Startups Deeptechs et grands groupes : comment mieux travailler ensemble

 |   |  618  mots
(Crédits : DR)
Intelligence artificielle, impression 3D d'organes, WiFi par la lumière... une nouvelle vague d'innovations casse les codes établis de secteurs aussi variés que l'aéronautique, l'agriculture, la mobilité, l'énergie ou la santé. Par Philippe Soussan, Directeur associé au Boston Consulting Group; Xavier Duportet Président - Fondateur de Hello Tomorrow; Arnaud de la Tour VP - Fondateur de Hello Tomorrow

 Alors que l'innovation digitale s'est attaquée à la refonte de l'expérience client et des modes de consommation, ces ruptures reposent sur des avancées scientifiques difficiles à reproduire et repoussent les frontières technologiques. Nous les appelons "deeptech". Elles transforment nos modes de vie, contribuent à résoudre les grandes problématiques sociétales et représentent un extraordinaire relai de croissance pour embrayer sur l'innovation digitale.

Les startups sont un acteur central de cette révolution deeptech. Pour mieux appréhender leurs conditions de développement, nous avons conduit, dans le cadre d'un partenariat entre le BCG et Hello Tomorrow, une enquête auprès de 400 startups de 50 pays, majoritairement issues de la recherche.

 Défis spécifiques pour les startups

Ces startups deeptech rencontrent des défis spécifiques : marché immature, besoin en capital important et temps de développement très long associé à de lourds enjeux techniques et industriels. Si l'écosystème traditionnel de soutien aux startups (incubateurs, business angels, venture capital, institutions publiques) peut apporter financement et expertise business, les entreprises matures sont les seules capables de couvrir un spectre plus large grâce à leurs expertises techniques, industrielles, et commerciales (infrastructures de tests, données sur les marchés, etc.) mais surtout un accès aux marchés, cité par plus de 60% des startups comme une priorité.

 Pourtant, si plus de 95% des startups appellent de leurs vœux un partenariat de long terme avec une grande entreprise, seule la moitié d'entre elles ont réussi un tel partenariat.

 Partager les objectifs

Il n'existe pas de modèle clé en main pour garantir cette réussite mais l'analyse de notre enquête permet d'identifier quelques principes de base pour mieux valoriser ce type de partenariats. Une des clés pour les grands groupes réside dans l'implication des métiers, en partant de leurs besoins, pour qu'ils s'approprient les collaborations avec les startups et mettent à disposition leur expertise. Les deux parties doivent partager leurs objectifs de manière transparente et fixer le cadre de la collaboration pour installer un climat de confiance et éviter plus tard des frictions sur des questions cruciales de propriété intellectuelle ou d'exclusivité.

 Enfin, la société doit adapter ses processus internes et mettre en place un mode de fonctionnement plus agile pour ne pas "étouffer" la start-up, par exemple en simplifiant son processus légal, d'achats, ou en accélérant la mise à disposition de trésorerie.

C'est sur cette base qu'une volonté de travailler ensemble peut se transformer en co-création de valeur, via différentes formes en fonction des objectifs de l'entreprise mais aussi de la maturité de la startup : partenariat (de co-développement pour une jeune pousse ou commercial pour une start-up plus mure) ou investissement via un fonds de venture interne ou externe.

 Diversifier les risques

Cela implique pour les grands groupes une réflexion sur la taille de leur portefeuille. Tester et ajuster son dispositif et ses attentes sur quelques collaborations partant des besoins des métiers est essentiel, mais il faut ensuite augmenter le nombre de collaborations pour diversifier ses risques, construire sa visibilité dans l'écosystème et avoir accès à un éventail de technologies plus complet. C'est à ce prix que les grandes entreprises pourront profiter de l'intérêt unique qu'elles représentent pour les startups deeptechs. Un intérêt qui va bien au-delà du financement seul et leur donne une chance de se placer au cœur de révolutions redéfinissant les contours du monde de demain, à commencer par leurs industries.

 Philippe Soussan

Directeur associé au Boston Consulting Group

 Xavier Duportet

Président - Fondateur de Hello Tomorrow

 Arnaud de la Tour

VP - Fondateur de Hello Tomorrow

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :