Loi anti-casseurs : doit-on réellement craindre pour la liberté de manifester ?

 |   |  156  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, doit-on réellement craindre pour la liberté de manifester ?

La proposition de loi controversée « anti-casseurs » a été revue et corrigée mercredi en commission à l'Assemblée nationale. Une nouvelle version sera représentée dans l'Hémicycle la semaine prochaine, mais certaines mesures du texte, qui s'inspire d'une loi débattue il y a 4 ans visant les hooligans, suscitent un malaise dans la majorité. Certains partis d'opposition dénoncent même une loi liberticide. En cause, des mesures telles que la création d'un fichier de manifestants, l'interdiction individualisée de manifester et l'assignation à résidence, des fouilles et palpations à l'entrée des manifestations, la pénalisation des personnes qui participent à une manifestation non déclarée... Jusqu'où peut-on aller pour maintenir l'ordre ?

On en débat avec Katia Dubreuil, présidente du syndicat de la magistrature, Guillaume Farde, conseiller scientifique de la spécialité sécurité et défense à Sciences Po, et François Cusset, historien des idées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2019 à 23:02 :
la liberté de manifester est DEJA laminée puisqu'on empèche les citoyens d'acceder aux sites !!!
a écrit le 02/02/2019 à 19:39 :
si cela continue il VONT permetre a n importe quel AUTOCRATE de bloque ilegalement n importe qui , cela prouve qu ils ont peur , il ni a pas que les crs qui se font dessus mais eux c est parceque il bossent ,, trop pour defendre un pouvoir qui ne merite pas d etre defendue, nous ne somme pas en guerre ;et poutant vous utilise des armes qui font des handicapes a vie??? ET JE DIT AUX FORCE DE L ORDRE CHAQU UN A LA RESPONSABILITE MORALE DE DESOBEIR AUX LOIS INJUSTE ///MARTIN LUTER KING///
a écrit le 02/02/2019 à 13:50 :
Je trouve que quelqu'un qui tente de blesser un policier mérite la prison . Et je pense qu'il n'y a qu'en France qu'on puisse avoir l'idée saugrenue d'en débattre.
Réponse de le 02/02/2019 à 14:17 :
absolument d'accord!
Réponse de le 02/02/2019 à 15:59 :
On en est bien d'accord mais est ce qu'un policier qui mutile un manifestant n'est pas tenu de prouver qu'il était en état de légitime défense?

C'est tout l'enjeux de la discussion sur les grenades et les LBD.

Pour chacun des 380 cas avérées de blessure grave et à fortiori pour les 20 cas de perte d'un oeil et les 4 mains arrachées, la police devrait être en mesure de prouver que ces personnes ont personnellement mis les policiers en grave danger.
D'autre part la police devrait être en état de prouver qu'il y a eu sommation et que l'arme a été correctement utilisée.

On en est très loin. Il y a eu des cas de tir, dans le dos, sur des journalistes pleinement identifiés, sur des passants, sur des enfants. Des tirs à moins de 15 m (potentiellement létal) et à plus de 25 m (trop imprécis).

Si Castaner était clair, toutes les personnes blessées feraient l'objet d'une plainte de la part de la police pour violence. En réalité, il n'y en a pas, parce que la police est incapable de prouver quoi que ce soit, malgré toutes leur caméras.

Les flics ont utilisé leur matos comme des cow boys. En 12 WE ils ont bléssé gravement plus de personnes que les mobiles en 6 mois à NDDL.
Et non seulement le ministre de l'intérieur les couvre, mais il les encourage.
a écrit le 02/02/2019 à 13:12 :
Plutôt que s' occuper des conséquences, il aurait mieux valu s 'intéresser aux causes car plutôt que cet habituel exercice de com qui consiste en un renversement de la preuve, Macron devrait rapidement et significativement tirer la génèse des GJ, j' ai nommé l' austérité des GOPE-de-Bruxelles qui ne se réglera que par un Frexit ..
https://www.upr.fr/actualite/france/la-feuille-de-route-economique-et-sociale-d-emmanuel-macron-est-mise-a-jour-les-grandes-orientations-des-politiques-economiques-gope-2018-2019/
Feuille de route de Bruxelles qui transforme inéluctablement la France en Grèce et si nous n' y prenions garde..
a écrit le 02/02/2019 à 11:17 :
Une manifestation non autorisée auprès de la préfecture est de toute manière illégale

Malgré les dégâts causés par ce mouvement , l’économie du Dow Jones a retrouvé sa forme d’avant ce mouvement.

Pourquoi une loi spéciale casseurs ?
La loi est la même pour tous et toute de toute manière , chacun est responsable de ses actes aux yeux de la justice.

Je n’ai jamais accroché avec ce mouvement car je sais bien que en 2019 pour changer les droits ça passe d’abord par des «  élections aux usa »
a écrit le 02/02/2019 à 11:10 :
Pourquoi "de manifester"?

Quand je vous dis qu'on a des institutions "a la turque". On a inspiré Erdogan sur les institutions il nous le rend bien avec les méthodes, au moins cet échange est équilibré. Notre appétissante Vème commence à avoir un doux fumet d'andouillette. Son présidentialisme/absolutisme était acceptable avec un de gaule qui avait la carrure d'épaule donnée par l'histoire mais aujourd'hui avec nos elites actuelles, macron n'a eu que 18.19% des inscrits au premier tour, ça fait quand même léger.
La république au dessus de la démocratie, l'état au dessus de la nation.

Vivement que ça se termine mal.
a écrit le 02/02/2019 à 11:08 :
C'est une loi de circonstance destinée à casser le mouvement des gilets jaunes et pour le reste du quinquennat museler toute opposition active. Ce qui peut laisser craindre le pire pour ce qui est des projets cachés du président des riches.

Ce gouvernement a tout essayé, le dédain, le pourrissement, la diabolisation, les arrestations préventives avec ordres aux parquets de poursuivre même en cas d'infraction non constituée (cf Canard Enchainé de cette semaine), la répression policière violente, le détournement d'attention (grand débat)... rien n'y fait.

Pour en venir à bout, le gouvernement doit criminaliser le mouvement, en ficher les acteurs, assigner les manifestants à résidence en s'appuyant sur des hauts fonctionnaires a ses ordres (préfets) et non des juges indépendants...
On voit bien la logique liberticide sous-jacente de cette loi.

On imagine quel usage le FN une fois au pouvoir en fera .
Réponse de le 02/02/2019 à 11:30 :
"On imagine quel usage le FN une fois au pouvoir en fera"

Même pas la peine, on va déjà voir ce que va en faire un macron, et ça risque de pas être bien marrant.
Réponse de le 02/02/2019 à 20:38 :
Le plus ridicule dans cette histoire, c'est que ce n'est pas le premier mouvement que la France voit, surement pas le mouvement le plus violent.

Aujourd'hui, c'est manif le samedi, le reste de la semaine, RAS.

Il n'y a eu aucune vraie barricade non plus... Si l'on compare à mai 68, cela n'a rien à voir. Sans parler du fait que les FO sont suréquipées par rapport à la même époque, notamment en moyen de vidéo-surveillance, en hélicoptère également...

Je ne comprends pas qu'une telle loi puisse être nécessaire aujourd'hui, alors que la 5ème république n'en a pas eu besoin en plus de 50 ans d’existence.

Surtout quand on écoute les chiffres officiels qui parlent à chaque fois de moins de 100 000 manifestants. Aujourd'hui, j'ai lu 15 000 manifestants...

Faudrait savoir, ou alors faudrait être cohérent. Il parlent de 80 à 90 000 FDO à chaque manifestation. A les écouter, aujourd'hui il y aurait donc plus de 5 FDO par manifestant.

Euh ? Faut que l'on m'explique là...

Si le ministère de l'intérieur n'est pas capable de maîtriser une manifestation où il y a 5 fois plus de forces de l'ordre que de manifestant, c'est que les FDO sont réellement des incapables. Si à 5 contre un, ils ont besoin d'autre chose que des boucliers et des tonfas, c'est qu'ils sont réellement incapables.

Je rappelle que côté manifestant, à part quelques boucliers, il n'y a pas de vraie protection... Il n'y a que les FDO qui sont équipés d'un carapace complète.
a écrit le 02/02/2019 à 10:49 :
La loi actuelle permettait dejà de préserver des casseurs. Mais, ce gouvernement devient de plus en plus autoritariste. Simulacre de débat pour montrer qu'il est à l'écoute et loi anticasseur réduisant les libertés individuelles sans aucun effet sur les manifestations. Provocations policières en voulant nettoyer les places avec des charges et des tirs au jugés. En 1986, 1 million de personne aux Invalides avec des effaufourrées mais controlées. 2018, 3000 à 5000 personnes manifestent à Paris, le gouvernement et Castener sont débordés. Chercher l'erreur. Alors, ils rejettent sur la loi leur incompétence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :