La France peut-elle ignorer l'impact de la sortie du nucléaire en Belgique ?

OPINION. La sortie programmée du nucléaire en Belgique va avoir des conséquences pour la politique nucléaire de la France à l'échelle européenne. Il est nécessaire que les autorités françaises dialoguent avec Engie, entreprise française qui gère le parc nucléaire belge et a engagé son démantèlement en l'absence d'une ferme prise de position du gouvernement belge. Par Marc Deffrennes, analyste nucléaire pour l'OCDE, membre de Wecare, et Samuele Furfari, Président de la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels. Tous les deux sont d'anciens fonctionnaires européens.

4 mn

Vue générale de la centrale nucléaire de Tihange en Belgique, exploitée par Electrabel, filiale du groupe français Engie. Le gouvernement belge a acté en principe la fermeture des centrales nucléaires en 2025.
Vue générale de la centrale nucléaire de Tihange en Belgique, exploitée par Electrabel, filiale du groupe français Engie. Le gouvernement belge a acté en principe la fermeture des centrales nucléaires en 2025. (Crédits : Reuters)

En 1999, en Belgique, le parti Écolo (équivalent de Europe Écologie-Les Verts) a monnayé sa participation (largement minoritaire) au gouvernement en exigeant une loi de sortie et abandon définitif du nucléaire. Celle-ci fut votée en 2003 avec une échéance de sortie après 40 ans de fonctionnement, soit à la date ultime de 2025 pour la dernière tranche mise en exploitation. Depuis, cette loi n'a pas été modifiée, quelles qu'aient été les coalitions au pouvoir.

Une clause sur l'extension de vie de deux tranches

Après les élections de juin 2019, les très longues négociations politiques aboutirent à la mise en place, en octobre 2020, d'une coalition incluant à nouveau les Verts (Ecolo et Groen). L'accord de gouvernement confirme la sortie totale du nucléaire pour 2025, avec cependant une clause permettant l'extension de vie de deux tranches, s'il y a un risque d'approvisionnement électrique ou un impact trop important sur les prix de l'électricité.

En décembre 2020, Engie, le groupe industriel français qui est l'exploitant des centrales nucléaires belges (7 tranches 6 GWe), a informé le gouvernement belge que le temps était venu soit de confirmer la sortie totale du nucléaire, soit de décider de prolonger au-delà de 40 ans l'exploitation des deux réacteurs les plus récents. Sans réponse du gouvernement, Engie a alors informé celui-ci que l'entreprise mettait tout en place pour une sortie totale en 2025, en commençant notamment par réorienter les équipes travaillant sur l'extension de vie vers les programmes de démantèlement.

Aujourd'hui, en décembre 2021, le gouvernement belge reste divisé sur la question et n'a pas encore adopté une décision finale quant à l'avenir du nucléaire en Belgique.

C'est le moment qu'Engie a choisi pour informer le gouvernement et la presse, que, pour lui, le temps est passé et que la sortie totale du nucléaire est devenue inéluctable, autrement dit que 3 à 4 ans ne sont plus suffisants pour faire aboutir la procédure d'extension de vie de deux tranches au-delà de 2025.

Engie étant un groupe français, nous en appelons aux plus hautes autorités de la France à engager un dialogue avec « son entreprise » sur cette question. On peut légitimement se demander ce que la France a à faire dans ce dossier, d'autant que d'après les Traités Européens, chaque État membre est libre du choix de son mix énergétique.

Sans doute, mais le dossier du marché de l'électricité et le dossier nucléaire sont de dimension européenne. Comme on l'a bien vu à de multiples reprises dans le passé, une décision prise dans un État membre influence ce qui se passe dans les autres, en particulier chez les voisins directs.

Le risque d'isolement de la France

Une sortie totale du nucléaire en Belgique aura incontestablement un impact sur le fonctionnement du marché de l'électricité en France. Une sortie totale du nucléaire en Belgique renforcera aussi l'isolement de la France, qui se retrouvera entourée de pays antinucléaires déclarés ou très proches de l'être (Belgique, Allemagne, Italie, Espagne).

Pour avoir travaillé à la Direction générale de l'Energie de la Commission européenne, nous avons observé l'impact très négatif des positions anti-nucléaire de certains Etats membres de l'Union sur la politique énergétique de l'Union européenne, dont le dernier acte en date est la Taxonomie Financement Durable. Même si la France réussit à ce que l'énergie nucléaire ne soit plus ostracisée par les institutions européennes, si la Belgique suit l'Allemagne, les opposants à cette énergie pourront plus facilement discréditer la politique et le savoir-faire nucléaire français. Il sera aisé pour eux de répéter à l'envi que l'entreprise française Engie abandonne le nucléaire.

Il nous parait dès lors que ceci mérite une réflexion au niveau des autorités françaises et un dialogue avec Engie et peut-être aussi au niveau diplomatique, afin d'aller au-delà de l'intérêt purement économique d'un groupe industriel privé et de prendre en compte l'intérêt stratégique de la France dans ce dossier.

______

(*) Site de Wecare

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 30/12/2021 à 16:40
Signaler
@valbel189 " Il est impossible d'assurer un avenir électrique sans le nucléaire. Tout ceux qui le pensent sont des menteurs" Ah bon, ? vous êtes un expert mondialement reconnu pour ses compétance en économie énergétique ? Paut-être que ceux qui ...

à écrit le 29/12/2021 à 20:19
Signaler
Avec les surgénérateurs, on a du combustible pour des siècles.

le 30/12/2021 à 14:27
Signaler
Quand ça marchera

à écrit le 29/12/2021 à 18:04
Signaler
C'est sur je pense qu'il y que dans les Alpages Suisses que l'on peut s'inquiéter ! mais ils se demandent où est la Belgique d'abord , ils en ont entendu parler dans les histoires de Gaullois raconter par leurs voisins Français et pas drôles je vous ...

à écrit le 29/12/2021 à 17:54
Signaler
L'irresponsabilité des gouvernements français c'est de toujours céder au lobby nucléaire national alors que des ENR non intermittentes existent, que l'avenir est aux solutions de stockage des énergies renouvelables; à terme la fusion nucléaire consti...

à écrit le 29/12/2021 à 17:52
Signaler
L'irresponsabilité des gouvernements français c'est de toujours céder au lobby nucléaire national alors que des ENR non intermittentes existent, que l'avenir est aux solutions de stockage des énergies renouvelables; à terme la fusion nucléaire consti...

à écrit le 29/12/2021 à 16:06
Signaler
La faiblesse des autorités qui hésitent à décider sur l'avenir de la production électrique en Belgique devient criante. Cette situation profite évidemment aux fournisseurs de gaz et menace gravement la sécurité d'approvisionnement électrique en Belgi...

le 29/12/2021 à 17:13
Signaler
Et en FR aussi : irresponsabilité politique de Chirac, Sarkozy, Hollande, il fallait commencer à construire d'autres centrales nucléaires à partir de 2000 puis 2010.....

le 29/12/2021 à 17:14
Signaler
Et en FR aussi : irresponsabilité politique de Chirac, Jospin, Sarkozy, Hollande, il fallait commencer à construire d'autres centrales nucléaires à partir de 2000 puis 2010.....

à écrit le 29/12/2021 à 12:39
Signaler
Centrales à gaz ? NON. L'europe a été idiote, naive, irresponsable, masochiste de se livrer prisonnière de la Dictature Russe. TOUT AZIMUT vers le nucléaire, ré-ouvrir de suite Fesseinheim. La conso électrique va EXPLOSER.

le 04/01/2022 à 18:13
Signaler
Est-ce encore possible de réouvrir Fesseinheim maintenant ???

à écrit le 29/12/2021 à 11:51
Signaler
L'électronucleaire est une industrie sérieuse et heureusement soumise à des procédures rigoureuses. L'inertie qui en résulte n'est pas compatible avec les successions de coups de tête et d'atermoiements d'hommes politiques inconsequents. Ils ont ch...

à écrit le 29/12/2021 à 10:37
Signaler
Ne pas oublier le tarif de revente de l’électricité nucléaire à l'export:la France va se les faire en or dès lors que Poutine fera exploser le prix du gaz comme ces derniers mois (multiplié par 5) ou/et qu'il n'y a pas assez de vent pour les éolienne...

à écrit le 29/12/2021 à 10:22
Signaler
Que les belges arretent le nucleaire pourquoi pas mais il faudra pas oublier de leur envoyer la note du demantelement Une fois ! les centrales apprtiennent a Engie et ils esperent que les francais payent le dementellement je ne sais pas s'i...

à écrit le 29/12/2021 à 9:37
Signaler
isolé ? C'est oublier les Pays-Bas qui viennent de lancer les réflexions pour construire deux nouvelles tranches nucléaires, la Pologne, l'Italie,... C'est plutôt le club européen des antinuc qui se prépare des lendemains qui chantent.

à écrit le 29/12/2021 à 8:01
Signaler
A bas le nucléaire, vive le charbon, une bonne vieille énergie bien de chez nous une fois. Avec les ecolos la Belgique va vers le smog.

à écrit le 28/12/2021 à 20:15
Signaler
Merci pour cet exposé de la situation catastrophique en Belgique. Et pour ces pistes de solution.

à écrit le 28/12/2021 à 18:20
Signaler
La Belgique se met dans les bras des compagnies gazière tant qu'il y aura du gaz. Les Belges seront également dépendants des importations d'électricité de leurs voisins. C'est leur choix. Je pense également que le black out européen n'est pas loin...

à écrit le 28/12/2021 à 17:54
Signaler
di rupo a bien rigole, a te couler tout ca; quand il y aura un blackout et qu'ils seront dans la mouise, ils exigeront en 5 mn qu'engie trouve une solution? ( pour la merde qu'ils ont semee volontairement)

à écrit le 28/12/2021 à 15:53
Signaler
Dans la liste des pays frontaliers de la France ayant tourné le dos au nucléaire vous avez oublié la Suisse.

le 28/12/2021 à 16:09
Signaler
La Suisse n'a pas besoin de centrales de cette importance, c'est un pays Montageux et l'énergie hidrau-électrique suffit.

le 29/12/2021 à 8:38
Signaler
Ah bon ? Pourtant du nucléaire, il y en a en Suisse et ça ne va pas s'arrêter en 2025. Cette affirmation me paraît donc excessive.

le 29/12/2021 à 9:05
Signaler
@Roadrunner01 et Julien. Certes il y a du nucléaire, en Suisse, mais c'est comme en Espagne et en Italie, ils ont décidé de laisser les centrales mourir de leur belle mort comptable sans y retourné. Si l'hydraulique leur avait suffit comme le dit Ju...

le 30/12/2021 à 11:44
Signaler
Si vous lisiez les médias suisses, vous sauriez que les suisses sont très inquiets de futurs blackouts et qu'ils se posent la question de relancer le nucléaire...

à écrit le 28/12/2021 à 15:49
Signaler
Dans la liste des pays frontaliers de la France ayant tourné le dos au nucléaire vous avez oublié la Suisse.

à écrit le 28/12/2021 à 13:11
Signaler
La sortie du nucléaire en Belgique est la chance de la France de se refaire une santé en fournissant de l'énergie décarbonnée partout en Europe du Nord notamment.. Engie va tirer profit de tentions fortes sur les prix de l'électricité (seul bémol, l'...

le 28/12/2021 à 15:50
Signaler
C'est ce que j'appelle prendre ses désirs pour des réalités

le 28/12/2021 à 15:54
Signaler
C'est ce que j'appelle prendre ses désirs pour des réalités

le 29/12/2021 à 8:43
Signaler
Disons qu'ils se poseront la question sans franchir le pas. Surtout si le coût de la tonne de CO2 augmente. Cela devrait être le cas selon moi. Les allemands ont assez pollué l'Europe à peu de frais, il faudrait que ça cesse.

à écrit le 28/12/2021 à 13:11
Signaler
Dans la vie, il faut savoir ce qu'on veut. Prendre des décisions et mener à bout les projets. Le futur sera "Électrique". Ça veut dire qu'il faut produire du "jus" en temps et en heure et suffisamment pour tout le monde et au moins cher. Il est impo...

le 29/12/2021 à 9:11
Signaler
Il est impossible de.....sans le nucléaire ? Croyez vous être suffisament expert en économie énergétique pour affirmer de telles abérations? Sans doute ignore vous que l'uranium est la matiere la plus rare de la planète et même de l'Univers. Com...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.