Le long chemin de la démocratisation des monnaies cryptographiques

 |   |  1113  mots
Frederik Mennes.
Frederik Mennes. (Crédits : Reuters)
Où vont les monnaies cryptographiques ? Tandis que le Bitcoin, symbole de ce marché, a fait l'objet de l'attention de tous les médias lors de son arrivée en 2009, son émergence n'est pas forcément synonyme de nouvelle ère, même si l'économie digitale mondiale est en pleine expansion. Son accueil par le public montre que, pour réussir, les fournisseurs de cryptomonnaies doivent encore casser un certain nombre de barrières psychologiques s'ils veulent convaincre le public de l'intérêt de leurs monnaies, et devenir une réelle alternative aux monnaies traditionnelles. Par Frederik Mennes, Senior Manager Market & Security Strategy, chez VASCO Data Security.

L'économie digitale a créé de nouvelles règles, de nouvelles manières de faire du commerce et de nouvelles manières de gérer les affaires. Il s'agit d'un modèle fondé sur le changement, où le changement est la norme et souvent le mode de fonctionnement des industries qui y prospèrent. Il serait logique de penser qu'une nouvelle monnaie devrait aller de pair avec l'ère digitale. Mais à ce jour, les cryptomonnaies inspirent plutôt de la frilosité.

On peut donc se demander sur le Bitcoin et ses semblables vont être acceptés et se démocratiser auprès des consommateurs et, si oui, quand ? Après tout, ces monnaies offrent de nombreux avantages : anonymat, pas d'intervention de tierce partie, pas de taxes sur les achats, faible coût des transactions et flexibilité pour les paiements mobiles.

En 2013, le Bitcoin jouissait pour la première fois d'une couverture dans les grands médias nationaux. A cette époque, beaucoup attendaient que le Bitcoin soit adopté partout dans le monde dans les deux années à venir. Avec le recul, nous voyons que ça n'a pas été le cas. Pour donner une note plus optimiste, on ne voit cependant pas de signe annonçant le retrait du Bitcoin. En réalité, on estime qu'il y a environ 10 millions d'utilisateurs de Bitcoin dans le monde aujourd'hui, et les volumes de transactions augmentent. Mais, même si cela est encourageant, il faut admettre que le Bitcoin a encore beaucoup de barrières à franchir s'il veut réussir à être massivement adopté.

Les freins psychologiques à l'adoption des cryptomonnaies

Le Bitcoin et les autres monnaies cryptographiques souffrent d'une très grande volatilité des prix, ce qui signifie que leur valeur fluctue de manière très importante. Ce qui affecte évidemment leur fiabilité pour les achats quotidiens. De plus, lorsque le Bitcoin fait les gros titres de l'actualité, il s'agit souvent d'histoires négatives liées à sa volatilité, à son utilisation pour des achats sur les marchés noirs, ou encore pour payer les auteurs d'attaques par ransomware. Voilà typiquement la perception que le grand public a du Bitcoin, ce qui ne facilite pas l'amélioration de son image et donc de son intérêt.

Et comme si cela ne suffisait pas pour inquiéter les consommateurs, le Bitcoin n'offre qu'une protection très limitée pour son utilisateur. Par exemple, si vous perdez votre carte bancaire, ou avez un problème avec un débit, vous pouvez facilement contacter votre banque habituelle via de multiples plateformes, ou vous pouvez vous rendre facilement dans une agence. Tout ceci est impossible avec le Bitcoin.

Si vous avez un problème avec un paiement en Bitcoin, vous pouvez contacter l'entreprise qui détient votre portefeuille Bitcoin. Mais il faut savoir que les paiements en Bitcoin ne peuvent pas être annulés ou modifiés une fois effectués. C'est ce qui permet aux commerçants d'accepter les monnaies cryptographiques sans risque de rétrofacturation. Cela signifie également que les utilisateurs doivent faire attention lorsqu'ils transfèrent des fonds, car les transactions ne peuvent pas être annulées, sauf à demander à celui qui a reçu les fonds de les rembourser. Tous ces aspects ont un impact sur l'attitude des gens vis-à-vis des cryptomonnaies.

Franchir les barrières technologiques

Les monnaies cryptographiques doivent trouver un meilleur positionnement entre pragmatisme et sécurité. En bref, le Bitcoin doit être plus facile à utiliser, car pour beaucoup de personnes, le fait de créer un porte-monnaie en Bitcoin ou d'échanger de la monnaie réelle contre des Bitcoins n'est pas naturel. Il faut prendre en compte le fait que dans le monde en ligne tout particulièrement, la facilité est reine, car une autre option est toujours possible à seulement un clic de souris.

Le Bitcoin fait face à beaucoup d'autres méthodes de paiement, dont certaines bénéficient d'une très grande confiance et sont très bien établies - comme les cartes de crédit MasterCard/VISA, Apple Pay et bien d'autres applications de paiement mobile. Par conséquent, le Bitcoin doit offrir des avantages de taille face à cette concurrence, comme l'assurance de paiements rapides (avec des règlements finalisés en 10 minutes ou quelques heures maximum) et à faible coût. Toutefois, de nombreux pays travaillent à la mise en place de processus de « paiements plus rapides », ce qui réduit l'un des avantages clés du Bitcoin.

Gagner la confiance des retailers

L'une des choses qui permettrait d'accélérer le rythme d'adoption du Bitcoin serait que plus d'enseignes et de consommateurs soient informés des avantages du Bitcoin par rapport aux méthodes de paiement classiques. Actuellement, seuls quelques centaines de sites de de commerce en ligne et quelques milliers de magasins physiques acceptent les Bitcoins. D'un autre côté, presque tous les sites de e-commerce acceptent MasterCard/VISA, et des millions de magasins physiques font de même. Les retailers doivent montrer leur volonté d'adopter les nouvelles monnaies et les consommateurs doivent être encouragés à les suivre.

Peut-être plus important encore, il existe toujours des incertitudes quant à la manière dont les législateurs vont réagir face au Bitcoin et aux autres monnaies cryptographiques. Ce qui dissuade les institutions financières de les adopter. Une plus grande clarté de la part des instances législatives est donc nécessaire pour que le Bitcoin soit considéré comme une alternative sérieuse aux monnaies classiques.

Pour des monnaies cryptographiques plus sûres et plus sécurisées

Et enfin, qu'en est-il de la sécurité ? Certaines analystes ont dit que le Bitcoin ne peut pas être piraté. Pourtant, la NSA elle-même a été hackée. Il est donc sage de penser que rien ni personne n'est à l'abri des piratages. Ceci étant dit, il y a probablement une confusion entre le fait de hacker les protocoles de paiement en Bitcoin et hacker des porte-monnaie Bitcoin d'utilisateurs individuels. Les protocoles de paiement en Bitcoin sont très robustes, et il est très peu probable qu'ils soient piratés. Toutefois, nous avons déjà vu de nombreux exemples d'entreprises hébergeant des portefeuilles Bitcoin se faire hacker, ce qui signifie que les utilisateurs ont perdu tous leurs Bitcoins. Par exemple, cette année en Corée du Sud, l'entreprise Buthumb a été piratée, affectant 30 000 utilisateurs.

Il est clair que les cryptomonnaies comme le Bitcoin offrent de nombreux avantages. Mais il faut également admettre qu'il reste encore beaucoup à faire au plan de la technologie, du marketing et de la sécurité avant que le Bitcoin ne devienne réellement le succès que ses créateurs lui ont prédit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :