Messieurs de la FNAIM, propriétaires comme locataires méritent mieux que ça

 |   |  1658  mots
(Crédits : DR)
Lettre ouverte à Jean-François Buet, président de le FNAIM. Par Antoine Marck, fondateur de Locatme, portail universel de la location entre particuliers.

 Monsieur Buet,

 Il n'est un secret pour personne que le métier d'agent immobilier, que vous avez pour mission de représenter, compte parmi les plus détestés des français (1).

 Les principaux reproches se portent sur le manque de transparence, le montant des honoraires et, en marge de cela,cette impression dérangeante que les agents servent leurs intérêts avant ceux de leurs clients.C'est dans ce contexte déjà délicat que votre fédération, assistée des deux autres syndicats professionnels majoritaires, n'a pas hésité à saisir le Conseil d'État dans l'espoir d'empêcher l'entrée en vigueur au 1er avril du prochain arrêté de la loi ALUR.En cause, une demande de transparence auprès des agences immobilières, afin d'indiquer entre autres sur leurs annonces le montant de leurs honoraires.

 « Vent debout » comme le titrait BFM (2), il ne vous en fallait pas plus pour engagerune nouvelle bataille contre l'intérêt de vos clients. Voilà pourquoi je m'adresse à vous aujourd'hui, en tant qu'entrepreneur de cette génération internet qui semble tant vous déranger, et au nom de celles et ceux,clients et professionnels qui comme moi, aspirent à autre chose. Chacune de ces actions alimente cette réputation, attisent cette défiance sur notre marché, or il est grand temps de vous le dire : en 2017, propriétaires et locataires n'ont plus à subir ça.

 La mauvaise foi en toute transparence

 En février dernier, vous aviez choisi BFM Business pour ouvrir les hostilités. Car selon vous, en plus du loyer, des charges et autres diagnostics énergétiques, s'il faut ajouter les frais d'agence, « y a plus de place pour mettre s'il y a deux chambres, trois chambres, un garage ou un balcon !». Comment en arriver à des propos d'un tel cynisme, au point de ne même plus rechercher une excuse décente devant vos clients? À l'heure où la profession n'a jamais été aussi décriée, que peut-on attendre de ce genre de sorties, sinon davantage de mépris à son égard ?

 C'est une constante depuis des décennies : toute réforme visant à améliorer le service ou l'image de l'agence est trop souvent défiée par la FNAIM. Quand il fut question d'encadrer les honoraires locataires, comment oublier votre apocalypse annoncée dans les colonnes des Échos (3)  : «Après huit mois de groupe de travail et de concertation, nous venons de découvrir dans le projet de loi sur le logement des mesures de réduction des honoraires de locations qui sont inadaptés et qui mettent la profession d'agent immobilier à feu et à sang ! ». En définitive, la loi fut votée ; un chantier bien plus ardu s'ouvrait alors : celui de la faire respecter.

Respecter la loi

Respecter la loi. Voilà une autre constante qui façonne la mauvaise réputation des agences, malgré bien des efforts pour les en dédouaner. À chaque étude publiée, de L'UFC-Que Choisi (4) à la Direction Générale de la Répression des Fraudes (5), les résultats sont accablants. Même s'ils ne reflètent pas l'ensemble de la profession, le sentiment qui s'impose est celui d'une transgression délibérée, décomplexée, et profondément ancrée. Délibérée, lorsqu'un agent immobilier pris en flagrant délit par la CLCV déclare attendre les consignes de son syndicat professionnel avant de se mettre en règle (6). Décomplexée, lorsqu'une agence du réseau Laforêt placarde « Pas de noir » sur une annonce de location à Levallois en décembre dernier (7) . Profondément ancrée, lorsqu'une enquête France info en caméra cachée vient confirmer la généralité de ces « écrémages » en agence (8).

Successivement, nous vous avons vu vous indigner, non sans une pointe d'hypocrisie : « Je suis assez scandalisé. Je ne pensais pas qu'en 2017, on en était encore à ce stade-là. » (9),  ; puis tenter de partager les torts avec vos clients : « S'il y a des propriétaires bailleurs racistes ou discriminants, ce n'est pas la faute des agents immobiliers » (8) ; et enfin, sauter sur la dernière étude du CNRS (10) pour affirmer « les particuliers à particuliers sont bien entendus toujours plus discriminants ! » (11).

Pourquoi selon vous, tant d'agents cèdent-ils aujourd'hui encore à ces demandes, sinon parce qu'ils n'ont pas meilleure boussole à proposer ? En tant que grande fédération nationale, vous aviez les pleines capacités à centraliser les données de vos adhérents et imposer ainsi un modèle de sélection de locataire unique,juste et objectif. Au lieu de cela, vous avez laissé votre modèle tomber en désuétude, à tel point qu'en migrant par millions vers des solutions de particuliers, votre clientèle ne vous a pas juste tourné le dos : elle s'est purement passée de vous.

Quand le client met les voiles

Car comme vous le savez, la part des locations effectuées entre particuliers n'a cessé d'augmenter en dix ans. Un exode qui se distingue en trois vagues successives.

La première se caractérise par un détournement de sites internet sans rapport avec l'immobilier comme Le Bon Coin, véritable saut dans l'inconnu par des clients déçus des agences, autant en termes d'honoraires que de qualité de service. La seconde porte l'arrivée de plateformes spécialisées, destinées à mettre le numérique au profit des bailleurs et locataires. Elle puise sa source dans votre posture actuelle,consistant à préférer poursuivre les sites qui accueillent vos anciens clients plutôt qu'envisager un travail de remise en question, comme vous l'avez de nouveau fait en janvier avec Le Bon Coin et Airbnb  (12).

Vous l'aurez compris, la troisième vague est celle qui se prépare, l'innovation de rupture telle que l'annonce le dernier rapport ministériel remis aux Emmanuel(le)s Cosse et Macron sur le sujet (13), et qui aura probablement raison de vos dernières positions sur ce marché.

Attention, il n'est pas question ici d'innovation au sens où vous l'entendez. Oubliez les rêveries de vos congrès, labs et autres grandes thérapies de groupe : l'avenir ne sera ni dans les services gadgets, ni dans les artifices destinés à faire gonfler vos honoraires : comme le confirmait le rapport ministériel, « La France se caractérise par des coûts de transaction immobilière parmi les plus élevés du monde », ce qui est « économiquement et socialement dommageable ». En d'autres termes,que cela vous plaise ou non, la seule innovation de rupture possible sera celle qui fera faire des économies aux clients.

Mais au-delà de la notion d'innovation, chaque vague marque un peu plus la distance entre votre vision et le monde de demain.Bailleurs et locataires désertent les agences, et pourtant,elles continuent à traiter les clients et les pouvoirs publics, convaincues que cette situation de rente de changera jamais. C'est pourquoi, quel que soit le verdict à venir du Conseil d'État, quelles que soient les barrières que vous aurez pu dresser, cette dernière vague est inévitable et, par ces positions que vous défendez, vous en aurez été le premier architecte. Vous aurez creusé le canal idéal. Vous qui déclariez en janvier dernier, à l'occasion des 70 ans de la FNAIM, que la première mission de votre fédération restait « la recherche du coup d'avance » (14), je vous le confirme : à défaut de l'avoir trouvé, soyez certain que vous l'aurez cherché.

 Sources :

 1  « Le classement des métiers préférés des Français », sondage IFOP pour France-Soir, 14 Janvier 2011.

 2  Julien Mouret, « Les agences immobilières vent debout contre la loi sur l'affichage des tarifs », BFM Business, 10 février 2017. http://bfmbusiness.bfmtv.com/votre-argent/les-agences-immobilieres-vent-debout-contre-la-loi-sur-l-affichage-des-tarifs-1100363.html

 3  Myriam Chauvot, « Immobilier : la Fnaim monte au créneau sur les frais d'agence »,Les Echos, 14 juin 2013. https://www.lesechos.fr/14/06/2013/lesechos.fr/0202826732136_immobilier---la-fnaim-monte-au-creneau-sur-les-frais-d-agence.htm

 4 « Accès à la location via agences immobilières : excès à tous les étages ! », enquête de l'UFC-Que Choisir, Mars 2016. http://image.quechoisir.org/var/ezflow_site/storage/original/application/e25fd79bce390667340d89ab52b80b37.pdf

 5  Rapport d'activité 2016, Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes, Novembre 2016. http://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dgccrf/dgccrf/rapports_activite/2016/resultats-2016-dgccrf.pdf

 6    « Loi ALUR et Honoraires de location », enquête de l'Association nationale de défense des consommateurs et usagers, 25 mars 2015. http://www.clcv.org/images/CLCV/fichiers/locataires%20prive/Enquete-CLCV-Alur-et-honoraires-location-mars2015.pdf

 7 Guillaume Errard, « "Pas de noir" : l'annonce choquante publiée par une agence Laforêt », Le Figaro immobilier, 27 décembre 2016. http://immobilier.lefigaro.fr/article/-pas-de-noir-l-annonce-d-une-agence-immobiliere-qui-fait-polemique_446b39d8-cc16-11e6-b990-105344b97ab7/

 8 Catherine Fournier, « ENQUETE FRANCEINFO. "On fait ce qu'on veut" : comment des agences immobilières acceptent les demandes racistes des propriétaires », Franceinfo, 11 janvier 2017. http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/enquete-franceinfo-on-fait-ce-qu-on-veut-comment-des-agences-immobilieres-acceptent-les-demandes-racistes-des-proprietaires_2004375.html

 9 JTde 12/13, France 3, 12 janvier 2017. http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-3/12-13/jt-de-12-13-du-jeudi-12-janvier-2017_2003989.html

 10   Mathieu Bunel, Yannick L'Horty, Loïc Du Parquet, Pascale Petit, « Les discriminations dans l'accès au logement à Paris : une expérience contrôlée », Fédération de Recherche CNRS n°3435 Travail Emploi et Politiques Publiques, 17 janvier 2017.http://www.tepp.eu/doc/users/268/bib/adam_doc_trav_8602.pdf

 11  « Discrimination au logement : "les particuliers sont plus discriminants" », BFM Paris, 3 mars 2017. http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/discrimination-au-logement-les-particuliers-sont-plus-discriminants-920131.html

 12 Bruna Basini, « Airbnb : des professionnels de l'hôtellerie et de l'immobilier portent plainte », Le Journal Du Dimanche, 15 janvier 2017. http://www.lejdd.fr/Economie/Airbnb-des-professionnels-de-l-hotellerie-et-de-l-immobilier-portent-plainte-839905

13     Bernard Vorms, « La révolution numérique et le marché du logement :nouveaux usages, nouveaux acteurs, nouveaux enjeux », Rapport à la ministre du Logement et de l'Habitat durable et au ministre de l'Économie et des Finances, France Stratégie, Novembre 2016. http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/rapport-logement-vorms-11-2016_0.pdf

14                         Ariane Artinian, « "Notre ADN c'est de donner le tempo", Jean-François Buet, Président de la FNAIM », Journal de l'Agence, 5 janvier 2017. http://www.journaldelagence.com/1129954-notre-adn-cest-de-donner-le-tempo-jean-francois-buet-president-de-la-fnaim

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2017 à 14:06 :
Trop de professions restent dans l’immobilisme pour protéger leurs modèles et intérêts. En face d’un monde qui bouge rapidement à la recherche de cohérence financière et d’éthique, la réponse est d’amener plus de transparence et de sincérité y compris dans les affaires. Les nouvelles générations internet offrent ces valeurs d’égalité, de juste prix et d’efficacité.
Il faut les encourager et évoluer avec ces nouvelles pratiques qui se doivent de coller dynamiquement au plus près des besoins des utilisateurs. Le changement même positif entraîne toujours un frein que ce soit par simple peur du changement ou par peur de perdre ses intérêts. Militons et adoptons ces évolutions pour améliorer l’expérience utilisateur et l’égalité.
a écrit le 31/03/2017 à 16:12 :
Voici une lettre qu'il aurait mieux valu, pour son auteur, ne pas écrire !

D'abord, si les agents immobiliers ont un déficit d'image, pour autant, cette image détestable n'est absolument pas justifiée !

Quand dira-t-on un jour que les transactions entre particuliers connaissent un niveau de sinistralité ahurissant (+ de 50 000 nouvelles saisines chaque année !), un coût pour la collectivité, et surtout, par l'insolvabilité de la partie qui génère le sinistre, une impossibilité pour la partie qui connaît un préjudice, d'être indemnisé
=> Source : Ministère de la Justice

Donc, le politiquement correct qui de manière lamentable, considère et affirme que les agents immobiliers sont des brigands et des voleurs, est à vomir !

Par comparaison, il n'y a que 1700 nouvelles saisines lorsqu'un professionnel soumis à la loi Hoguet est concerné, sans qu'on puisse distinguer d'ailleurs si parmi ces 1700 saisines, ce n'est pas l'agent immobilier qui connaît le sinistre de par le comportement délictuel du particulier !

Et pour le cas où c'est le particulier qui rencontre un préjudice, celui-ci sera largement indemnisé par l'Assurance en Responsabilité Civile Professionnelle de l'Agent Immobilier

DONC STOP sur cette conception des choses, qui survole les questions

Certes, il y a le rapport de la DGCCRF. Et nul doute qu'il est accablant. Mais de mauvais médecins n'ont jamais remis en cause la médecine. Et heureusement !

Quant au niveau des honoraires, il est devenu comparable à la moyenne européenne (alors que le niveau des charges ne l'est pas !) et là encore, l'auteur de l'article survole la question. Le Low Cost a surtout généré des dépôts de bilan. Là encore, cette vérité est cachée
Réponse de le 02/04/2017 à 12:18 :
Que Locatme nous PIgeonne est Tout à fait exact. Cette Agence et particulièrement ce Monsieur MarcK Antoine a tenu des correspondances écrites avec moi dont j'aimerais publier qq extraits voire les remettre à la FNAIM pour asseoir un recours envers cette agence. Pour anecdote voici ma mésaventure - sans établissement d'un bail et sans signature avec le bailleur (moi) sans accord - ils ont établi un état des lieux dans une précipitation sans nom et remis les clefs d'un appartement à un locataire, sans de plus qu'il versé 1euros de garantie et donc sans aucun respect de la Loi et des formes élémentaires de toute transaction immobilière. Il aura fallut 72h et le changement de la serrure à mes frais et de nombreuses correspondances mails et SMS pour que ce Monsieur me fasse grace de leurs honoraires et ceci sans aucun excuse sur ce qui fut d'après ses propos une transaction professionnelle
a écrit le 30/03/2017 à 14:39 :
Cette tribune, particulièrement argumentée en références a l'avantage de contester une vision corporatistes du/des métier(s) d'intermédiaire immobilier.
Je n'ai nullement l'intention de défendre les propos du président de la FNAIM, dont je ne suis pas adhérent.

Mais, ce qui y est fort problématique, est la nature de l'auteur : startupeur d'une plateforme de particulier à particulier ... dont le modèle est de réaliser la mission d'une agence immobilière (son offre Zen+ pour 300€ soit le plafond ALUR des rémunération d'agence pour un logement de 25m2) .

Donc, il aurait été plus honnête de sa part s'il s'en était tenu à critiquer les émoluments d'agence lui semblent trop élevées, et qu'il peut faire le job pour 300€ avec une bonne plateforme Web et du profil-matching électronique (comme les sites de rencontre).

Mais il peut remballer sa tonitruante dénonciation d'un système dont il n'est que le énième avatar low-cost.

La vrai révolution, M. Marck, eu été d'OFFRIR toute la prestation, en inventant un autre modèle de monétisation de la prestation.

D'autant, qu'à ce tarif, je me demande si ses "agents" qui déroulent ses visites sont des employés en CDI aux normes salariales de la profession avec le parcours de formation et de montée en compétence offert par les agences "oldschool".
Sur ce point, rien n'est dit, peut-être seront-ils là aussi disruptifs avec le droit du travail ?
Réponse de le 30/03/2017 à 19:38 :
Chère madame, cher monsieur,

Il est parfois cocasse de sentir les passions s'emporter lorsqu'une proposition de valeur inédite parait trop belle pour être vraie, tant nous pouvons être habitués à la médiocrité.
Tout d'abord, au risque de calmer les ardeurs et de ne laisser plus d'arguments à nos détracteurs, je tiens à préciser :

1/ Que tous nos agents sont signés en CDI, et c'est qui fait toute notre fierté. Ils sont tous recrutés en France et comptent parmi les plus compétents du marché, comme en témoignent les nombreux messages de soutiens postés par nos clients.

2/ Que notre offre ZEN+ est une prestation d'agence complète, facturée 300€ au propriétaire, tandis que le locataire ne paie que 59€ d'honoraires, ce que vous ne trouverez dans aucune agence traditionnelle et qui est bien en dessous des plafonds fixés par loi.

3/ Que nos marges là-dessus en sont largement appréciables, et suffisantes.
Cette lettre n'avait pas vocation à exposer nos offres ou en faire la promotion, mais à dénoncer des prises de positions que nous jugeons dérangeantes et à l'encontre des intérêts clients. Une entreprise comme la nôtre ne demande pas meilleur environnement que le droit français pour se développer. Pourvu seulement que celui-ci protège les intérêts de ses concitoyens.
Réponse de le 02/04/2017 à 12:14 :
Tout à fait exact. Cette Agence et particulièrement ce Monsieur MarcK Antoine a tenu des correspondantes écrites avec moi dont j'aimerais publier qq extraits voire les remettre à la FNAIM pour asseoir un recours envers cette agence. Pour anecdote voici ma mésaventure - sans établissement d'un bail et sans signature avec le bailleur (moi) sans accord - ils ont établi un état des lieux dans une précipitation sans nom et remis les clefs d'un appartement à un locataire, sans de plus qu'il versé 1euros de garantie et donc sans aucun respect de la Loi et des formes élémentaires de toute transaction immobilière. Il aura fallut 72h et le changement de la serrure à mes frais et de nombreuses correspondances mails et SMS pour que ce Monsieur me fasse grace de leurs honoraires et ceci sans aucun excuse sur ce qui fut d'après ses propos une transaction professionnelle
a écrit le 29/03/2017 à 16:27 :
Merci pour cette tribune.

"Comment en arriver à des propos d'un tel cynisme"

L'avidité est le moteur du cynisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :