sur certains segments de la chaîne de valeur. Pour autant l'ancienneté dans l'emploi auprès d'un même employeur n'indique pas d'accélération générale du turnover en France ou ailleurs. Cette durée était de plus de 11 ans et 4 mois en moyenne en France en 2017, contre 10 ans et demi au début des années 90.

Car les entreprises abordent aussi de plus en plus l'emploi comme un investissement. Tout un pan de l'emploi axé sur les fonctions stratégiques ou plus généralement à forte valeur ajoutée, constitue un noyau dur acyclique. Le digital complexifie aussi les métiers, les enrichit, augmente la polyvalence et la nécessité de faire du lien. Et les entreprises font plutôt de la rétention sur ces types d'emplois. Bref, le salariat a la vie dure. Les digues sont solides. Il faudra beaucoup pour qu'elles rompent. Reste cependant la grande inconnue de l'intelligence artificielle. Nous n'en sommes qu'à son balbutiement et à l'heure aussi des grands fantasmes. N'accélérons pas l'histoire. Mais soyons conscient que les digues ne sont pas éternelles.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2018 à 13:48 :
Tant que les banques considéreront que ceux qui ne sont pas salariés en CDI ou doté d'un statut au moins équivalent (fonctionnaires, etc.) ne sont pas solvables à long terme et leur refuseront l'accès aux crédit de long terme (immobilier, voiture, etc.); la recherche du salariat sera présente...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :