Services financiers  : la Blockchain vouée à bouleverser l'ordre établi  ?

 |   |  881  mots
(Crédits : DR)
Par son fonctionnement décentralisé à l'extrême, la technologie Blockchain a un fort potentiel disruptif, même si celui-ci est freiné par des limites techniques et par le manque de compréhension qui l'entoure. Par Ray Valdes, vice-président et analyste de Gartner

Il y a vingt ans de cela, un particulier qui souhaitait effectuer une opération bancaire devait se rendre dans son agence pour s'adresser à une personne derrière un guichet. Aujourd'hui, les clients peuvent vérifier leurs comptes, transférer des fonds et déposer des chèques sans quitter leur canapé. Les technologies digitales, qu'il s'agisse de services bancaires mobiles ou de robots-conseillers, sont devenues la norme dans le monde financier.

Dernière innovation en date, la Blockchain va profondément transformer le secteur des services financiers. Selon certains experts, ce levier technologique de transformation mondiale pourrait avoir un impact équivalent à celui de l'internet. D'ailleurs certains la surnomment « l'internet de l'argent », ou plutôt « l'internet de la valeur programmable ».

La Blockchain est une technologie qui permet de consigner toutes les transactions dans un registre distribué transparent, sécurisé et inaltérable. Grâce à cette technologie, les utilisateurs peuvent notamment effectuer des transactions en Bitcoin, la cryptomonnaie.

Restructurer un écosystème et supplanter les acteurs traditionnels, c'est le schéma classique de la disruption par l'innovation. Dans le secteur des services financiers, le champ d'application de cette technologie est vaste, allant des paiements transfrontaliers aux contrats intelligents en passant par la gestion des identités en ligne. Cependant, la Blockchain a encore beaucoup de chemin à parcourir pour devenir la norme dans les services financiers.

Bien qu'il soit constructif d'avoir une vision optimiste sur la Blockchain, les responsables des services financiers doivent rester prudents par rapport aux importantes limitations de la technologie actuelle. Il leur faudra également se méfier du manque de compréhension de beaucoup d'acteurs du secteur quant à la nature radicalement décentralisée de cette technologie.

Pour prendre la mesure du potentiel de cette technologie, mais aussi de ses freins, il faut tout d'abord s'intéresser à ses principes fondamentaux.

Les principes fondamentaux de la Blockchain

Il importe déjà de comprendre le rôle du registre distribué, qui est la pierre angulaire de la technologie Blockchain. Un registre est un document authentique et fiable qui consigne des transactions ou d'autres événements. S'il est « distribué », c'est que les données qu'il recèle sont dupliquées chez des milliers de participants - ou « nœuds » - d'un réseau peer-to-peer. Pour atteindre cet objectif d'archivage et de réplication des données de façon sécurisée, il faut actionner un mécanisme qui requiert une importante puissance de calcul, également appelé « minage ».

La Blockchain permet à quiconque y participe d'échanger des valeurs, c'est-à-dire des ressources digitales créées directement sur le réseau, avec n'importe quel autre participant, ce sans intermédiaire. En d'autres termes, les transactions ne sont pas enregistrées sur un seul système central d'archivage, mais sur l'ensemble du réseau. L'authenticité de toutes les transactions effectuées dans ce système est validée par les nœuds réseau, ou « mineurs ». Théoriquement, les informations enregistrées sont immuables, infalsifiables, non censurables, et donc dignes de confiance.

Avec plus de 300 millions de transactions au compteur, cette technologie de registre distribué gère aujourd'hui plus de 270 milliards de dollars de ressources.

Un véritable pouvoir de disruption

Si l'on prête à la Blockchain un tel potentiel disruptif, c'est parce qu'elle permet d'établir un écosystème d'affaires comptant des milliers de participants qui ne se connaissent pas, ne se font pas confiance et n'ont peut-être même pas conscience de l'existence des autres, et qui malgré tout créent et échangent de la valeur sur un réseau mondialisé. Cette structure est idéale pour s'affranchir des intermédiaires classiques - avocats, courtiers, banquiers - qui s'approprient une fraction des revenus et qui freinent le fonctionnement des échanges commerciaux. L'élimination des intermédiaires contribue par ailleurs à l'éclosion de nouveaux modèles économiques.

Restructurer un écosystème et supplanter les acteurs traditionnels, c'est le schéma classique de la disruption par l'innovation.

Des défis à relever

Il y a peu de chances que la technologie Blockchain pousse les institutions financières classiques à repenser leur modèle à court ou même à moyen terme. Par rapport à sa forme actuelle, cette technologie doit encore progresser en matière d'évolutivité, de périmètre fonctionnel, de performances, d'efficacité, de flexibilité, d'interopérabilité et de capacités de gestion opérationnelle.

En l'état, le potentiel de la technologie Blockchain est bridé par les importantes limites technologiques qu'il lui reste à surmonter, mais aussi par le fait que nombre d'entreprises établies peinent à comprendre comment procéder pour exploiter efficacement cette plateforme décentralisée à l'extrême.

La plupart des grandes entreprises établies doivent leur succès au temps et à l'argent qu'elles ont investi au fil des années pour bâtir un système central d'archivage conjuguant solidité et fiabilité. La technologie Blockchain est à l'opposé de ce modèle, puisqu'elle repose sur une décentralisation totale. Par ailleurs, la Blockchain donne corps à un écosystème d'un genre totalement nouveau, que les institutions classiques peinent à appréhender.

Ces deux aspects de la Blockchain rendent cette technologie difficilement exploitable, mais ouvrent une voie qui pourrait permettre à une nouvelle génération de petites entreprises innovantes et audacieuses de bousculer et de transformer le secteur...une fois les limites technologiques surmontées.

(Source : Smarter with Gartner)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2018 à 14:21 :
Billet intéressant j'ajouterai que la blockchain ne doit pas se limiter aux échanges financiers (cryptomonnaie...) !
Ci dessous le premier article d'une série qui présente le fonctionnement et les opportunités dans le secteur de la Supply Chain :

https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6372843697452650496

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :