Les États-Unis ont-ils signé un contrat "gagnant-perdant" ?

 |  | 1431 mots
Donald Trump.
Donald Trump. (Crédits : Reuters)
LA CHRONIQUE DES LIVRES ET DES IDÉES. Dans "Gagner ou perdre, une histoire des civilisations" (éd. Les Belles Lettres), l'essayiste William Bonner, revisitant l'histoire de l'humanité, défend l'idée que le développement des civilisations s'explique par la prépondérance qu'ont pris progressivement les accords "gagnant-gagnant" sur les accords "gagnant-perdant". Et établit que c'est l'économie qui a contribué à améliorer nos comportements. Une réflexion qui mène à une critique de l'état actuel des Etats-Unis, première puissance économique mondiale.

Quel est le moteur du développement des civilisations? Pour Marx et Engels, c'était "la lutte des classes", pour Nietzsche "l'éternel retour" contre le "nihilisme", pour les rationalistes des Lumières le progrès technique. Dans son livre « Gagner ou perdre, une histoire des civilisations » (éd. Les Belles Lettres), l'économiste William Bonner suggère que c'est l'économie, plus précisément la prépondérance au fil de l'histoire des accords "gagnant-gagnant" sur les accords "gagnant-perdant".

Ces derniers ont dominé les débuts de l'histoire de l'humanité. Pour s'approprier l'objet convoité, l'être humain n'avait la plupart du temps d'autre choix que de le voler, ce qui impliquait immanquablement le recours à la violence. Ce que l'un obtenait, l'autre le perdait.

Échange à somme positive

Au contraire, les accords "gagnant-gagnant" se caractérisent par un gain bénéfique pour les deux parties. Ils sont notamment apparus avec le développement de l'agriculture qui a marginalisé les chasseurs-cueilleurs. L'échange à somme positive s'est substitué à l'échange à somme nulle, grâce à l'accroissement de la richesse générée par l'augmentation de la production, elle-même due aux meilleurs rendements qu'entraînent la hausse de la productivité liée à la division du travail ainsi que la constante amélioration des techniques.

Parallèlement, la multiplication des échanges ne se réduit pas qu'au commerce. La nouvelle dynamique s'institue grâce aux « innovations locales dans les domaines des coutumes, du langage, de la monnaie et du respect de la propriété privée », souligne William Bonner. Ces innovations vont également favoriser une coopération pacifique qui va au fil de l'histoire se...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2020 à 15:41 :
L'économie qui n'a jamais contribué à améliorer nos comportements bien au contraire. Seul "les échanges" ont su le faire!
a écrit le 29/08/2020 à 19:36 :
On ne peut qu'être curieux de connaître des "références" prises pour établir: "que c'est l'économie qui a contribué à améliorer nos comportements"!? Pour "l'échange" cela ne porte pas a doute, mais pour l'économie, cela a plutôt amené au conflit!
a écrit le 29/08/2020 à 16:58 :
"Une réflexion qui mène à une critique de l'état actuel des Etats-Unis"

Oh la vache quelle banalité affligeante, bref une goutte d'eau dans le torrent anti-Trump et Amérique actuel.

L'économie c'est gagnant gagnant pour tout le monde sauf que les américains ont su lâcher leurs riches un peu partout dans le monde qui ont fait croire aux riches autochtones que l'argent n'avait plus de frontière que c'est bon les États n'étaient plus rien qu'ils feraient tout ce que les milliardaires leurs diraient ce qui n'était pas complètement faux soit dit en passant sauf pour... les États Unis.

Les oligarchies mondiales, bien souvent en déclin il faut le dire, voyant plein de fric à se mettre dans les paradis fiscaux ont sauté sur l'occasion important les règles américaines dans leurs pays générant paix et prospérité sauf que c'était les règles américaines auxquelles les américains actuellement souhaitent mettre fin en toute légitimité puisque c'est le peuple américain qui a trimé pour cette expansionnisme financier.

Alors est-ce que les américains l'ont fait exprès afin de s'imposer dans un peu tous les pays du monde ou bien la cupidité de leurs riches a suffit, difficile à dire en attendant il n'y a rien à redire sur la politique d'un président américain qui pense d'abord et avant tout à son peuple en mettant un terme à la récréation, en disant aux riches de retourner dans leurs pays ou de rester aux états unis.

Soit vous êtes aveugle, soit vous bossez pour les intérêts de l'oligarchie européenne sous quelque forme que ce soit, à savoir un énième papier qui sera rapidement oublié car partant d'un constat erroné, d'une méconnaissance profonde de l'économie, d'une incapacité à prendre du recul sur la morale, sur ce "bien" et ce "mal" qui vous a lavé le cerveau.
a écrit le 29/08/2020 à 15:09 :
"L'économie qui a contribué à améliorer nos comportements"!? Il est difficile d'avoir des références, cela n'est que suppositions! Mais, quand on peut "s'envoyer des fleurs", il ne faut pas hésiter!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :