Prolonger la durée de vie des véhicules, un acte citoyen

OPINION. Crise énergétique et reprise de l'inflation confrontent à la réalité les meilleures volontés d'un renouvellement forcé du parc automobile thermique vers l'électrique. Et si la véritable réponse aux enjeux écologiques de la mobilité individuelle était la prolongation de la durée de vie des véhicules déjà en circulation, toutes motorisations confondues ? Par Karim Benabdallah, co-fondateur de Minautor
(Crédits : ERIC GAILLARD)

Malgré les ruades qui lui sont régulièrement infligées, la mobilité individuelle a encore de beaux jours devant elle. Car derrière les projecteurs médiatiques pointés sur les grands centres urbains et la qualité de leur air, la réalité du quotidien de nombreuses familles est tout autre : la voiture demeure le seul moyen de transport accessible, en mesure de leur assurer le lien social.

Pour se rendre au travail, pour conduire les enfants à l'école, pour un accès aux soins (de ville ou hospitaliers) ou aux loisirs, et plus globalement pour la gestion du quotidien du ménage, il est impératif de compter sur la mobilité individuelle : en milieu rural (88 % des communes françaises, représentant 33% de la population), comme en zone péri-urbaine, dont l'offre de transports en commun reste en retrait, en particulier le soir, la nuit ou le week-end.

Or, avec un âge moyen des véhicules personnels de 12,2 ans en 2021 (proche de la moyenne européenne de 11,8 ans), il semble évident que les Français ont à cœur d'entretenir leurs autos et de prolonger leur durée de vie au maximum. En cause bien souvent, le pouvoir d'achat : avec des voitures toujours mieux équipées, les tarifs des véhicules leur semblent toujours plus élevés, en neuf comme en occasion.

L'impact de la mobilité individuelle au défi de l'obsolescence programmée

C'est le principal reproche adressé à la mobilité individuelle thermique : les rejets, notamment de CO2, à l'utilisation. Pour remédier à ce problème, la voiture à moteur électrique (ou au moins hybride) soulève l'enthousiasme des pouvoirs publics. Lesquels imposent une cadence de remplacement du parc à un rythme effréné, avec une progression frénétique des interdictions de circuler dans les zones à faibles émissions (ZFE) et même l'interdiction de commercialisation des véhicules thermiques dès 2035 en Europe.

L'innovation en matière de motorisation est évidemment on ne peut plus souhaitable. C'est d'ailleurs par l'innovation que les moteurs thermiques d'aujourd'hui en offrent plus que leurs ancêtres, pour des consommations très inférieures. Quant aux nouvelles motorisations, qu'elles soient hybrides, électriques à batterie ou encore électriques à pile à combustible, et même aux nouveaux carburants (éthanol ou biodiesel par exemple), ils répondent à une demande en croissance et pourront s'imposer progressivement, avec le temps.

Mais forcer l'accélération d'un calendrier de remplacement du parc thermique existant s'assimile, ni plus ni moins, à imposer une obsolescence programmée, non pas technique, mais purement réglementaire. Allant de fait à l'encontre des objectifs poursuivis : la fabrication et le transport des véhicules neufs constituent en effet une empreinte environnementale importante.

Privilégier les pièces de seconde main pour combattre la surproduction

Qu'ils soient thermiques, hybrides ou électriques, prolonger la durée de vie des véhicules reste la meilleure option quant à la consommation des ressources naturelles ou aux rejets néfastes à l'environnement d'un point de vue planétaire, en tenant compte de l'ensemble du cycle de vie des véhicules.

À cette fin, la priorité consiste évidemment en un entretien drastique des véhicules pour leur garantir la durée de vie la plus longue possible : entretien mécanique, mais aussi esthétique, à l'intérieur comme à l'extérieur. Ce qui passe, dans un objectif prioritaire de combat contre la surproduction industrielle, par le marché de la seconde main. Un marché qui se développe considérablement, porté également par des acteurs de l'assurance.

En dehors de certaines pièces d'usure ou organes de sécurité, dont le remplacement est préférable par du neuf, nombreux sont les éléments des véhicules devenus inutilisables, qui peuvent trouver une seconde vie : éléments de carrosserie ou d'accastillage, organes mécaniques tels que des trains roulants, des éléments de suspension, des accessoires (climatisation, chauffage, etc.), et bien sûr des moteurs entiers.

Si la filière de la pièce de seconde main pour les véhicules existe depuis de nombreuses années, force est cependant de constater qu'elle manque d'organisation. Et qu'il n'est pas toujours simple de trouver facilement les pièces correspondant précisément au véhicule à réparer ou à entretenir. C'est clairement, pour le secteur, l'un des défis à relever dans les prochaines années pour valoriser le parc existant, quel que soit son mode de propulsion, et limiter l'impact de la production automobile sur l'environnement.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 04/12/2022 à 14:59
Signaler
Bonjour, j'ai une Ford Fiesta senso 1.6 TDCI de 2007 avec 152.000 kms. Je n'ai eu aucune panne depuis 15 ans et elle vient de me lâcher... Apparemment, c'est le calculateur. Le concessionnaire Ford m'a dit de la mettre à la casse et d'acheter une no...

à écrit le 04/12/2022 à 9:39
Signaler
"Si la filière de la pièce de seconde main pour les véhicules existe depuis de nombreuses années, force est cependant de constater qu'elle manque d'organisation." JE ne suis pas d'accord, cela fait longtemps que le marché existe et il est de ce fait ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.