Pujadas, Marine Le Pen... et le marketing du buzz

 |   |  799  mots
(Crédits : DR)
Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à l'Université de Paris-I La Sorbonne

Marine Le Pen a zappé, elle s'est effacée "Des Paroles et des Actes", mais, depuis cet énorme caillou jeté dans la mare politico-médiatique, ses troupes surfent sans retenue la vague créée. Ils squattent les plateaux des radios et télévisions d'information continue : iTélé, BFMTV, France Info...

La surprise médiatique devient affaire politique et s'invite à la une de tous les médias depuis jeudi soir. Nous ne sommes plus très loin du coup politique.

Un FN reconnaissant devrait d'abord dire un grand merci à la mise en scène, par le PS et Les Républicains, de l'échange téléphonique entre Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Cambadélis pour préparer des actions concertées de pression sur France Télévision et le CSA...

Sur un plateau...

Quelle incroyable erreur tactique ! Marine Le Pen ne pouvait espérer meilleur soutien politique à quelques semaines seulement des régionales. Dans le cas de Nicolas Sarkozy, il s'agit là de la seconde bourde tactique de ce mois - qui n'est pas fini -, après le cas Morano devenu matière à JT de 20 heures de TF1, largement du fait de son action.

Il faut le rappeler : le FN et surtout Marine Le Pen font vendre ! Du coup, la désinhibition face au FN est presque totale et touche en ligne médias, journalistes, citoyens mais aussi candidats et élus locaux voire nationaux.

Le PS et Les Républicains ne l'ont pas encore très bien compris. Ils devraient actualiser leurs approches de ces différents publics. En particulier de celui des médias.

Marine Le Pen est un très bon produit audiovisuel et surtout doté d'une très forte valeur d'audience personnelle qui propose une solution « bankable » ou immédiatement monétisable pour les médias en quête d'audience à rentabiliser. Et de tels produits sont rares, même sur le terrain politique.

« Des Paroles et des Actes » comme d'autres produits de l'infotainment contemporain recherchent l'audience la plus large et donc la création du plus gros bruit médiatique possible, quasiment à tout prix.

Associés dans le business de l'audience

Marine Le Pen est une « associée » de choix dans le business de l'audience, ce processus marketing qui fonctionne sur l'agrégation, l'association des audiences, qu'elles soient politiques, médiatiques ou autres.

Dans l'espace médiatique, il s'agit le plus souvent d'un deal à trois, et non pas seulement d'un duo "programme + personnalité (ou marque)". On doit y ajouter un troisième acteur : le journaliste ou l'animateur dit vedette dudit programme qui, comme David Pujadas, possède lui aussi une valeur d'audience et doit, comme à la Bourse, la maintenir ou la faire grossir. Il va l'engager lui aussi dans ce deal à la recherche du plus gros buzz.

Tout cela fonctionne en général très correctement. Les 3 audiences s'ajoutent et créent un beau produit médiatique profitable aux 3 acteurs engagés dans le deal. Ne leur reste plus qu'à la marchandiser, réaliser une transaction, chacun dans leur différents marchés respectifs : publicitaires, politiques et médiatiques. Comme dans le cas de Nadine Morano dans le "On n'est pas couché" de Laurent Ruquier où les 3 parties ont reçu ce qu'elles attendaient.

Pas totalement dans un cas impliquant déjà David Pujadas, lequel réalisa, cet été, une interview exclusive de Bachar el Assad et boosta sa valeur d'audience notamment en l'internationalisant, tandis que France2, "événementialisant" son journal, gagnait sa bataille du 20 heures. Seul Assad, qui avait livré son audience globale dans le deal, n'en retira rien, ou presque, pour son propre compte.

Marine Le Pen n'a pas voulu partager son audience

Dans cette « dictature » de la Bourse de l'audience et du buzz, où même les articles de presse, comme les hommes ou femmes politiques, sont désormais notés non pas en fonction de la qualité de leur contenu mais selon le nombre de clics des internautes, le marketing de l'audience et du buzz doit être managé et les deals respectés. Sinon la démarche peut se retourner contre l'envoyeur: bienvenue au bad buzz !

David Pujadas aurait sûrement préféré que Marine Le Pen quitte le plateau en direct - vague médiatique assurée, surtout profitable à son émission et à lui-même.

Mais Marine Le Pen n'a pas voulu partager son audience. Et, dans sa propre recherche de l'événement politico-médiatique, elle a préféré la jouer solo. Et David Pujadas et France Télévision tombèrent dans le piège du buzz et de l'audience à tout prix !
___

Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à l'Université de Paris 1 La Sorbonne, directeur associé de ZENON7 Public Affairs, et président de j c g a, membre de la Society of European Affairs Professionals (SEAP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2015 à 17:47 :
MLP mise à part, on ne peut pas assez dénoncer "l'évènementalisation" du journal de France 2, par mégarde de la mission d'une information complète comme chaine publique. Il ne faut pas s'étonner que souvent l'opinion publique se forme loin de la hauteur des vrais problèmes.
a écrit le 26/10/2015 à 11:27 :
Ce sont les médias qui portent le FN ....
La preuve : comment expliquer que des candidats extérieurs à la zone , qui n'ont pas fait une réunion, pas un interview aient pu faire plus de 20% aux derniéres élections cantonale s???
Uniquement en mettant une photo de MLP sur leur profession de foi ....
Ce sont bien les médias qui portent les photos et le verbe du FN ....
a écrit le 25/10/2015 à 12:49 :
Cela démontre une chose : le FN ne compte plus sur la télé ou la radio...Le FN a choisi INTERNET pour faire passer ses idées ( facebook, twitter et les commentaires comme ici....).
a écrit le 25/10/2015 à 10:33 :
Pourquoi un tel débat a été annullé pour la défaillance d'un seul participant, les projecteurs des médias sont braqués en effet pour faire le buzz ce n'est pas pour éclairer notre lanterne; l'émission avait quand même son intérêt entre représentants de listes politiques concurrentes, je ne comprend pas que ce débat ai été annulé celà est totalement anormal, on se fout du téléspectateur à qui on avait annonçé cette émission
Réponse de le 25/10/2015 à 11:02 :
Parler de débats à la télévision, ca fait rire ;

Pujadas ne propose pas des débats, il propose des étalages de mensonges politicards bas de gamme, avec des politicards auxquels les Français reprochent la corruption ;

Pour prospérer, la corruption a besoin de pujadasiens ;

Cambadélice et Sarkoton ont agit main dans la main sont unis par leur serment d’allégeance aux corrupteurs des autoroutes, des parkings, de la gestion des eaux, des constructeurs promoteurs, et des voyous de la finance qui agissent en bandes organisées à Bruxelles et sur les places boursières, au Medef, et ses officines ... tentaculaires
a écrit le 25/10/2015 à 9:54 :
Vous êtes un journal économique
pourquoi ne parler que de Marine le pen ou des migrants
Quand sur l'état économique de la France et de la politique de notre gouvernement qui est désastreuse sur presque toutes les lignes
Nous avons de plus en plus impression que c'est l'Elysée
qui donne les sujets à traiter
a écrit le 24/10/2015 à 21:52 :
Le CSA joue t'il vraiment son rôle en toute neutralité, à savoir contrôler un équitable temps de parole/ de présence pour chaque parti, peu importent ses idées ? C'est normalement la loi. Je m'étonne de la faible (c'est plus qu'un euphémisme!!!) présence dans les débats de petits partis : je pense en l'occurrence à l'UPR /* Union Populaire Républicaine */ qui a pourtant une forte audience sur internet et un nombre d'adhérents supérieur à celui de Debout la République _ et que l'on invite très peu à la télé ou la radio_
Il expose néanmoins des idées qui méritent d'être discutées et de prendre part comme d'autres aux débats. Il me semble que la rare fois ou il est passé à la télé d'ailleurs c'était à "On n'est pas couchés".
Comme, en général, les résultats des élections sont le reflet du temps de parole dans les média (qui eux ne sont pas neutres) on voit vers où les mass média veulent orienter les votes.
Aucun des grands partis traditionnels ne propose de manière argumentée et écrite dans son programme la sortie à la fois de l'Europe et de l'Euro. Même pas le parti de MLP. Proposer de l'info et du choix serait pourtant une bonne chose. Après, chacun a ses sensibilités, c'est normal. Il zappe ou pas selon le programme.
Mais que tous les postulants qui proposent des listes aux futures élections aient la même publicité, cela me paraîtrait à tout le moins normal.
a écrit le 24/10/2015 à 16:25 :
JE SUIS CONTRE LES IDEES RACITE DU FN CAR POUEMOI L AVENIR ET AU METISAGE DES PEUPLES QUI ATENUERON NOS DIFERENCES?JE SUIS UN DEMOCRATE.ET JE DIT QUE DE PASSE A LA MOULINETTE UNE CANDIDATTE POLITIQUE QUI DEFENT SES IDEES ET SCANDALEUX. TOUT LE MONDE SAIT QUE LES MEDIAS EN FRANCE SONT ENTRE LES MAINS DE LA FINANCE ? POUR EQUILIBRE SES DEBATS IL FAUDRAIS AVOIR DES DEBATS DU GENRE C EST DANS L AIR AVEC DES INTERVENANT SOCIOLOGUE NEUTRE QUI RECADRERAISLES IDEES PARS MOMEMT AFIN QUE TOUS LE MONDE LES COMPRENNENT ???
a écrit le 24/10/2015 à 14:00 :
Marine LEPEN trouve un soutient massif auprès du Peuple de France ;

l'UMP qui salit le mot Républicain, le PS qui trahit son électorat, le Nouveau centre déguisé en UDI porte flingues de service,

tout ce minuscule microcosme politocard va être répudié par les électeurs DE FRANCE .

Le Pen n'en porte pas la responsabilité,

UMPUDIPSripoublicains vont connaître le résultat de leurs TURPITUDES communes partagées.
Réponse de le 25/10/2015 à 0:05 :
A vous croire, en vous lisant , vous du FN, vous etes 100% des Français. Ce qui est faux, vous êtes une minorité. C'est juste que vous savez crier plus que la majorité silencieuse qui n'est pas FN.
a écrit le 24/10/2015 à 13:00 :
Marine Le Pen n'a pas voulu participer à un objet sans tête qui aurait tourné au chaos sans intérêt. Il s'agit de la gestion des régions entières et puis de la France, pas d'un spectacle de romanichels. Un point pour dire que c'est le président Hollande qui, avec son gouvernement et sortant de son devoir à fait délibérément de ces élections, avec au surplus les moyens financiers du pays, un combat anti-Front National. Il semblait alors normal que ce parti réponse puisque mis en cause. On a ensuite voulu faire de l'émission proposée et en toute anormalité un débat national et tout à la fois un débat régional puisque le sujet est actuellement régional. Double débat, une seule représentante nationale mais une multitude d'opposants du global-parti. C'est bien la dérive Hollande qui a créé cette embrouille, le journaliste avait justement réagi en invitant Marine Le Pen puis a perdu le contrôle devant excitation et rage provoquées. C'est donc avec une certaine sagesse et vision d'ensemble que la candidate avec beaucoup de tenue a refusé de participer à la mascarade, à la satisfaction finalement de tous. Ensuite on peut échafauder des théories comme le fait le professeur dans cet article sur la base de mécanismes connus, formés par d'autres et qui s'imposent à tous. Il en profite pourtant pour jeter sa pierre en insinuant en creux qu'il faudrait éviter toute "désinhibition" face au FN. Quel langage ordurier, quel mot d'ordre suit donc cet expert ? C'est uniquement lui pour le moment qui veut faire du marketing, la candidate elle voulait parler sérieusement aux français de leurs difficultés, qui ne sont pas un spectacle.
a écrit le 24/10/2015 à 12:24 :
Je ne l'aime vraiment pas ce Pujadas , à chaque débat on devine de suite sa position avec son sourire en coin , je ne comprends pas qu'il est encore la.......
a écrit le 24/10/2015 à 12:21 :
La caste qui se partage le pouvoir depuis 40 ans incapable de régler les problèmes du pays, cette fois-ci à peur de l'Audience suscitée . Car elle parle vrai et si elle gagne c'est la fin de règne de grandes carrières qui ont tout le temps fait appellent aux pauvres gens sans jamais vraiment améliorer leurs sorts . Ils peuvent pas maîtriser l'avenir alors je crois que l'on va assister à n'importe quoi .
a écrit le 24/10/2015 à 12:05 :
Pujadas servile laquais du pouvoir en place a cru pouvoir piéger Marine en lui imposant une confrontation supplémentaire avec deux candidats UMPS sans le moindre délai de préparation et sur un sujet n'ayant qu'un intérêt régional .
Quant au pseudo "débat démocratique " auquel Marine ne souhaite pas être confrontée , l'expérience passée de précédentes émissions dirigées par Pujadas montre qu'il s'agit d'un tribunal inquisitoire destiné non à débattre mais à condamner sur des affirmations et autres propos mensongers , dans le seul but de discréditer la personne et non pas son argument politique .
Bien sûr la confrontation avec Lagarde ,chef politique d'un parti "gamelle" à l'audience politique minuscule, et Le Foll ministre de l'Agriculture ridiculisé dans le gestion des crises agricoles récentes ne lui faisait pas peur , tant leur talent politique et leurs résultats personnels sont ténus ; mais ajouter pendant 45 minutes supplémentaires les attaques certaines- sans intérêt général- de deux troupiers UMPS avec l'appui malveillant de l'animateur de l'émission représentait effectivement un risque inutile pour une candidate aux régionales quasi assurée de sa victoire .
Cette affaire confirme s'il en était besoin la subordination totale du CSA et de la télévision publique au pouvoir politique , et la réalité de la relation politicienne contre nature entre PS et ex UMP ( Républicains ) que dénonce à juste titre le FN et d'autres partis .
la démocratie est bien abîmée dans notre pays .
a écrit le 24/10/2015 à 11:01 :
Décidément MLP s'avère être une tacticienne hors pair, bien aidée il faut le reconnaitre, par un UMPS totalement désemparé par la crainte d'une défaite annoncée. Non seulement elle a réussi le tour de force en leur tendant un piège dans lequel ils sont tombés, à savoir, soit la défaite en jouant solo, soit la victoire en s'associant et confirmant ainsi la collusion UMPS qu'elle dénonce depuis si longtemps. Elle vient à nouveau de récidiver avec cette affaire de France 2, ou Pujadas s'est fait balader en se faisant traiter d'amateur et les 2 sbires de l'UMPS (Sarko et Camba) se faisant définitivement discréditer aux yeux de l'opinion en s'associant pour intervenir auprès du CSA. Bravo, c'est finement joué c'est encore elle qui en tirera le maximum sans faire quoi que ce soit....!
a écrit le 24/10/2015 à 9:04 :
On a trop longtemps vu politiques et médias jouer la même musique..allons nous assister à un changement de modèle? Les grands médias, et notamment ceux du service public, doivent (j'imagine qu'ils en sont conscients?) équilibrer l'info entre celle regardant le petit monde politique vivant dans sa cage de Faraday, qui n'a finalement que peu d'impact sur l'autre Monde, le vrai, celui des entrepreneurs et de ceux qui travaillent tous les matins, voire même celui à l'autre bout de la planète, je parle de celui qui bouge, en Chine ou ailleurs. La perte de crédibilité, une réalité pour les "encagés" guette le monde des médias.
a écrit le 24/10/2015 à 9:00 :
choc frontal entre un super poid lourd et france 2, parmi les victimes
sarkozy, cambadelis, pujadas, le csa et deux inconnus.....
a écrit le 24/10/2015 à 8:50 :
C'est surtout la décrédibilisation des politiques de tout bord et des médias. D'un coté des connivences (républicain / ps cette fois ci mais l'ensemble des partis est concerné) et des irresponsables prétendant au "trône de France" (le pen mais pas seulement) incapable de se défendre pour des régionales (quant sera-t-il lorsqu'ils (elles) devront représenter la France donc son peuple et ses intérêts en temps que président (e)) et de l'autre coté des médias organisateurs d'informations spectacles, dont les débats ne sont devenus que des tribunes pour s'accaparer les postes d'élus quasiment à vie puisqu'il n'existe pas de limitation ou de cumul de mandat en france et des machines à la course à l'audience accompagnant les élus comme un artiste venu vendre sa dernière production musicale, audiovisuelle ou littéraire.....
a écrit le 23/10/2015 à 22:10 :
Ah ! que voilà un article juste , bien calibré autour du buzz et donc du marketing ; à la différence de la plupart des quotidiens englués dans leur pré-carré.
De l'article ressort la désolation de la victime qu'est le citoyen républicain. Il pourrait en résulter sons positionnement justifié par un politologue de "C'est dans l'air" aux poils surgissant de la chemise mais qui les enferme sous cravate aujourd'hui où il se présente chef de file à une des élections régionales : il disait, alors conférencier, que la voie unique au rejet des deux leaders d'une présidentielle serait logiquement le vote blanc.
a écrit le 23/10/2015 à 21:49 :
je trouve très bien jouer de la part de Marine et pujadas a plongé la tète première car il n'a rien d'un grand présentateur et en plus il a voulu fausser le débat ce qui n'est pas fort de sa part car un débat à 6 contre une ce n'est pas de la démocratie
Réponse de le 24/10/2015 à 12:21 :
la sincérité des journalistes misent en doute.!! comme celle des gouvernants

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :