Reprise : ça y est, la France a vraiment redécollé !

 |   |  650  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi./ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui: ça y est, la France a vraiment redécollé !

Il existe aujourd'hui suffisamment d'éléments robustes pour poser le diagnostic d'une croissance solide d'ici la fin de l'année. Deux indicateurs suffisent à conforter notre optimisme : le climat des affaires, qui a quasiment restauré en septembre dernier sa moyenne de long terme et qui est au plus haut depuis 4 ans, suivi de la confiance des ménages. Une confiance retrouvée en passe de rattraper également son niveau moyen. Une confiance qui rejoint ses pics d'avant-crise.

Comme les indicateurs avancés sur la conjoncture à venir pointent dans la même direction, cela préfigure d'un bon second semestre : + 0,7% selon notre scénario à Xerfi.

Bilan, en fin d'année 2015, l'acquis de croissance ressortirait à +0,5 point contre 0,2 seulement fin 2014. Alors oui, statistiquement, la France sera bien sur les rails de la croissance début 2016. Mais cela ne suffit pas à faire une bonne année, ce n'est que son point de départ. Il faut encore que les différents éléments participant à une reprise s'enchainent pour pérenniser le mouvement et éviter que cela ne soit qu'un simple rebond sans suite, lié aux effets retardés de l'alignement exceptionnel des astres.

Car il faut bien partir de cette hypothèse : l'essentiel des gains à tirer de la chute du pétrole sont derrière nous et les taux d'intérêt ne peuvent plus baisser, ou marginalement. Il reste certes encore un peu de place pour un quantitative easing plus musclé et une baisse de l'euro face au dollar, mais les retombées seront limitées par la dégradation persistante du contexte extérieur à la zone euro.

La reprise doit maintenant trouver de véritables relais pérennes du côté de la demande domestique et du commerce intra-régional. C'est la condition sine qua non pour que s'enclenche un nouveau cycle d'investissements et de baisse du chômage qui nous mette définitivement sur de bons rails.

Plusieurs éléments vont dans le bon sens

J'en vois quatre principaux. Chronologiquement, le premier est la consommation des ménages. Elle s'est réanimée à la faveur des gains de pouvoir d'achat libérés par la baisse du prix des carburants. L'effet va se dissiper. Mais il sera en partie compensé par les 2 milliards d'euros d'allégements fiscaux sur les ménages consentis pour 2016.

En outre, les Français adoptent des comportements plus offensifs, en ligne avec le redressement de leur moral. Ils n'hésitent plus à se tourner vers le crédit à la consommation comme le montrent les données de la Banque de France qui sont à un sommet depuis 5 ans. C'est bon pour les commerçants et leurs fournisseurs.

Second élément, la demande publique ne fera pas faux bond, ne serait-ce que parce que l'on rentre en période pré-électorale toujours propice à un certain relâchement des dépenses. La tentation sera d'autant plus grande cette fois ci que le déficit public est moins élevé que prévu.

Troisième élément, la relance de la construction et de tout son écosystème, qui va de la filière des matériaux de construction, en passant par les cabinets d'études et d'ingénierie jusqu'à l'intérim.

Enfin, dernier point d'appui, la France n'est pas un cas isolé en Europe, et les demandes domestiques sont à l'unisson comme le montre la progression constante des ventes en volume dans le commerce de détail dans la zone euro. Des ventes au plus haut depuis décembre 2008 !

Ensemble, ces 4 éléments vont progressivement remettre en tension les capacités de production. Et comme de surcroît, l'argent ne coûte rien et l'accès au financement est aisé, cela nous apparait suffisant pour enclencher un nouveau cycle de l'investissement et de l'emploi. C'est un contexte suffisamment porteur pour nous emmener en 2016 à 1,8% de croissance.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2015 à 11:07 :
Aucune crédibilité a accorder a cet article qui semble avoir été écrit par Mr Sapin.
Personne n'a vu la croissance, la reprise ,le retournement ni même les outils depuis deux an le chômage doit baisser et il monte .
Le pire c'est qu’après le chômage pas d'emploi mais le RSA qui monte.Et ce malgré les emplois aidés utilisés pour masquer le chômage.
Dernier tour de passe passe pour maquiller les chiffres ont met les chômeurs dans des formations bidons pour qu'ils ne soit plus comptabilisés comme chômeurs.
Depuis Hollande une baisse des emplois marchands qui cotisent a l'urssaf et une hausse des fonctionnaires qui fragilise la compétitivité des entreprises.
a écrit le 24/10/2015 à 18:54 :
J'ai quelques doutes sur la santé mentale de ce monsieur, qui nous annonce Noël avant l'heure !
http://www.latribune.fr/vos-finances/immobilier/pourquoi-francois-hollande-annonce-t-il-des-mesures-pour-les-primo-accedants-514922.html
Au fait, les médias ont annoncé en coeur, que les français allaient avoir plus d'argent pour Noël : 20 euros !! Chic, il y aura du pain pour tout le monde, et peut-être une brioche.

Désolée cher Monsieur, mais nous nous serrons toujours la ceinture....... alors, la consommation des ménages, vous devez rêver. Nous ne payions pas d'impôts avant, donc rien ne change pour nous, et la seule retraite du foyer est bloquée ! Par contre, les factures ne baissent guère.
Nous n'achetons plus de linge (je raccommode), nous n'allons plus au restaurant ni au cinéma. Nous ne partons pas en voyage et même pas en vacances.
Et, nous avons juré (je sais ce n'est pas beau) de ne plus acheter d'ordinateur lorsque celui-ci ne fonctionnera plus.

En effet, la reprise est là !!
a écrit le 23/10/2015 à 20:16 :
Vu le bilan du chômage, publié ce matin, en augmentation dans ma région, l'industrie lourde qui chute. Le BTP qui cherche des sous. Seul, le secteur hôtelier fonctionne grâce aux chinois qui dorment une nuit et aux petits déjeuners et repartent très vite. Je me demande quelle partie de la France reste au sol ou s'enterre?
a écrit le 23/10/2015 à 18:58 :
Avant le krach de 2016 :) c'est ballot
a écrit le 23/10/2015 à 16:23 :
il y a effectivement des signaux positifs.
mais nous sommes entourés de boulets, en Europe et ailleurs.
pas évident.
si l'économie mondiale replonge, notre taux d'exportation relativement faible peut être un atout.
a écrit le 23/10/2015 à 16:08 :
En un mot bullshit, la tribune de gauche n'a aucune crédibilité.
a écrit le 23/10/2015 à 15:29 :
Ben, c'est sûr qu'avant les élections, les embellies ne vont pas manquer :-) Le journalisme français à son plus haut niveau, n'est-ce pas :-)
a écrit le 23/10/2015 à 15:13 :
hahaha! vache elle est grosse celle la!
le deficit sera moins gros que prevu ( oui bon la france est tjs largement au dela des clous mais sinon ca va, elle peut depenser cette cagnotte fiscale!)
et pareil pour le batiment ou tt va bien donc comme chacun le sait......... hey professeur nimbus, faut descendre sur le terrain!
quant a la confiance des menages, petits cours de stats... la confiance de ceux qui sont exoneres d'impots va effectivement etre meilleure, celle de ceux qui vont les remplacer pour payer, c'est moins sur.... y a plus qu'a decouvrir ( avec la loi de pareto, hein) qui fait bouillir la marmite!!!
oh fichtre, que decouvre t on? que les pnenomes economiques sont fortement leptokurtiques!!!!!!
a écrit le 23/10/2015 à 15:12 :
XERFI doit avoir un parti pris politique. Il y a une petite reprise dans la zone euro mais la France la ralentira car elle est gouvernée par des irresponsables. Pas de réformes, des dépenses publiques scandaleuse, des impôts odieux, un discours officiel malhonnête et méprisant, comment la confiance pourrait-elle revenir sérieusement? La mini croissance actuelle, c'est la dépense publique financée par l'emprunt qui aboutit à de la consommation.
a écrit le 23/10/2015 à 14:49 :
"... suivi de la confiance des ménages ..." : normal, il n'y a pas un mot sur le ralentissement de la croissance de la Chine, sur la FED qui n'augmente toujours pas ses taux d'intérêts, sur les prévisions de croissance de 2016 revues par 3 fois à la baisse cette année, etc ... dans les grands médias ! Gare à la gueule de bois à la fin de l'année ...
a écrit le 23/10/2015 à 14:04 :
Je me demande quel intérêt trouvent Xerfi et ses analystes à venir se ridiculiser régulièrement sur ce fil par des propos loufoques ?
Réponse de le 23/10/2015 à 15:01 :
Oui, s’ils avaient précisé l’horaire je me serais présentée à l’embarquement dommage…Sans doute un vol privé !!! :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :