Management des millennials : entre initiative et encadrement

 |   |  751  mots
Thomas d'Hauteville
Thomas d'Hauteville (Crédits : DR)
Parce qu'il existe une culture et des méthodes de travail propres à chaque génération, les entreprises doivent trouver des modes de management intergénérationnel pour instaurer une collaboration harmonieuse et efficace entre les équipes. Par Thomas d'Hauteville, cofondateur d'Innership

Chaque nouvelle génération est perçue comme rebelle par celle qui l'a précédée. En son temps, Socrate disait déjà : « Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l'autorité et n'ont aucun respect pour l'âge ». Si le constat s'est, depuis, répété, il y a au moins trois nouveautés propres aux millennials : le digital, un nouveau rapport au travail et une accélération des changements dus aux nouvelles technologies. Ces évolutions s'entremêlent et ont pour conséquence la remise en cause du modèle de carrière unique chez une partie des collaborateurs de cette génération et l'émergence de nouvelles façons de travailler.

Trouver un équilibre entre responsabilité et autonomie

Nouveaux venus sur le marché du travail, les millennials apportent un dynamisme et certaines méthodes innovantes, bénéfiques aux entreprises. Mais, pour parvenir à travailler avec le reste des équipes et pouvoir prétendre rapidement à des responsabilités, il importe que ces jeunes collaborateurs intègrent au préalable certains usages du secteur dans lequel ils s'insèrent.

Face à une nouvelle génération de collaborateurs, toute la difficulté pour les managers est de parvenir à trouver un équilibre entre leurs ambitions et cet apprentissage préalable qu'ils doivent faire. Car donner trop rapidement de l'autonomie à de nouveaux collaborateurs qui ne maîtrisent pas encore l'environnement de travail risque de les exposer à des incompréhensions ou erreurs de jugement. Il faut donc d'abord leur donner un certain cadre, afin qu'ils prennent le temps, non seulement de connaître les valeurs de l'entreprise, mais aussi de se connaître eux-mêmes. Des rôles et responsabilités clairs, des jalons de revue et de validation formalisés, ou encore des feedbacks réguliers sont autant d'outils qui permettent de préciser ce cadre.

De l'importance du manager

Apprendre à se connaître doit permettre aux jeunes collaborateurs d'être à la fois lucides sur leurs compétences et leurs points d'amélioration. Cette démarche, qui leur incombe, leur permet en retour d'accepter plus facilement la légitimité d'un manager qui a des choses à leur apporter, même si son style est plus traditionnel. Être responsabilisé dans cette recherche de développement professionnel est également plus motivant, car elle pousse les millennials à aller chercher les feedbacks nécessaires pour se donner les moyens de leurs ambitions.

De leur côté, les managers doivent s'habituer à la façon de travailler de ces nouveaux collaborateurs. Une partie des millennials a, par exemple, tendance à travailler de façon transversale, en puisant dans l'intelligence collective, quitte à casser les silos entre les départements de l'entreprise. Les managers doivent donc accepter de perdre un peu de leur contrôle pour laisser aux millennials l'autonomie nécessaire pour déployer ce talent efficacement et développer leur potentiel d'innovation.

Cette relation d'échange entre manager et managé a de beaux jours devant elle, car elle permet de bâtir des ponts entre les générations et de cadrer les millennials dans une approche qui n'est pas trop directive. En parallèle, l'on assiste également à l'essor — ou plutôt au retour — du mentorat, autre forme de duo intergénérationnel capable de générer une grande valeur.

Les forces éclipsent les faiblesses

Lors de la mise en œuvre de nouveaux processus, projets ou changements, les entreprises doivent s'autoriser une phase d'exploration pour laisser place à l'initiative, même avec son lot d'échecs. Il y a un équilibre nécessaire à trouver dans le management des nouvelles équipes entre trop et pas assez d'autonomie. L'important est que le manager sache être agile : qu'il puisse reconnaître, malgré les difficultés indéniables, les forces de cette nouvelle génération.

À ce titre, une démarche intéressante est la « démarche appréciative » : au lieu de se cristalliser sur des problèmes à résoudre, mieux vaut concentrer son énergie sur les points forts, afin de les développer de telles sortes qu'ils éclipsent les faiblesses. Dans la relation entre managers et millennials, cette approche peut être utile pour se concentrer sur la force d'innovation de cette nouvelle génération.

Les millennials qui arrivent dans une entreprise doivent apprendre les processus préexistants pour bien collaborer avec le reste des équipes. Trouver le juste équilibre entre continuité et innovation passe par une bonne communication où le rapport direct entre manager et managé est primordial afin de tirer le meilleur des deux mondes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2019 à 21:54 :
Macron est de seulement 3 ans précurseur des "millenials". Tout le monde voit le problème.
a écrit le 26/01/2019 à 11:15 :
Cette génération a « trop de cadre »( éducation très cadrée ), plus de flexibilité peut améliorer leur créativité .

Le cadre devrait être plus un respect des horaires , et de la durée du travail avec un aménagement d’une journée de récupération

Pour la communication prendre le temps de faire des réunions mais jamais sur les postes de travail.

Trop d’autorité peut bloquer la communication et pour la communication éviter les mails mais plutôt du «  réel » un temps pour «  tout poser à plat »

Aménager des pièces de relaxation et de réflexion ( utile)

a écrit le 26/01/2019 à 10:58 :
Le rôle du manager, du drh même devrait être capital mais bien trop soumis aux décisions des actionnaires parasites qui ne pensent qu'à leurs marges bénéficiaires, leur rôle est totalement gâché on utilise seulement l'image qu'ils donnent afin de valider les décisions stupides des propriétaires de capitaux et d'outils de production aliénés par leur avidité.

Il en reste des bons, des très bons mêmes mais alors qu'ils devraient être érigés en modèles, alors qu'ils ne font qu'augmenter la puissance de leur entreprise ils sont obligés de raser les murs car leurs compétences et leur efficacité ne font qu'effrayer un peu plus des actionnaires milliardaires apeurés.

Ce modèle économique ne va pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :