Travailler moins sauvera-t-il la planète ? Oui, mais...

 |  | 1094 mots
Lecture 6 min.
Les bouchons, néfastes pour la santé des personnes et la planète.
Les bouchons, néfastes pour la santé des personnes et la planète. (Crédits : Reuters)
OPINION. Les bénéfices nets de la semaine de quatre jours dépendront de ce que feront les travailleurs de leur troisième jour de week-end. Par Anupam Nanda, University of Manchester (*)

L'idée de la semaine de quatre jours fait son chemin dans les esprits. Récemment, plusieurs grandes compagnies aux États-Unis ont essayé de travailler en horaires réduits. En France, certaines entreprises comme Welcome to the Jungle ont déjà commencé à instaurer ce système.

De nombreuses recherches, dont des travaux conduits par mes collègues et moi-même, ont montré des bénéfices clairs, tels que l'amélioration de la satisfaction et de la productivité des employés, des économies dans les frais de déplacement et une baisse des absences pour maladie.

Néanmoins, l'intérêt que suscite la semaine de quatre jours n'est plus seulement lié à la question du bien-être des travailleurs, mais également à l'impact environnemental qu'aurait une telle mesure.

Travailler moins, une aubaine pour le climat

Plusieurs rapports et commentateurs ont identifié les différentes manières dont une semaine de quatre jours pourrait réduire l'empreinte carbone. En s'appuyant sur les données de 29 pays de l'OCDE entre 1970 et 2007, une étude publiée en 2012 révélait qu'une réduction de 10 % des heures de travail ferait chuter l'empreinte écologique de 12,1 %, l'empreinte carbone de 14,6 % et les émissions de CO2 de 4,2 %.

D'où ces économies proviennent-elles ? La voie la plus directe via laquelle la semaine de quatre jours pourrait réduire les émissions est la diminution des trajets entre le domicile et le travail à forte intensité de carbone, et notre étude soulignait qu'il y avait là un potentiel significatif de dividende « vert ».

Notre recherche était fondée sur un échantillon de 505 chefs et propriétaires d'entreprises, représentant une variété d'organisations de tailles différentes, et un autre à part de 2063 adultes, représentatif du Royaume-Uni en matière d'âge, de genre et de religion. Nous avons demandé à chacun d'entre eux comment une semaine de quatre jours affecterait leurs habitudes de déplacement, puis nous avons appliqué leurs réponses aux données de l'enquête nationale sur le trafic routier.

Nous avons découvert qu'en ramenant ces résultats à l'échelle du Royaume-Uni, une semaine de travail de quatre jours réduirait de 898 millions le nombre de kilomètres hebdomadaires parcourus par les salariés se rendant au travail, ce qui diminuerait la consommation de carburant et les frais de déplacement. Dans ce scénario, le kilométrage en voiture pourrait chuter de près de 9 %. Plus de la moitié (51 %) des employés ont déclaré qu'ils conduiraient moins leur voiture, contractant la distance hebdomadaire parcourue de 16 à 30 kilomètres.

La diminution du temps de transports aurait d'autres bénéfices, notamment en matière de santé, en réduisant la demande de produits et de services de santé très émetteurs tels que les traitements hospitaliers, les visites chez le médecin généraliste ou les médicaments. La diminution du stress et de l'anxiété liés aux bouchons aura également des effets positifs sur la santé mentale, particulièrement chez les femmes.

Avec trois jours de week-end, les travailleurs auront davantage l'opportunité de faire du sport, de passer du temps dehors ou de faire d'autres activités qui améliorent leur bien-être physique et mental. Cela se traduit là aussi par un recours moindre aux services de santé polluants.

Travailler un jour de moins dans la semaine signifie aussi moins de besoins en biens et en services que l'on utilise au bureau. Les ordinateurs et les machines fonctionneront plus longtemps, la papeterie et les uniformes seront être remplacés moins souvent, le personnel de ménage nettoiera moins régulièrement, etc.

C'est potentiellement un cercle vertueux, car un meilleur cadre de vie, moins pollué, peut améliorer les niveaux de productivité. C'est pourquoi les avantages environnementaux d'une semaine de quatre jours peuvent également être considérés comme un investissement dans le capital humain.

Du bon usage de son temps libre

Mais une semaine de quatre jours pourrait aussi avoir des conséquences tout autres. Il est nécessaire d'instaurer des politiques et des stratégies pour minimiser les effets négatifs et optimiser les dividendes « verts ».

Les bénéfices nets dépendent de la façon dont les travailleurs utilisent ces trois jours de temps libre. S'ils emploient ce jour de congé supplémentaire à partir en week-end en avion, conduire une voiture de sport de luxe ou regarder la télévision à la maison avec le chauffage ou la climatisation au maximum, ces heures de travail réduites pourraient même devenir néfastes pour l'environnement.

Une semaine raccourcie ne sera pas non plus si bénéfique si le travail de cinq jours est condensé en quatre avec des horaires démentiels (comme cela s'est produit dans une expérience dans l'État américain de l'Utah). Les employés seront alors amenés à hiérarchiser les tâches et à travailler plus longtemps, ce qui entraîne de l'anxiété, un stress lié aux performances et donc une augmentation de la demande de soins.

Les prix inabordables de l'immobilier dans de nombreuses régions du Royaume-Uni (comme de la France), couplés à la faible croissance des salaires, signifient aussi que la perte de revenus liée à la semaine de quatre jours obligera certains travailleurs à les compléter par des emplois annexes. Ce qui annihilerait les avantages environnementaux de ce supposé jour de congé.

Les conditions pour que ça marche

Bien utilisées, les nouvelles technologies - à l'image de l'intelligence artificielle ou de la robotique - pourraient aider à obtenir des gains de productivité pour assurer les mêmes résultats que la traditionnelle semaine de travail de 5 jours sans perte d'emploi ni de revenus.

Si les employés doivent passer leur surplus de temps libre à améliorer leur santé et leur bien-être, nous aurons également besoin d'investissements supplémentaires dans des infrastructures moins gourmandes en carbone. Cela implique des transports publics plus efficaces, davantage de parcs, de bibliothèques, de centres communautaires et d'installations sportives.

Il est donc essentiel que les salariés comprennent l'ensemble des enjeux de cette proposition. Les diverses structures économico-sociales devraient apporter leur soutien ainsi que des programmes de formation appropriés devraient être mis en place.

Chacun doit être prêt à changer ses perspectives et à modifier son comportement de manière positive. À cette condition seulement, la semaine de quatre jours pourra produire les bénéfices escomptés pour les travailleurs, leur famille, leurs employeurs et l'environnement.

The Conversation _______

(*) Anupam NandaProfessor of Urban Economics & Real Estate, University of Manchester

 La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2021 à 8:17 :
tout ceci pour une minorite de personne puisse travailler elle six jour par semaine
et se goinfrer la richesse
a écrit le 30/12/2020 à 16:51 :
Toujours a vouloir construire un dogme avec les données d'hier! On travaille pour soi comme pour les autres sans que l'on puisse dire viser un PIB mais sûrement une satisfaction!
a écrit le 30/12/2020 à 12:44 :
Cela fait plusieurs années, que je pratique la semaine de quatre jours, étant passé au 4/5emes. Le seul problème (mais en-est-ce vraiment un ?), c'est que mon salaire a été diminué de 20%. Pour moi, j'en ai les moyens, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Donc instaurer la semaine de quatre jours de manière obligatoire, cela risque de sonner le glas de l'économie française, déjà bien mise à mal actuellement
a écrit le 30/12/2020 à 11:41 :
Une bonne analyse confortée en plus par l'exemple solide que nous avons en étudiant le comportement des retraités, avoir du temps libre et de l'argent finissant irrémédiablement par polluer, sauf pour les esprits éclairés qui ne sont pas forcément la majorité, difficile de savoir où nous en sommes de ce côté là sachant que les générations à venir savent qu'il faut protéger la planète mais sont également soumis à ce lavage de cerveau permanent que nous impose notre système marchand doté d'outils terriblement efficaces.

Le plus difficile étant de faire sans le consentement de la classe dirigeante qui pourrait régler ce problème d'un claquement de doigts du fait qu'ils possèdent tous les outils de production et tous les capitaux, or ces analyses se succédant oubliant systématiquement de parler de cette vérité qui nous tue chaque jour un peu plus ne finissent pas au final par générer l'inverse dont elles parlent ?

Comme le dit Nietzsche, le libre arbitre n'existe pas, compter sur celui d'une classe productrice qui du fait de son grand nombre pourrait en effet tout changer mais du fait de son statut n'est pas paramétrée à changer, depuis l'existence de l'humanité, instinctivement elle se soumet à des dirigeants car pendant longtemps c'est ce qui nous a fait évoluer mais voilà, la classe dirigeante actuellement du fait de sa pathologique cupidité est complètement folle à lier, incompétente, stupide, un gros tas de graisse nuisible, imposant à la classe productrice qui n'a jamais été programmée à cela, d'agir.

Je pense franchement que tant qu'à participer à un combat désespéré, tenter de raisonner la classe dirigeante reste le plus intelligent et ce qui aura le moins de chances d'échouer. Malgré toutes les informations que nous apportent internet, d'ailleurs regardez, les gens savent de plus en plus qu'ils sont totalement manipulés mais ça en rassurent malgré tout nombreux, prêts à disparaitre avec leur leader aussi débile soit il parce que c'est ce que nous sommes, des humains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :