Les femmes et l'État nounou

 |   |  616  mots
(Crédits : Istock)
CHRONIQUE DU "CONTRARIAN" OPTIMISTE. L'Organisation mondiale du travail constate que la question de l'égalité salariale entre les hommes et les femmes est corrélée au niveau de richesse du pays concerné. Mais cela ne tient pas compte d'un autre critère : l'égalité dans l'exercice du pouvoir. En effet, paradoxalement, dans certains pays nordiques, qui comptent parmi les moins inégalitaires du monde, la part de femmes ayant des responsabilités dans la société ou dans l'économie est largement plus faible qu'aux Etats-Unis, par exemple...

Dans l'histoire humaine, les femmes ont été, dans leur immense majorité, opprimées, discriminées et dominées. Elles le sont moins depuis l'après-Seconde Guerre mondiale. Cette amélioration est due à plusieurs facteurs, parmi lesquels le recul des préjugés, grâce au développement des idées progressistes et des régimes démocratiques, le progrès technologique, et la richesse générée par les société industrielles. En bref, le lave-linge (jusqu'à son invention et sa diffusion, laver le linge au lavoir quelle que soit la saison était une tâche harassante) a permis d'avoir le temps de lire le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Parmi les progrès à conquérir, il en reste un, tenace : l'égalité salariale pour un travail égal.

L'Organisation mondiale du travail (OIT) dresse un état des lieux dans un récent rapport : « Quels sont les causes des écarts salariaux entre hommes et femmes ? » Premier enseignement : ces dernières années se caractérisent, notamment dans les pays développés, par une modération salariale. En termes réels, et si l'on exclut la Chine (qui connaît une augmentation plus importante), la hausse salariale au niveau mondial est tombée à 1,1% en 2017 (après 1,8% en 2016),...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2019 à 8:57 :
IL faut se remettre dans le contexte préhistorique pour comprendre pourquoi la femme a toujours été soumise à l'homme, qui si on prend le "prè-humain" remonte à plusieurs millions d'années d'habitudes. Celle-ci étant indispensable à la création et à la reproduction, sens de la vie de base hein, elle a du se soumettre au mâle afin d'éviter les multiples dangers qu'elle risquait de part cette convoitise permanente, on parle d'individus proches du comportement animalier là et donc pouvoir obéir dans la seconde étant bien souvent une question de vie ou de mort.

La société a nettement évolué, elles n'ont plus besoin de cette protection au sein de sociétés devenus sociales et donc bien plus sures mais les instincts et autres réflexes imprimés depuis des millions d'années restent forcément d'autant que nous sommes toujours au sein de sociétés oligarchiques qui ont absolument besoin du lien dominant-dominé pour exister.

Du coup celles-ci ne peuvent pas se permettre de libérer totalement la femme sinon c'est l'humain dans son ensemble qui serait entièrement libéré puisque la femme étant la soumise de l’homme depuis toujours en éliminant ce lien c'est celui-de la soumission et de la dépendance dominant dominé qui est totalement remis en question.

Une véritable révolution étant donné que nous ne connaissons au final que des régimes politiques oligarchiques. C'est pour cela qu'il est tellement difficile d'y distiller la pensée libre et égalitaire s'étant eux mêmes totalement aliénés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :