Les dirigeants d'entreprise ont l'étoffe des champions

OPINION. A l'instar d'athlètes, nos dirigeants de PME et ETI ont montré leurs capacités à affronter les divers problèmes posés par la crise du Covid-19. Ces champions de la résilience ont déployé des trésors d'énergie et d'agilité. Dans la tempête, ils ont réussi à aller plus vite, plus haut et plus fort. Par Paul Bougnoux, Président-fondateur de la banque d'affaires Largillière Finance.

6 mn

(Crédits : Reuters)

Étonnante concordance des temps et des valeurs... Cet été, en regardant les Jeux Olympiques de Tokyo, vous vous êtes peut-être pris à admirer tous ces athlètes réunis pour le plus grand événement mondial célébrant le sport. Ils se sont entraînés si dur et depuis tant d'années pour décrocher une médaille d'or, monter sur un podium ou simplement ressentir le frisson d'avoir « participé » à un tel événement. Que dire alors de ces autres athlètes qui, eux, dans l'ombre cette fois, ont multiplié depuis plus d'un an et demi, courses de fond (et d'obstacles !) ou encore marathons, sans préparation, sans entraînement préalable ni filet de sécurité, mais avec quelle énergie !

Les dirigeants de nos entreprises, particulièrement PME et ETI, ont dû faire face à l'un des plus grands challenges de ces dernières années. Ce sont bel et bien des champions et à plus d'un titre. Comme nous prenons soin de nos athlètes et les célébrons, pourquoi ne pas célébrer les entrepreneurs, saluer leur dynamisme, leur résilience ! Alors que nous espérons un avenir plus radieux sur une route qui s'annonce toujours difficile, œuvrer pour créer avec eux les conditions optimales de leurs succès, leur offrir toujours plus de perspectives, devrait être plus que jamais au cœur de nos préoccupations.

Endurance, résistance au stress et à la fatigue, sang-froid dans l'adversité, capacités d'adaptation, rapidité de décision et vitesse d'exécution, sens du collectif, abnégation, optimisme hors du commun (...) : voilà autant de qualités propres aux champions des terrains, pistes et autres stades, et dont ces athlètes improvisés ont su faire montre depuis le déclenchement de la crise sanitaire.

Professionnels de la résolution des embûches et de la complexité

Ils sont par nature, par vocation, et par nécessité, des professionnels de la résolution des embûches et de la complexité. Mais face à une telle épreuve, ils auraient pu baisser les bras, succomber à la tentation du renoncement, refuser d'affronter des défis économiques et humains auxquels rien ne les avait préparés. Ou du moins hésiter, reculer, prendre le temps de souffler, se mettre provisoirement en retrait sinon sur la touche. Il n'en a rien été. Avec leurs équipes et leurs conseils, ils sont au contraire allés au combat. Tant de réactivité, de volontarisme et de créativité dans l'épreuve force l'admiration.

Les dirigeants d'entreprise ont fait leur la devise olympique : « Plus vite. Plus haut. Plus fort- Ensemble ».

Plus vite ? Avec la pandémie, tout s'est accéléré, à commencer par la digitalisation des entreprises avec ses conséquences organisationnelles. La soudaineté de la crise a imposé des réponses à la fois immédiates et durables. Dans l'urgence, il a fallu frapper vite. Pour mettre en place du jour au lendemain le télétravail. Pour trouver des financements, contenir les difficultés de trésorerie, accéder aux aides publiques.  Pour compenser les projets reportés ou annulés. Pour se fixer de nouvelles perspectives...

Par essence, un dirigeant d'entreprise est dans l'anticipation. Mais quand tous les repères habituels volent en éclat, que le chiffre d'affaires s'effondre, que les bureaux se vident de leurs salariés, qu'il faut recourir au chômage partiel, en un mot, lorsque se dessine un nouvel environnement non seulement économique et financier mais aussi humain et sociétal, alors la rapidité d'initiative est d'une importance vitale. Or, frappante a été la célérité avec laquelle les dirigeants ont réagi, multipliant les initiatives pour surmonter des situations souvent très délicates et pour trouver, vite et bien, des solutions à des problèmes sans précédent.

La question de la souveraineté et de la réindustrialisation

Plus haut ? La crise du Covid-19 a sans conteste fait prendre de la hauteur aux dirigeants, comme il en va souvent dans les périodes de bouleversements majeurs. Ils ont pris du recul tout en agissant, ils se sont questionnés sur la place et le rôle de leur entreprise, sa raison d'être et son apport à la société. Ils ont rebattu les cartes de leurs priorités stratégiques. Ce pas de côté, cette prise de hauteur, ce temps nécessaire donné à la réflexion inscrite dans un temps long (celui de la vision et des valeurs de l'entreprise), tout cela a également permis de s'emparer à bras-le-corps de certaines préoccupations mises en lumière par la crise, par exemple la question de la souveraineté et de la réindustrialisation. En réalisant qu'ils pouvaient œuvrer en première ligne à ces causes avec des réponses très concrètes, ils ont compris qu'ils pouvaient aller plus haut et plus loin dans la légitimation sociale et sociétale de leur business, en mettant ce dernier au service du bien-être collectif et du rayonnement de leur pays... Un peu comme les grands sportifs qui visent non seulement à briller mais aussi à faire briller leur drapeau national.

En prenant de l'altitude, ils se sont aussi beaucoup questionnés sur leur propre rôle et sur le sens de leur vie de dirigeant. La crise a assez naturellement poussé certains dirigeants à revisiter leurs ambitions, à repenser la finalité de leur travail d'entrepreneur, à soupeser leur envie, parfois, de changer de vie ou de lui donner une orientation différente. Continuer comme avant ? Revoir son organisation ? Lever des fonds pour accélérer sa croissance? Céder son entreprise ? Rationaliser ces décisions, voir plus clair dans leurs priorités et dans le champ des possibles est devenu crucial.

Plus fort ? C'est à la fois la résultante et la condition de possibilité de la résistance à l'épreuve : « Ce qui ne tue pas rend plus fort »... Et permet d'aller plus vite et plus haut. Cercle vertueux ! Cette force des volontés a été essentielle pour ne pas s'abandonner au découragement face à la complexité d'une crise sanitaire à mille inconnues et donc hautement anxiogène - complexité redoublée par celle des cadres juridiques régissant le droit du travail et par l'indispensable rapidité de mise en œuvre des aides et mesures gouvernementales.

Le rôle sociétal de l'entreprise

Nos dirigeants de PME et ETI, ces champions de la résilience, ont déployé des trésors d'énergie et d'agilité. Dans la tempête, ils sont allés plus vite, plus haut et plus fort. Et ils continueront sur cette lancée, renforcés par l'épreuve qu'ils ont traversée, et forts de nouvelles perspectives et d'une vision plus affirmée et mieux reconnue du rôle sociétal de leur entreprise.

Aller toujours de l'avant, profiter des difficultés rencontrées pour se réinventer, se fixer inlassablement de nouveaux caps, de nouveaux projets et de nouveaux challenges : telle a été depuis le début de la crise la marque de fabrique des dirigeants de notre pays. Ils ont montré qu'ils avaient vraiment l'étoffe des grands champions.

Ensemble ? Le mot a été ajouté à la devise juste avant les JO de Tokyo pour évoquer la solidarité et la collaboration en ces temps de crise mondiale. Aussi, particulièrement, en cette période électorale, n'oublions pas de prendre bien soin des athlètes du quotidien que sont les dirigeants d'entreprises d'autant plus quand il s'agit de PME et TPI : ils font l'honneur de notre pays.  Créons avec eux des perspectives, contribuons à leur succès, à un avenir plus serein ensemble.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 22/10/2021 à 13:53
Signaler
Vive les champions... des subventions!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.