Politique et science : de De Gaulle à Macron

 |   |  1285  mots
Gérard Kafadaroff.
Gérard Kafadaroff. (Crédits : DR)
OPINION. La pandémie du Covid-19 a obligé les autorités politiques à s'appuyer sur les avis des experts scientifiques de la santé. C'est un changement après des années de marginalisation sous plusieurs présidences de la Ve république qui renoue avec le soutien initial du général de Gaulle apporté à la science et à la technologie. Par Gérard Kafadaroff, ingénieur agronome, membre du Collectif « Science-Technologies-Actions » (*)

Le Général De Gaulle a eu un rôle déterminant pour la recherche scientifique française, qu'il s'agisse de la création de la DGRST (Direction générale de la recherche scientifique et technique), précurseur de notre actuel ministère de la Recherche, du CNES (Centre national d'études spatiales), du CEA (Commissariat à l'énergie atomique) permettant à la France de disposer d'une force de dissuasion nucléaire et d'un programme spatial reconnus.

Son premier septennat est souvent qualifié « d'âge d'or de la recherche française ».
Eloigné de tout système de pensée, il a su s'entourer de nombreux scientifiques, notamment en créant le CIRST (Comité interministériel de la recherche scientifique et technique), instrument de collaboration entre scientifiques et politiques.
Il a accru les moyens de la recherche et assuré l'évaluation des diverses recherches par des hommes qui la pratiquaient eux-mêmes selon un principe que De Gaulle fera sien.
Visionnaire, il avait perçu l'intérêt de l'informatique, l'électronique et la biologie.
En 1959, il y a 60 ans, il déclarait :

« On pourrait penser qu'un général fût particulièrement sensible à des projets spectaculaires dont il comprend les termes, dont il partage les points de vue, dont il envisage volontiers les développements, les conséquences, les retombées, tels que, parmi ceux que je viens d'entendre, la conversion des énergies, la conquête de l'espace, l'exploitation des océans, mais au fond de moi-même, je me demande si cette mystérieuse biologie moléculaire, à laquelle je ne comprends rien, et ne comprendrai d'ailleurs jamais rien, n'est pas plus prometteuse de développements à moyen terme, imprévisibles, riches, qui feront avancer beaucoup notre compréhension des phénomènes fondamentaux de la vie et de ses désordres, et qui peut-être fonderont une science nouvelle dont nous n'avons aujourd'hui aucune idée mais qui pourrait être la médecine du XXIe siècle ».

En 1966, il déclarait aussi : « Culture, science, progrès, voilà ce qui, à notre époque au lieu des rêves de conquête et de domination d'antan, appelle et justifie les ambitions nationales ».

La forte implication de Pierre Mendès-France

L'envergure de De Gaulle ne doit pas masquer la forte implication de Pierre Mendès-France en faveur de la science, que ce soit par la création d'un secrétariat d'Etat à la recherche confié à des scientifiques ou par l'organisation de deux célèbres colloques (Caen en 1956 et Grenoble en 1957) définissant une plate-forme nationale pour la recherche scientifique où se nouèrent des contacts durables entre scientifiques, politiques, presse et milieux d'affaires.
Succédant à De Gaulle, le président Pompidou créera un ministre d'Etat chargé de la recherche scientifique et des questions atomiques et spatiales mais se focalisera surtout sur les technologies industrielles contribuant à développer l'industrie française.

Et ensuite ?

Quelques décisions politiques révélatrices :

Présidence Jacques Chirac

1997 : arrêt et destruction de Superphénix, réacteur de 4ème génération plus sûr et plus économe, par Lionel Jospin, sous la pression des Verts de la gauche plurielle arrivée au pouvoir et des manifestations des militants anti-nucléaires. Première victoire pour les écologistes marquant le début de leur influence dans la société.
2000 : le Conseil européen de Lisbonne se fixe comme objectif de : « devenir, en une décennie, l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde, capable d'une croissance économique durable accompagnée de l'amélioration quantitative et qualitative de l'emploi », un objectif sans évaluation qui restera un vœu pieux.
2005 : la Charte de l'environnement est promulguée et inscrite dans la Constitution, avec les dérives d'un principe de précaution devenu outil de gestion de l'opinion publique et frein à l'innovation.

Présidence Nicolas Sarkozy 

2007 : le Grenelle de l'environnement, inspiré par le « Pacte écologique de Nicolas Hulot », constitue un nouvel épisode significatif dans la marginalisation de la science. La surreprésentation des écologistes au détriment des scientifique se traduira notamment par la promotion de l'agriculture biologique érigée en modèle agricole et l'interdiction du maïs transgénique Mon 810 en 2008, seul OGM autorisé pour la culture dans l'Union européenne depuis 1998. Il aboutira, dès 2012, à l'abandon de toute expérimentation en plein champ des OGM, marquant le refus de savoir et donc le retour de l'obscurantisme.

Présidence François Hollande

2012 : la publication de « l'étude choc » du Professeur Séralini faisant état de pathologies lourdes sur des rats nourris avec du maïs transgénique (NK 603) tolérant au Roundup a droit à une couverture médiatique exceptionnelle, illustrant la capacité de manipulation de l'opinion publique par les médias, l'incapacité des scientifiques à se faire entendre et surtout la pusillanimité des politiques incapables de percevoir l'imposture scientifique. Oubliant les avis des experts scientifiques, de nombreux responsables politiques, y compris le Premier ministre, s'empressèrent de réclamer un réexamen des procédures d'autorisation des OGM et le professeur Séralini reçut même éloges et applaudissements d'une partie des députés lors de son audition à l'Assemblée nationale.
2015  : vote de la loi sur la transition énergétique, défendue par Ségolène Royal, prévoyant de porter la part du nucléaire de 75% à 50% en 2025 et celle des énergies renouvelables à 32% en 2030. Une décision qui, outre son coût faramineux, ira à l'encontre de l'objectif de réduction des émissions de CO2 en développant des énergies intermittentes non pilotables nécessitant des centrales à gaz ou charbon et un renforcement des réseaux électriques.
Un choix qui contribuera à défigurer la France par l'implantation d'éoliennes géantes et à porter atteinte à l'expertise scientifique française reconnue dans le nucléaire.

Présidence Emmanuel Macron

2017 : interdiction programmée du glyphosate annoncée imprudemment lors de l'examen de la ré-autorisation du célèbre désherbant dans l'Union européenne. Une fois encore pour satisfaire les exigences du ministre d'Etat et de l'écologie Nicolas Hulot et ses amis écologistes, sans prendre en compte ni le retour d'expérience de plus de 40 ans d'utilisation dans le monde sans problème, ni les avis des agences sanitaires française, européennes et mondiales. Une décision politique irréfléchie prise sans en mesurer l'impact économique et environnemental et malgré l'absence de solutions alternatives.
2018 : confirmation de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim promise par François Hollande lors de sa campagne présidentielle 2012. Une fermeture prématurée, ruineuse, sans motif de sûreté, contraire aux objectifs climatiques, décision irrationnelle prise une fois encore contre l'avis des experts scientifiques.
2019 : constitution de la Convention citoyenne sur le climat. Une initiative « citoyenne » dans l'air du temps, préférant donner la priorité à 150 citoyens tirés au sort qu'aux experts scientifiques pour faire des propositions au gouvernement afin de lutter contre le réchauffement climatique.
2020 : la grave pandémie du Covid-19, contraint enfin le Président Macron à solliciter et s'appuyer sur les avis des experts scientifiques de la santé.

Les quelques exemples ci-dessus montrent à l'évidence que le progrès scientifique au service de la nation que De Gaulle défendait n'est plus une priorité des décideurs politiques actuels. Aujourd'hui, interdictions, fermetures et règlementations tiennent lieu de politique pour coller à l'écologie politique, étrangère à l'écologie scientifique, mais s'affirmant de jour en jour davantage comme la nouvelle idéologie dominante.
La classe politique française n'a pas réellement pris conscience des véritables enjeux et en se fourvoyant dans des jeux politiciens, elle conduit la France à l'écart de la compétition technologique et à sa régression.

_______

(*) Site du collectif :  « Science-Technologies-Actions »



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2020 à 11:39 :
Vous omettez cher Mr certains faits : l'aménagement des terres agricoles (destructions des haies amenant une modification notable de l'habitat de la faune, changement du ph des sols, destruction de la vie des sols, apparition de handicap (bébé sans bras, hausse du cancer dans certaines régions, présence de mutagène dans les vivants, mutation de la faune, la liste est longue... longue... j'aime la science elle naît de l'observation et l'observation prend du temps. Ses dernières années il y a eu beaucoup de modification sous l'effet d'annonce et peu de retour d'expérience sur réel, les faits. 75% des insectes ont disparus sous l'effet des pesticides dans des régions européennes. Votre article est a dessein orienté vers le changement et fait fi du cycle de vie! Concernant le nucléaire, toujours pas de nouvelles scientifiques concernant la gestion des déchets (retour à inactivité des matériaux utilisés ou autres solutions...)
a écrit le 08/05/2020 à 9:16 :
Bravo Gérard Kafadaroff pour cette rétrospective qui rappelle quelques décisions marquantes des dernières présidences de la République française. Une belle citation du Général de Gaulle. Un rappel des actions décisives de Pierre Mendès France et Pompidou. On rend à César ce qui est à César.
Et notre lente descente aux Enfers de la collapsologie.
Puisse cette sinistre pandémie du Covid-19 nous ouvrir les yeux !
a écrit le 08/05/2020 à 3:24 :
L'article est bien orienté et manque clairement de rigueur scientifique ce qui est bizarre pour un collectif nommé Science-Technologies-Actions. C'est dommage. En tant que scientifique, je ne pourrai pas considérer les œuvres de ce collectif sérieusement jusqu'aux preuves de contraire. Pourtant je méprise des écologistes incompétents (trop nombreux parmi eux), suis pour les expérimentations avec OGM et assez prudent concernant la transition énergétique trop rapide.
a écrit le 07/05/2020 à 20:43 :
C'est rigolo, ma réaction a été publiée et dépubliée..
a écrit le 07/05/2020 à 16:00 :
On pourra argumenter sans fin sur tel ou tel dossier, mais c'est malheureusement une vague de fond qui va submerger la France. On ne saurait dénier durant des générations l'intérêt de la Science et de la Tech, tout en tenant d'ailleurs un discours creux sur l'innovation et la numérisation. Nous sommes bel et bien englués dans ce Principe de Précaution, non mauvais en soi, -on en comprend les intérêts (ne pas prendre des risques déraisonnables et surtout irréversibles dans des introductions de nouvelles technologies), mais il est vrai qu'à chaque introduction de nouvelles techniques, on voit se dresser des oppositions stériles imbéciles: pas plus tard qu'aujourd'hui les médias se font l'écho du Président d'Ericsson France qui constate notre retard dans l'attribution de la 5G. Et que dire des obstacles à la pose des compteurs Linky. Quid de la condamnation, non gouvernementale il est vrai, d'Amazon. Ou les limitations d'Uber, d'AirBnb.. Alors les réponses d'un pays qui espère encore garder son rang ne peuvent être retour aux technologies du XIX sème siècle, comme en agriculture, engluée dans un Bio forcément sclérosant (toute introduction de nouvelle technique, de facto, fait perdre sa qualification "Bio"). Il va falloir choisir son camp. Pour ou contre l'innovation, (des homologations de nouvelles techniques selon les règles décidées par le politique devraient être homologuées et pouvoir être commercialisées, et non conduire à un Oui mais..dont on a bien vu sur le dossier des OGM, autorisées!, ce que cela avait donné). Pour ou contre l'Europe et la mondialisation. Nous avons vu chaque Pays se replier dans cette crise du Coronavirus sur ses propres commissions d'experts en lieu et place de prendre les conseils, ensemble, des meilleurs scientifiques européesn, ce qui je le crois aurait sécurisé l'ensemble de nos concitoyens! Et prenons garde: le déconfinement selon la Principe de précaution, à pas comptés, quinze jours après l'Allemagne et la Belgique -en quoi la situation est-elle différente?- risque fort de nous renvoyer dans le camp des pays en voie de développement..
Réponse de le 08/05/2020 à 8:31 :
Toujours faire la différence entre progrès et innovation, si l'un est une réponse a la demande, l"autre est une création de demande qu'offre des moyens publicitaires !
a écrit le 07/05/2020 à 15:52 :
A l'époque des règles à calcul et des tables traçantes il existait des ambitions politiques et des puissantes directions techniques pour les modalités. Aujourd'hui nous ne savons même pas assurer l'approvisionnement des masques.. Au fait quelle est la suite de la lettre ouverte des 32 polytechniciens suppliants de ne pas sacrifier ALSTOM..
a écrit le 07/05/2020 à 15:42 :
La feuille de route est suivie à la lettre jusqu’au point de non retour pour l’humanité sur terre ,

tout est programmé mais pas pour le monde meilleur pour la vie des populations sur terre .

Ils ont réussit un exploit :
la diminution de la confiance des populations mondiales 65%
65% des populations mondiales ont perdu espoir et confiance en l’avenir et aux systèmes ( sciences, économie, politique....)

Bravo ! Nous vous félicitions pour cette déshumanisation assumée !
a écrit le 07/05/2020 à 14:58 :
Ça sent la propagande et le lobby à plein nez. C'est a gerber !
Osez faire un comparatif/parallèle entre le General et Macron est une insulte à la personne et à l'action de De Gaulle. Ce monsieur, sorti de nulle part pour nous asséner ces poncifs scientifico-ultraliberaux, n'a vraiment aucune honte.
Réponse de le 07/05/2020 à 15:16 :
Reprenez un peu de potion magique, vous ne savez pas lire le français !
Cet article illustre le fossé entre les créations décidés ou autorisées par Charles de Gaulle et les interdictions tous azimut d'aujourd'hui.
Je ne lis pas de panégyrique de Micron bien au contraire.
a écrit le 07/05/2020 à 12:00 :
Merci pour ce lobbysme du siècle dernier. Tout progrès connaît son mur de conservatisme, dont vous faites partie.

Ouvrez votre esprit, cessez avec le "on a toujours fait comme ça". Lorsque De-Gaulle publiait son texte il était visionnaire pour son époque.

Lorsque vous l'idéalisez en rejetant tout ce qui s'est fait ensuite, vous devenez l'obscurantiste d'aujourd'hui car le monde change, et les problèmes qu'il faut affronter aussi. Prenez en acte.

La protection de l'environnement de la qualité de notre nourriture est une évidence...
a écrit le 07/05/2020 à 11:59 :
Merci pour ce lobbysme du siècle dernier. Tout progrès connaît son mur de conservatisme, dont vous faites partie.

Ouvrez votre esprit, cessez avec le "on a toujours fait comme ça". Lorsque De-Gaulle publiait son texte il était visionnaire pour son époque.

Lorsque vous l'idéalisez en rejetant tout ce qui s'est fait ensuite, vous devenez l'obscurantiste d'aujourd'hui car le monde change, et les problèmes qu'il faut affronter aussi. Prenez en acte.

La protection de l'environnement de la qualité de notre nourriture est une évidence...
a écrit le 07/05/2020 à 11:32 :
Encore une propagande de la part du gars qui on le voit sur son visage est là pour nous vendre un truc dont on a pas besoin. J'espère que l'agro-industrie vous donne chère pour pouvoir de la sorte répandre son obscurantisme hein...

Le nouveau journalisme à savoir les publicités commerciales non déclarées gratuites et les bons articles payants, vous ne faites avancer personne de cette façon là hein, même en vous rassurant autant que vous le voulez/pouvez.

Pitoyable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :