Les vrais leviers de rebond stratégique de la France

 |   |  768  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, les vrais leviers de rebond stratégique de la France

Qu'est-ce que la politique industrielle aujourd'hui... un champ de l'action public dont on définit mal les contours. Un somme d'objectifs qui paraissent d'emblée voués à l'échec.

C'est a minima

  • 1/ Soutenir l'industrie. Certes. Ou disons plutôt aujourd'hui inverser le mouvement de / désindustrialisation. Mais qui croît vraiment au rembobinage d'un film qui concerne toutes les économies avancées, y compris l'Allemagne, même si c'est dans une moindre mesure ? Et il est clair qu'aujourd'hui, une politique productive doit étendre son champ bien au-delà du manufacturier.
  • 2/ Soutenir la création d'entreprises, notamment de start-up innovantes. Mais qui croit véritablement en la possibilité des start-up de prendre la relève de l'emploi perdu dans l'industrie, lorsque l'on prend la mesure du faible contenu en emplois des entreprises de la net économie. Et d'ailleurs les secteurs dits-porteurs, n'ont historiquement jamais été des moteurs directs d'emploi.
  • 3/ Faire éclore un Mittlestand à la Française. Autrement dit, faire croître nos PME, pour qu'elles atteignent une taille critique. Nous avons l'œil rivé sur les exemples italiens ou allemands depuis des années. Mais les écarts demeurent, comme si le mittelstand n'était pas dans notre ADN. Comme si nos Pépites avaient vocation à être absorbées par plus grand qu'elles, que ce soient des capitaux français ou étrangers.

Et au bout du compte la politique industrielle se noie dans la logorrhée mystificatrice sur la net économie. Qui raisonne partout à travers le monde développé, et en appelle à bâtir une industrie 3.0 ou 4.0: celle des applications, des objets connectés et autonomes. Cette industrie qui doit supplanter l'ancienne, grâce à l'effervescence des projets. Soyons agiles, autrement dit dérèglementés, et le nouveau monde jaillira de lui-même. Dans une destruction créatrice heureuse.... Celle qui nous place en proue de la frontière technologique.

Et là encore personne n'y croit vraiment. D'où vient cette idée que la France serait sur la frontière ? Elle semble au contraire courir dans beaucoup de domaines avec plusieurs longueurs de retard. Pourquoi cette nouvelle doxa selon laquelle, elle appartiendrait à la catégorie des pays qui font la course en tête alors-même qu'elle n'a jamais été en pointe de la révolution numérique. Alors même qu'on nous dit que les vainqueurs emportent toute la mise dans la net économie. Et que sur ce terrain, c'est plutôt une vassalisation par les GAFAM qui nous menace.

Peut-être est-il temps de bâtir non sur nos manques, mais sur nos atouts.

  • 1/ La force de l'économie française réside d'abord dans sa capacité à bâtir des groupes d'envergure mondiale. Elle sait conduire des FUSAC, acquérir des marques, des brevets, redessiner les contours de ses activités, les implanter à travers le monde, forger des partenariats. De façon assez paradoxale, la financiarisation du capitalisme a plutôt sauvé son modèle social, plus qu'il ne l'a sapé, jusqu'à ce jour. Et la maîtrise de ce processus, la protection du contrôle, doit être un élément central de notre stratégie industrielle. Car c'est à partir de cette épine dorsale, que le tissu français se régénère, se repositionne, développe de nouveaux projets, souvent par absorption de plus petites entités.
  • 2/ La force ne notre industrie, ce n'est pas de se battre en proue de la frontière technologique. La taille de notre marché ne nous permet d'ailleurs pas de le faire pour imposer nos standards. C'est plutôt dans l'alliance de la puissance publique et de la grande entreprise que nous excellons. Précisément lorsqu'il s'agit de faire du rattrapage. Or c'est plutôt là que nous en sommes aujourd'hui. Pour la France, comme pour l''Europe, d'ailleurs, il s'agit de s'engager dans une vraie stratégie de rattrapage concernant le digital.
  • 3/ L'enjeu clé de l'innovation aujourd'hui, c'est l'édification d'écosystèmes, autour de la santé, de la mobilité, de l'éducation, de la sécurité, de la dépendance etc. Ce sont ces objets dont doit s'emparer la politique industrielle. Et là encore, ce n'est pas le laisser-faire qui doit prévaloir.


Ces écosystèmes ont besoin d'architectes, de designer. Tout laisser entre les mains du marché est dangereux. De ce point de vue, la notion d'économie mixte n'est pas tout à fait obsolète, surtout si nous ne voulons pas que toutes les grandes fonctionnalités que je viens de mentionner deviennent de simples produits dérivés des GAFAM.

   >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2018 à 7:38 :
Il faut accepter une augmentation du prix de l'énergie. L'énergie bon marché favorise le chomage. Voir la note n°6 du CAE. Qui le comprendra?
a écrit le 29/05/2018 à 7:33 :
La solution consiste à appliquer la note n°6 du CAE, c'est à dire augmenter le prix de l'énergie pour réduire les charges sociales. Qui arrivera à le comprendre? Demandez un avis à notre prix Nobel d'économie; il est favorable à une taxe sur l'énergie pour respecter le climat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :