RETRO 2018 | Le grand malaise de la jeunesse française

 |   |  1487  mots
(Crédits : Reuters)
Entre crise de sens et chômage de masse, la jeunesse française vit-elle une période de malaise sans précédent? Par Yannick Prost, Sciences Po – USPC

Le mouvement des "Gilets jaunes" a suscité la peur - ou l'espoir - d'une convergence des luttes, qui n'a finalement pas (encore) eu lieu. La mobilisation lycéenne, étonnamment violente, semble avoir atteint un palier à la mi-décembre. Il est sans doute trop tôt pour exclure la reprise de ces manifestations d'un genre quelque peu inédit.

Mais le mal est plus profond : Entre crise de sens et chômage de masse, la jeunesse française vit-elle une période de malaise sans précédent ?

Une jeunesse désabusée

Si l'on excepte une fraction issue des classes aisées et très privilégiée par le cumul des facteurs de reproduction sociale, la jeunesse vit depuis la fin des années 1980 une douloureuse entrée dans la vie adulte qui ne peut que la rendre pessimiste sur l'avenir.

D'une part, elle subit l'injonction de construire sa propre identité - sans cesse exposée sur les réseaux sociaux-, et d'autre part elle doit affronter une concurrence accrue dans l'école et le travail.

L'estime de soi en ressort généralement amoindrie, et 71 % des jeunes pensent qu'ils vivront plus mal que leurs parents.

Et pourtant, la jeunesse s'engage encore massivement dans les études, croyant pouvoir ainsi limiter le déclassement ou la marginalisation qui semblent tous les menacer. La hausse spectaculaire des effectifs étudiants se poursuit (+ 14 % entre 2011 et 2016), d'ailleurs insuffisamment accompagnée sur le plan budgétaire.

La « ségrégation scolaire » ne fait que reproduire les inégalités vers le haut, reportant au niveau du campus la distillation séparant le fils de cadre et celui de l'employé dans l'accès aux positions professionnelles et sociales prisées.

Inégalités sociales criantes

Malgré cette hausse constante dans les effectifs scolaires, la France se singularise parmi les nations de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) par une moindre insertion sur le marché du travail alors que les employeurs peinent à recruter sur certaines filières ou compétences. La proportion de jeunes actifs en CDD est la double de celle de la moyenne des pays de l'OCDE. Cette précarité s'étend également à d'autres formes d'emplois, comme l'intérim, les stages et la progression du nombre d'auto entrepreneurs jeunes liée à une certaine forme d'Uberisation de la société dont les jeunes outsiders, les premiers, font les frais.

Le système universitaire est rejeté par les jeunes qui, repoussés des filières sélectives, rejoignent faute de mieux des universités peu préparées à prendre en compte leurs faiblesses. 20 % des bacheliers entamant des études supérieures n'obtiendront pas de diplôme.

Les jeunes face à la précarité en France, 2018, Caritas.

Dispositif décrié

Parcoursup, imaginé pour mettre fin au « scandale du tirage au sort », autrefois instauré pour arbitrer les candidatures à certaines filières sélectives révèle une autre fragilité du système : les élèves des lycées bourgeois sont acceptés sans problèmes dans les meilleures filières, tandis que les autres suivent une file d'attente regroupant des centaines de milliers de lycéens moins privilégiés mais tous classés.

Ce nouveau dispositif bien que plutôt performant a ainsi mis à nu de profondes et anciennes inégalités sociales, qu'il aggrave même selon certains.

29 000 candidats ont d'ailleurs refusé de poursuivre le processus dès les premiers résultats, sachant qu'il les affecterait désormais au mieux sur une filière dévalorisée comme les sciences sociales ou les langues. La longue attente de l'été 2018 a entraîné un coût psychologique important, aggravant le stress habituel révélé par les pédopsychiatres étudiant la santé des lycéens.

Le maintien de filières dévalorisées entretient ainsi l'illusion que la plupart des jeunes ont accès à l'enseignement supérieur sans pour autant contribuer à leur insertion professionnelle.

Des jeunes en quête de sens

Ces jeunes, pessimistes et désabusés, n'apparaissent pourtant ni cyniques ni égoïstes. Les études successives montrent un solide attachement au valeurs de la famille et du travail. Et, plus surprenant, il a été démontré que la prise de conscience d'une société qui ferme ses portes aux nouveaux venus ne se traduit pas par une rupture du lien intergénérationnel. Ce dernier est préservé dans la famille, mais se cultive aussi dans le milieu associatif. Il s'avère ainsi qu'un tiers des jeunes participent à une association, même de façon ponctuelle.

Les jeunes souhaitent s'engager en priorité sur des causes liées à l'environnement (36 % de souhaits d'engagement), suivi de celles de la culture et des loisirs (33 %) et de la solidarité avec les personnes précaires (30 %). L'engagement dans le cadre du volontariat a d'ailleurs connu un essor spectaculaire dans le cadre du Service civique, qui dépasse désormais les 100 000 volontaires par an.

« Le moteur de l'engagement, c'est la cause, pas l'affiliation » expliquait la sociologue Anne Muxel au journal Le Monde au printemps.

Une « fausse » dépolitisation

Cette individualisation du rapport à l'engagement, qui n'exclut d'ailleurs pas le sens du collectif, se retrouve sur le terrain politique. La dépolitisation n'est qu'apparente, elle combine une moindre participation électorale avec un fort désir de s'engager, mu généralement par un sentiment de révolte.

Fuyant les partis politiques, très massivement convaincus (98 %) que ceux qui font de la politique sont plus ou moins corrompus, les jeunes adhérent à des modes alternatifs - manifestations, pétitions, mobilisations sur les réseaux sociaux... - qui peuvent, le cas échéant conduire à des confrontations violentes avec les forces de l'ordre.

Cela s'est d'ailleurs traduit lors des mobilisations qui ont ébranlé la France tout au long de l'année 2018, et tout particulièrement le début de décembre.

Peu de lycées se sont retrouvés bloqués (5 % d'après le journal La Croix, mais les revendications confuses, au fond secondaires, évoquaient tour à tour l'opposition à la sélection à l'université, à la réforme de bac et du lycée, au Service national universel obligatoire avant d'assumer qu'elles s'inscrivaient dans la filiation du mouvement des "Gilets jaunes". Les lycées professionnels ou des territoires ruraux furent plus souvent représentésque lors des précédents mouvements.

La jeunesse qui décroche et se radicalise

Ces jeunes affrontant violemment les forces de l'ordre se situent à la transition de la jeunesse qui s'accroche par les études et celle qui décroche. Le noyau dur est composé des sans-diplômes - un peu moins de 100 000 chaque année - au sein du halo des NEET (not in employment, in education or in training : 17 % de la population juvénile). Le taux d'emploi entre diplômés du supérieur et non-diplômés est passé de 34 à 47 points depuis 2008, et ces derniers bénéficient trois fois moins souvent de la formation professionnelle.

Ajoutons que l'origine immigrée aggrave le risque d'être au chômage, colorant la discrimination d'une dimension ethno-communautaire. Ces jeunes, caractérisés par une estime de soi encore plus faible que la moyenne juvénile sont aussi plus attachés aux valeurs traditionnelles.

Ils désertent plus systématiquement le chemin des urnes et hésitent à manifester dans des cadres plus traditionnels.

Lorsque les non-diplômés et l'ensemble des jeunes ressentant un fort sentiment d'exclusion manifestent, ils le font de manière violente, comme une revendication de reconnaissance. Ces attitudes politiques expriment aussi une certaine tentation radicale. Désormais, quand il y a vote, il traduit cette tendance. Le Rassemblement national est devenu le premier parti des jeunes, qui votent aussi beaucoup pour l'extrême gauche et LFI. Ils n'adhèrent que faiblement à un système qui les exclut durablement et ne leur offre aucune perspective de progression. Enfin, ils sont plus nombreux que la moyenne à condamner la démocratie et à espérer l'avènement d'un homme fort, tout en étant plus facilement influencés par les thèses complotistes.


À lire aussi : Podcast : Résister aux théories du complot et aux faits alternatifs


La révolte des jeunes hommes inutiles

Les pouvoirs publics ont timidement commencé à répondre à la détresse de cette jeunesse « décrocheuse », d'abord par l'élargissement de la prime d'activité, puis par la progressive généralisation de la garantie jeunes.

Mais si les manifestations étudiantes inquiètent un pouvoir toujours préoccupé d'un possible « syndrome Malik Oussekine », du nom de l'étudiant tué par les policiers lors des manifestations de 1986, celui-ci devrait plutôt être inquiet que les « jeunes hommes inutiles », terme que m'ont inspiré certains travaux de Hannah Arendt, renouent avec une révolte aussi nihiliste que fondée.

The Conversation ______

Par Yannick Prostenseignant en relations internationales (Sciences Po) - responsable de l'unité d'enseignement "aire juridique et administrative'" (Master Lisi, UFR EILA, Université Paris VII Denis DIderot), Sciences Po - USPC

 La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2019 à 16:01 :
Oh que ça fait du bien de lire des analyses sensées de la sorti, on ne peut que remarquer que l'auteur sait de quoi et de qui ils parlent, merci beaucoup.

Oui notre jeunesse est en piteux état il a même fallu il y a deux semaines que je remonte le moral de mon ado qui ne voyait que la fin du monde approchée très vite concluant qu'il valait mieux en profiter tout de suite que d'attendre demain d'être mort.

Alors oui il n'ira pas voté parce qu'il a bien compris, de lui-même je ne suis pas le genre à manipuler mes enfants, que les partis politiques n'étaient là que pour nous enfoncer.

Et ses copains sont les mêmes, à force d'avoir des dirigeants politiques aux ordres des riches ne faisant que nous cracher dessus ben les gars c'est de plus en plus difficile de nous exploiter.

Les LREM ou le summum de la bêtise politicienne oligarchique.
Réponse de le 03/01/2019 à 22:04 :
sceptique, c'est un acte de bon sens et de prudence salutaire; sachons pourtant rester optimistes. et puisque c'est notre devoir sacré de remonter le moral de nos ados (même si par les temps qui courent ce n'est pas toujours facile), il faut l'être pour eux et leur apprendre à garder espoir

l'auteur
Réponse de le 04/01/2019 à 9:52 :
Oui je le sais bien vous avez 100% raison, mais avant internet c'était plus facile de leur raconter des bobards, à savoir les mêmes que les médias nous racontent afin de nous rassurer nous autres aussi. Là ils prennent dans la gueule cette déplorable réalité. Mais bon on essaye on essaye, de toutes façons on a rien d'autre... Mais ça m'en a mit un coup.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :