Petite Bretagne...

 |   |  622  mots
(Crédits : DR)
La Grande Bretagne là n'est plus la patrie de Winston Churchill, ni le berceau des Beatles. Elle est désormais en déclin moral et en faillite intellectuelle. Par Michel Santi, économiste*

Nation de l'individualisme forcené, symbolisé par la phrase scandaleuse de Margaret Thatcher qui se plaisait à assener que « la société n'existe pas entant que telle » ! Royaume ayant accordé sa caution morale à une injustifiable occupation et destruction de l'Iraq ayant fondamentalement déstabilisé le Moyen-Orient, et maintenant l'Europe par terrorisme interposé. Pays d'une élite politique baignant dans le mensonge, à l'image d'un Tony Blair qui mériterait - avec son comparse George W. Bush - de comparaître devant un tribunal international. Ou d'un David Cameron ayant sacrifié l'européanité de son pays à l'aune de sa méprisable ambition personnelle. Centre névralgique du néo libéralisme incarné par la City, elle-même dominée par une élite intellectuelle formée juste à côté soit par la London School of Economics, soit par Oxford ou Cambridge. Capitale qui recense en son sein le plus grand nombre d'oligarques ayant transformé le marché immobilier londonien en un gigantesque casino. Nation décimée par le hooliganisme footballistique dont les derniers méfaits furent les attaques en règle contre la police à Marseille il y a quelques jours scandées par « Nous voterons pour sortir d'Europe ».

 Déclin moral et en faillite intellectuelle

Cette Grande Bretagne là n'est plus la patrie de Winston Churchill, ni le berceau des Beatles, car elle est désormais en déclin moral et en faillite intellectuelle, dont le Brexit n'est que le symptôme. Pays de la globalisation par excellence, que ses élites ne s'en prennent qu'à elles-mêmes car leurs excès et leur arrogance ont incontestablement mené à l'implosion - et très prochainement - à la désintégration de ce Royaume plus que jamais désuni. Authentique révolte contre le capitalisme sauvage, contre les inégalités, contre la précarité, le Brexit est un suicide collectif britannique dont la responsabilité est imputable à la noblesse et à l'aristocratie intellectuelle, politique et financière dont les jours sont désormais comptés. Il est en effet temps de renouveler ces classes ayant lamentablement échoué, et urgent de tirer les conclusions d'un constat déjà énoncé par George Orwell qui affirmait avec raison que l' »Angleterre est une famille qui a les mauvais membres ».

Une caste qui se sent en sursis

Le philosophe et scientifique Thomas Kuhn avait bien décrit ces périodes de changement de paradigme qui voient toujours les experts et les élites résister au changement et s'accrocher aveuglément à leurs acquis. Il décrivait en effet une caste intransigeante, dogmatique, dénuée de tout esprit critique par rapport à ses propres actions, et d'autant plus acariâtre qu'elle se sent intuitivement en sursis. « Foreign Policy » n'a-t-il pas titré au sujet du Brexit : «  Il est temps pour les élites de résister aux masses ignorantes » ('It's Time for the Elites to Rise Up Against the Ignorant Masses') ? Voilà donc les bien pensants et les privilégiés qui stigmatisent les Brexiteurs sans nullement chercher à en saisir les causes profondes. Et voilà le schisme qui fracture la Grande Bretagne qui présente de troublants points communs avec ces périodes cruciales et tendues qui accompagnent les changements de paradigme. Premier jalon d'un long chemin de croix qui attend l'Occident, et qui risque bien de voir Donald Trump - autre symbole anti-expert et anti-establishment - nous réserver des surprises.

*Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et Directeur Général d'Art Trading & Finance.

Il est également l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience", "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique" et de "Misère et opulence", préface rédigée par Romaric Godin.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2016 à 18:07 :
Le fait d'organiser des courses de voitures luxueuses sans respecter aucune limitation en Europe par les britanniques comme dans un autre style les virées à moto des loubards de Poutine en Europe de l'Est sont assez caractéristiques des empires en déclin qui se prennent pour ce qu'ils ne sont plus et n'ont d'ailleurs que rarement été ! On ne va quand même pas organiser un tournoi de pétanque avec le béret, la baguette et la bouteille de rouge devant le palais de Buckingham hein !
a écrit le 11/07/2016 à 16:16 :
Opinion musclée et "pas piquée des hannetons" ! Mais derrière la radicalité du propos, une part de vérité.
a écrit le 11/07/2016 à 14:13 :
Si on en là c'est bien aussi par notre faute. Les oiseaux peuvent bien disparaître peu de personnes s'en rendront compte. Les yeux rivés sur le portable les fils dans les oreilles une canette de bière à la main voilà le quotidien de notre jeunesse européenne. Baroso peut bien rempiler chez GS la commission barbouzes répond que c'est légal. Sarkosy ancien président de l'ex. République française peut bien faire des conférences au Quatar et ailleurs c'est légal. Alors puisque pour ces gens là tout est légal braves gens passez votre chemin.
a écrit le 11/07/2016 à 13:23 :
Article scandaleux et ô combien idéologique. Le Brexit ne se fera pas car le parlement s'y opposera après les prochaines législatives. Cette haine de l'Anglais pourtant grand défenseur des liberté individuelles contre les abus socialo étatistes dont la France crève est suspecte. M. Santi est dans l'émotionnel négatif, pas dans le rationnel. Le UK est utile à l'Europe précisément pour mettre des limites à l'esprit "Santi" qui mène toujours à la dictature enrobée de morale idéologique sans fondement humain.
a écrit le 11/07/2016 à 13:03 :
Article rédigé par un "mentally retarded" qui de plus parle de Churchill sans savoir que ce dernier disait " on n'a que des intérêts personnels"; maxime qui correspond bien à l'esprit du Royaume-Uni actuel qui veut reprendre sa destinée en main pour justement protéger ses intérêts personnels. L'avenir va lui donner tort, mais pour l'instant, on peut se demander ce qui permet à Santi de publier des articles, si ce n'est son amitié avec Godin :-)
a écrit le 11/07/2016 à 12:31 :
Article plein de bon sens et de vérités.
Cela étant dit, en quoi les élites et le peuple de France ou bien de toute autre économies développées seraient si différents ?
L'individualisme, la déresponsabilistation et la fainéantise ne seraient ils pas une infection très actuelle...
a écrit le 11/07/2016 à 12:25 :
Article tres condescendant, comme d'habitude j'ai envie de dire. L'evolution du RU est parallele et differente de la notre, et emprunt plus encore d'imperialisme qu'il est difficile d'abandonner quand la decolonisation vient, il y a tres certainement des exces basés sur le libre-marché comme religion, ce qui mene à ouvrir le pays à tous les vents migratoire.
Mais de tout ca, nous serion bien inspirés de tirer lecon que de juger car le rejet aveugle des decideurs pointe chez nous aussi, et il de manquer tout autant sa cible, provoquant une regression tout en perenisant l'élite bien au chaud.
Mefions-nous de pointer les anglais car nous avons nos propres decadences : sur-endettement, sur-fonctionnariat, asphyxie de l'initiative individuelle, asphyxie de identité regionales, assitanat et deresponsabilisation generalisée.
Chez nous aussi les dangers de demain sont nombreux.
a écrit le 11/07/2016 à 10:58 :
"Imagine-t-on Charles de Gaulle revêtir, comme Sarkozy, un maillot de la NYPD ou aller se faire prendre en photo avec le responsable de la police de telle ou telle grande ville américaine ? Évidemment non.

C’est pourquoi le programme politique de l’UPR revêt – aussi – un caractère culturel et même civilisationnel.

Sortir de l’UE et de l’OTAN, ce n’est pas seulement libérer la France et rendre aux Français leur démocratie.

C’est aussi rejeter cet anti-modèle états-unien et vivre selon notre modèle à nous : un modèle républicain, plus solidaire, plus fraternel, anticommunautariste, veillant à ce que les inégalités n’atteignent pas des proportions choquantes, assurant l’égalité de tous devant l’éducation, la justice, la maladie et la mort.

Nous devons nous battre pour préserver le modèle que nous ont légué les 50 générations qui ont fait la France, le modèle de la douceur et du bonheur de vivre à la française."

https://www.upr.fr/actualite/monde/lupr-rejette-lanti-modele-ultra-violent-et-ultra-inegalitaire-venu-des-etats-unis-via-lue
Réponse de le 11/07/2016 à 13:51 :
De Gaule a été assez intelligent (et désespéré) pour aller s’abriter à Londres pendant la seconde guerre mondiale. Se réfugier dans un pays étranger ça me semble aller bien au-delà de porter un t-shirt du NYPD, et De Gaulle est au contraire un exemple de pragmatisme, en aucun cas un meneur de la sortie de tous les accords liant la France aux autres pays.

Je ne comprends pas comment on peut encore dire qu’il est intéressant de quitter l’union européenne, alors que même les Anglais ne le font pas, alors qu’ils ont dit qu’ils le feraient alors qu’ils étaient bourrés et que maintenant qu'ils s’en rendent comptent ils ne bougent plus une oreille. Difficile de leur en vouloir, quand ils se sont rendu compte que le brexit leur a coûté dix pour cent de leur salaire en une seule nuit (et quinze pour cent à l’heure actuelle, si on regarde le cours de leur monnaie). Les seuls qui se réjouissent du brexit sont les touristes étrangers (parce que les touristes anglais, eux, se mordent les doigts bien fort).

Quant à l’OTAN, qui défendra la France après son départ de l’OTAN ? Les Etats-Unis se désengagent, il n’y a rien à attendre de l’Europe, et les Anglais sont hors-jeu. A part une alliance franco-chinoise je ne vois pas ce qui empêchera la Russie de faire ce qu’elle veut en Europe et dans le monde, ce qui est déjà quasiment le cas, et qui le sera complètement avec une Europe sans France et une France sans Europe.
a écrit le 11/07/2016 à 10:45 :
Excellent article, excellente tribune avec laquelle je suis d'accord à 100%, merci beaucoup ça fait vraiment du bien de lire de telles vérités, si l'économie était tenue par des gens éclairés comme vous elle se porterait bien mieux c'est une certitude.

"Voilà donc les bien pensants et les privilégiés qui stigmatisent les Brexiteurs sans nullement chercher à en saisir les causes profondes"

En chercher les causes profondes serait contraire à leurs intérêts puisque ce sont eux qui tiennent les rennes de l'économie, cela va plus loin que de l'aveuglement, car seuls leurs intérêts comptent.

Il n'y a pas de complot il y a convergence d'intérêts des détenteurs de capitaux et donc des moyens de production et nous arrivons au bout de cette logique forcément destructrice.
a écrit le 11/07/2016 à 10:41 :
Little britain, fantastique série anglaise, la grandeur d'un peuple dans son auto dérision trash. À voir. La grande différence entre les britanniques et nous, c'est qu'eux savent s'enterrer tout seul pour...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :