La France doit porter une mobilisation responsable des leviers monétaires et financiers européens !

 |   |  1066  mots
Pilier de l'Eurosystème, la Banque de France peut devenir le fer de lance d'une conversion des banques centrales à la lutte contre le changement climatique.
Pilier de l'Eurosystème, la Banque de France peut devenir le fer de lance d'une conversion des banques centrales à la lutte contre le changement climatique. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
OPINION. Nous sommes partis pour reproduire les mêmes erreurs pour sauver le système actuel que lors de la crise financière en 2008-2009. Il faut au contraire saisir ce moment pour réorienter les financements vers des activités durables et solidaires. En ce sens, la Banque de France et le ministère de l'Economie peuvent jouer un rôle central au niveau européen. Par collectif (*)

Partout dans le monde, la tragédie du coronavirus grippe les rouages de l'économie et suscite la panique des marchés à mesure qu'elle affecte les corps.

Face au virus, la priorité absolue est de mobiliser et renforcer les systèmes sanitaires. Pour assurer la santé des populations, apporter un soutien immédiat aux citoyens et aux entreprises et éviter l'installation d'une crise économique durable1 2, les États préparent des plans de relance historiques, appuyés par l'action volontaire des banques centrales3.

Cependant, en visant le retour à la normale et en alimentant de manière indiscriminée4 des marchés financiers dopés de longue date aux énergies fossiles, cette réponse nécessaire pose les bases de crises futures sans soutenir en priorité les plus touchés. La Banque de France a le devoir de réagir pour protéger les Français et les Européens.

Au bénéfice des grandes entreprises

Ainsi, si l'intervention historique de la BCE5 permet sans aucun doute d'accroître la liquidité du marché, c'est avant tout au bénéfice de grandes entreprises, dont les majors des énergies fossiles, davantage présentes sur les marchés financiers et plus faciles à financer :

  • En l'état, les nouvelles opérations de refinancement de long terme ne peuvent cibler les prêts aux petites et moyennes entreprises6. Si tel est son objectif, l'Eurosystème devra se doter d'outils leur donnant accès à ces financements bancaires ;

  • L'intensification des rachats d'actifs d'entreprises - via le quantitative easing - ne bénéficie pas directement aux ménages et petites entreprises mais finance les plus grandes d'entre-elles7. Ce faisant, elle pourrait apporter jusqu'à 132 milliards de financement aux entreprises les plus polluantes8 ;

  • Rien ne permet d'assurer que les prêts accordés par les banques aux entreprises et ménages grâce aux mesures mises en place seront à taux réduit, pour ne pas pénaliser une future reprise d'activité ni alimenter, à terme, les dividendes des actionnaires du secteur bancaire.

De plus, l'abaissement des obligations de fonds propres et de liquidité, accordé à tous sans prendre l'exposition des banques à des risques climatiques clairement sous-estimés9, réduit la résilience du système financier. Un risque amplifié par le report de la mise en place de Bâle III10 et l'assouplissement des régulations nationales.

En résumé, nous sommes partis pour reproduire les mêmes erreurs que lors de la crise financière en 2008-2009.

Il n'est pas trop tard pour changer de cap

Mais il n'est pas trop tard pour changer de cap. La situation est grave, et elle appelle à une action immédiate - mais prenons garde à ne pas sacrifier l'avenir. Alors que le changement climatique ne fera qu'accroitre la fréquence et l'intensité des événements tragiques imprévisibles telle que la pandémie de coronavirus11 12, assurer la santé et la sécurité des citoyens, la stabilité économique et financière, nécessite la réduction rapide de l'exposition et du soutien aux activités les plus polluantes.

Pour ce faire, il faut conditionner les politiques d'urgence afin de bien soutenir les petites et moyennes entreprises et les ménages vulnérables et d'exclure les entreprises les plus polluantes, particulièrement celles impliquées dans le charbon et le pétrole et gaz non conventionnels ou dans les énergies fossiles, dont l'essor remet directement en cause l'atteinte des objectifs climatiques. Afin de lutter également contre le risque d'insolvabilité, la piste d'un financement monétaire ou d'une remise en cause des dettes publiques détenues par les banques centrales de l'Eurosystème en échange d'investissements dans la transition écologique devrait également être étudiée.

Pilier de l'Eurosystème, la Banque de France peut devenir le fer de lance d'une conversion des banques centrales à la lutte contre le changement climatique. La Banque de France doit s'engager pour une sortie de crise socialement et écologiquement responsable, ouvrant la voie à une réorientation des financements vers des activités durables et solidaires. En demandant l'exclusion des énergies fossiles, avant tout du charbon et du pétrole et gaz non conventionnels, elle préparerait la révision stratégique de la politique monétaire de la BCE13 qui encadrera la contribution de celle-ci au développement de l'Europe pour les décennies à venir.

Un Green Deal européen

Le ministre de l'Economie et des Finances, qui s'est souvent positionné en faveur de la finance durable14, doit porter cette démarche à ses côtés. Membre clef de l'Eurogroupe, il peut montrer l'exemple en refusant le conditionnement des aides européennes à des mesures « d'ajustement macroéconomique » synonymes d'austérité, et en prônant leur utilisation dans des plans de relances nationaux compatibles avec le Green Deal européen15 et orientés vers l'objectif de neutralité carbone en 205016.

Soignons, protégeons les citoyens européens immédiatement, sans rendre cette tâche impossible dans le futur. Surmontons ensemble cette épreuve et faisons de cette crise, du drame, le ciment d'une société et d'une économie solidaire et durable.

___________________

Signataires :

Eric Alauzet, député

Dominique Bourg, philosophe

Valérie Cabanes, juriste et essayiste

Jérôme Deyris, économiste

Jean Gadrey, économiste

François Gemenne, chercheur

Thomas Lagoarde-Segot, économiste

François-Michel Lambert, député

Cécile Muschotti, députée

Bertrand Pancher, député

Philippe Quirion, économiste

Christophe Revelli, économiste

Xavier Ricard Lanata, éthnologue et philosophe

Jennifer de Temmerman, députée

Marie Toussaint, eurodéputée

Jean-Marc Zulesi, député

____________________

1 https://www.oecd-ilibrary.org/docserver/7969896b-en.pdf?expires=1585903415&id=id&accname=guest&checksum=70EC58A4071B09BBF33D426F4EEE3C1C

2 https://www.insee.fr/en/statistiques/4473305?sommaire=4473307

3 https://www.imf.org/en/Topics/imf-and-covid19/Policy-Responses-to-COVID-19

4 https://reclaimfinance.org/site/2020/03/26/ordonnance-bce-coronavirus-oublie-maux-sociaux-environnementaux/

5 https://www.ecb.europa.eu/press/pr/date/2020/html/ecb.mp200312~8d3aec3ff2.en.html / https://www.ecb.europa.eu/press/pr/date/2020/html/ecb.pr200318_1~3949d6f266.en.html

6 https://www.cepweb.org/the-ecb-response-to-covid-19/

7 https://www.veblen-institute.org/Rapport-Aligner-la-politique-monetaire-sur-les-objectifs-climatiques-de-l-Union.html

8 https://reclaimfinance.org/site/2020/03/26/870-milliards-supplementaires-de-qe-combien-iront-aux-entreprises-les-plus-polluantes/

9 https://www.bis.org/publ/othp31.pdf

10 https://www.bis.org/press/p200327.htm

11 https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/09/IPCC-Special-Report-1.5-SPM_fr.pdf

12 https://covid19-economie.banque-france.fr/comprendre/le-covid-19-dabord-et-le-climat-apres-pas-si-simple-liens-entre-risques-sanitaires-et-environnementaux/

13 https://www.ecb.europa.eu/press/pr/date/2020/html/ecb.pr200402~942a1358ee.en.html

14 https://www.novethic.fr/actualite/finance-durable/isr-rse/paris-et-londres-renforcent-leurs-positions-sur-la-finance-verte-147433.html

15 https://climatechangenews.com/2020/04/09/european-green-deal-must-central-resilient-recovery-covid-19/

16 https://reclaimfinance.org/site/2020/04/06/mettre-la-solidarite-verte-au-centre-de-la-reponse-des-ministres-des-finances-europeens/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2020 à 16:44 :
Cet article est très instructif et devrait être connu de beaucoup de français, comment s'opposer à une politique qui d'ores et déjà paraît désastreuse? Comment appuyer les propos tenus ?Où en sont les désirs de ne pas faire "comme avant"? Envolés! Cela me met en colère, cette crise n'aurait donc servi à rien?
Réponse de le 29/04/2020 à 22:02 :
Ne pas faire comme avant ? Ce la veut dire pour moi équilibrer le budget de l'état c.à.d. économiser sur les dépenses publiques pour pouvoir investir dans le système de santé. Dans ce pays détenant le record mondial d'imposition, on se paie en plus le luxe d'emprunter tous les ans 100 milliards pour des dépenses courantes. Avec quoi voulez vous investir ?
a écrit le 29/04/2020 à 15:46 :
D'où l'intérêt de la monnaie hélicoptère émise par les banques centrales et distribuée directement aux banques de détail sur les comptes des particuliers et des petitres entreprise. Les grosses administrations intermédiaires très coûteuses des états et des marchés financiers seront ainsi courcircuitées. D'une manière générale les circuits courts et le recyclage sont la clé de la reprise.
a écrit le 28/04/2020 à 17:24 :
"Le problème avec l'Europe c'est que l'on ne sait pas à qui s'adresser" Donald Trump.

Quand nous parlons de choses sérieuses nous n'avons plus aucun interlocuteur à qui nous adresser. L'Europe a éradiqué la puissance politique, volontairement bien entendu, générant des dirigeants politiques désastreusement faibles dans chaque pays installés là afin de ne jamais remettre en question la gestion des dragons célestes aussi catastrophique soit elle.

Donc vous avez raison mais ce sont ceux ceux qui ont systématiquement tort qui vont continuer de gérer.
a écrit le 28/04/2020 à 14:37 :
Une grande majorité de ces gens vivent au crochet de l'état et ont des fins de mois assurés. Ils prônent la décroissance car cela n'aura aucun effet sur leur petite vie personnelle.Couler nos boîtes et notre gagne pain cela les fait jubiler au nom de l'idéologie pastèque. Ils vivent sur une autre planète.
a écrit le 28/04/2020 à 14:20 :
Qui sont ces gens qui n'ont rien compris à l'économie ultralibérale portée aux nues par Macron ?
a écrit le 28/04/2020 à 13:45 :
"Porter une mobilisation responsable" !
… Et surtout ne pas se gratter l'oreille droite avec l'orteil gauche en chantant "Viens poupoule".
a écrit le 28/04/2020 à 12:31 :
La France ne fera que ce que la sphère financière lui dira de faire, nous n'avons pas a la tête de l’État des gens en capacité de s'y opposé! Le reste n'est que "spéculation"!
a écrit le 28/04/2020 à 11:59 :
les écologistes sont des gros coupons.IL faut les Parker dans le désert avec les animaux sauvages, on verra comment ils se comporteront.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :