Pourquoi le retour de l'inflation n'est plus possible

 |   |  734  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, pourquoi le retour de l'inflation n'est plus possible

Il existe deux visions des choses aujourd'hui concernant la croissance et l'inflation. Dans la vision classique, c'est business as usual : la croissance est repartie sur la base d'un potentiel affaibli. Les capacités ont été laminées par la crise et sont déjà sous tension. Dans l'industrie, les goulets d'étranglement sont de plus en plus manifestes : tensions sur les capacités, difficultés de recrutement, etc. Et en arrière-plan de tout cela, la montagne de liquidités héritées du quantitative easing. Les risques d'un retour de l'inflation sont maximaux, surtout si la BCE reste cramponnée à son objectif de normalisation de l'inflation.

Deuxième point de vue : nous avons changé de régime de croissance et le lien traditionnel entre croissance, chômage et inflation est définitivement rompu. Non, les montagnes de liquidité émises par les banques centrales ne vont pas se convertir en inflation, du moins pas sur le marché des biens et des services. Pourquoi ? Pour des raisons d'ordre structurel.

L'inflation tend à s'éroder sur le marché des biens et services

D'abord le phénomène n'est pas nouveau. Il s'est installé graduellement dans le paysage et, cycle après cycle, l'inflation tend à s'éroder sur le marché des biens et des services. Les cycles de l'inflation demeurent, mais très écrasés et centrés sur 1 ou 2% en zone euro ou aux États-Unis. Difficile alors de se référer à une régularité passée pour évoquer un risque imminent de retour de l'inflation. Seuls demeurent des cycles amples sur les ressources rares, les matières premières ou agricoles, dont l'offre ne se décrète pas. Mais cette instabilité est de moins en moins transmise aux autres prix, et les entreprises les absorbent à travers une multitude d'instruments sur lesquels nous reviendrons.

Pourquoi absorbent-elles les coûts ? Parce que la concurrence devient de plus en plus intense, décennie après décennie. D'abord du fait de l'ouverture croissante des marchés et de la prolifération de concurrents venus de pays à faibles coûts. Ensuite parce que la transformation numérique participe très largement à l'intensification de la concurrence, à tous les niveaux.

- L'irruption de business modèles low cost est un pur produit du numérique, et met sous pression un nombre croissant de secteurs.

- Les possibilités de pratiquer des enchères inversées, auprès d'un nombre croissant de fournisseurs et de prestataires de plus en plus lointains, sont aussi démultipliées grâce aux plateformes numériques. Ce qui maintient une pression permanente sur les salaires ou sur les prix des sous-traitants.

- Les entreprises sont, elles-mêmes, de moins en moins contraintes par la rigidité des coûts et des salaires. Plutôt que de s'engager dans des processus problématiques de renégociation, elles disposent de nombreuses options alternatives pour casser les prix : appel à des prestataires externes en freelance, modulation de la partie variable des rémunérations, report sur la sous-traitance, etc. Ce qui fait que presque tout est régi par une relation client-fournisseur de plus en plus malléable, même au sein de l'entreprise.

Les facteurs de pression sur les prix et les salaires sont structurels

Soumises à cette concurrence, les entreprises sont en lutte pour maintenir leur part de marché. Et elles tendent alors à convertir leurs gains de productivité en baisse de prix. Ou en constance des prix à qualité croissante, ou encore en développement de la face gratuite de leur modèle d'affaire. Ce qui est une autre manière de maintenir le prix à qualité croissante, puisque ce faisant, pour le même tarif, elles enrichissent leurs prestations.

Je pourrais encore allonger la liste des facteurs de pression sur les prix. Ce sont des facteurs structurels qui ne sont pas près de changer. Qui plus est, nos instruments de mesure traditionnels, en sous-estimant l'apport qualitatif du numérique, sous-estiment très probablement la baisse réelle des prix unitaires.

Alors certes, il y aura ça et là des tensions, là où les compétences se font rares. Les prix ne resteront pas totalement inertes. Mais, si la liquidité doit se convertir en inflation, c'est du côté des prix des actifs qu'il faut regarder. Pas de celui des biens et des services.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2018 à 19:16 :
Hé oui avec internet c'est tellement facile de vendre et de baisser les prix pour vendre du coup.

Nous sommes donc bien au sein d'une économie de misère, les quelques miettes de richesses créées que nous laisses les milliardaires ne suffisent plus à alimenter l’économie, il n'y a plus que leur argent à généré un placebo de croissance, l'argent qui n'est pas gardé dans leurs paradis fiscaux dont la minorité de leurs richesses.

Les riches ne créaient plus de richesses, qui aura le courage de le dire ? Personne et du coup on continuera de nous faire le coup de la croissance alors que les gens le voient bien qu'il n'y en a pas de croissance.

Comme les riches ne veulent pas distribuer un revenu universel qui pourtant pourrait leur permettre de continuer de jouer éternellement dans leur casino géant, nous sommes condamnés nous autres à entendre et voir dans les médias de masse les analyses fausses et les mensonges pensés de leurs larbins qui vont nous dire que tout va bien qu'on a tort de s'en faire.

Tout va bien pour les riches oui mais ça c'est pas une info.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :