Vladimir Poutine, parrain des populismes européens ?

 |   |  136  mots
(Crédits : MAXIM SHEMETOV)
REPLAY 28'. La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, Vladimir Poutine est-il le parrain des populismes européens ?

À une semaine des élections européennes, c'est le président russe Vladimir Poutine qui fait parler de lui dans le débat public. Samedi 18 mai, le vice-chancelier autrichien issu de l'extrême droite, Heinz-Christian Strache, a dû démissionner après les révélations par caméra cachée de ses liens avec la Russie. En a découlé une offensive de la majorité en France, symbolisée par les accusations de Daniel Cohn-Bendit qualifiant le Rassemblement National (RN) et les autres partis populistes de "cheval de Troie" de Vladimir Poutine au Parlement européen. Marine Le Pen, qui s'est affichée à plusieurs reprises avec le président russe, a répondu en dénonçant un complot de la majorité. Vladimir Poutine est-il le "parrain" des populismes européens ? On en parle dans "28 Minutes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2019 à 12:54 :
C’est normal de voter pour choisir l’assemblée Européenne car tout se décide là bas avant soumission aux états membres, du coup la «  France est bien représentée «  ( diversité de plusieurs parties)

Le plus grave ce n’est pas les populistes, c’est l’inconscience des populations à laisser décider les autres , leur manque d’implication de l’avenir , laisser choisir les autres » c’est «  comme ne pas exister »
50% de participants et les 50% ?
a écrit le 27/05/2019 à 11:30 :
La veille des élections européennes, 28 ' prolonge le Russiagate lancé par Clinton en 2016, sur la base d'un affaire autrichienne de 2017 . Russiagate démonté par le rapport Mueller en 2019. Les accusateurs de complotisme pratiquent l'inversion accusatoire et agitent l'épouvantail Poutine à tout propos : lamentable, comme l'alignement sur les médias américains. Il faudrait en parler au président du conseil de surveillance d'Arte !
Réponse de le 27/05/2019 à 14:06 :
@Alfred: Il y a une nuance de taille: Le rapport de Mueller n’a pas prouvé la collusion, mais les négociations ont bien existées (prouvé), tout comme certaines actions de la Russie. Ainsi, il est faux de dire que Russiagate a été démonté.
a écrit le 27/05/2019 à 11:04 :
Les ingrédients précédents la 2ème guerre mondiale se réunissent un peu trop!😥😪😢
a écrit le 26/05/2019 à 16:49 :
Les titres sous forme de question ne sont que des rumeurs que l'on ne veut assumer! Une information est une réponse, une affirmation objective ou un fake!
Réponse de le 27/05/2019 à 0:05 :
@Bref: Les suppositions, certes, mais ces rumeurs ont une base réelle incontestable : le financement russe de certaines partis, leur discours, l’affaire mentionnée ici etc.
a écrit le 26/05/2019 à 11:59 :
Le problème avec les populistes n’est pas uniquement leurs liens avec V. Poutine, les liens ne signifient pas toujours la soumission (voir l’exemple de Kadhafi). Il y a un deuxième aspect qui est plus important Ces populistes admirent et trouvent normal de collaborer avec un triste sire : un dictateur dans un pays très corrompu (en réalité, on ne peut plus parler de la corruption classique, dans ce cas c’est la base de l’Etat russe, donc, un système purement mafieux sans guillemets), un pays à un SMIC à 140 euros, une retraite minimale à 120 euros et un RSA à 20 euros. En cours de son carrière, ce triste sire a été impliqué dans presque toutes les crimes possibles (légère exagération, mais il n’est pas si facile de trouver un article de Code Pénal qui lui ne concerne pas). La politique internationale de ce monsieur est si efficace que la Russie reste sans alliés en étant impliquée dans plusieurs conflits qui ne peuvent pas être gagnés. Et la cerise sur le gâteau, il s’agit d’un personnage dont la plupart des actions (vraies actions, pas des paroles) sont en opposition totale aux valeurs déclarées des populistes et des nationalistes européens : immigration massive incontrôlée, pas d’ordre, une préférence nationale très relative etc.
Réponse de le 26/05/2019 à 15:42 :
C'est un commentaire intéressant.
Par contre sur le plan géopolitique, il me semble que la Russie est impliquée dans des conflits qu'elle ne cherche pas à gagner, elle cherche à devenir un acteur incontournable quitte à déstabiliser des régions. La Russie a mis son grain de sel dans l'élection présidentielle américaine, dans le referendum sur le Brexit, elle diffuse des médias eurosceptiques, elle dispose d'une armée de cyber-activistes redoutables. Avec Poutine, la Russie a réussit à devenir une puissance de premier plan, même si sur le plan économique , c'est un désastre .
Réponse de le 26/05/2019 à 22:54 :
@johnmckagan: >la Russie est impliquée dans des conflits qu'elle ne cherche pas à gagner, elle cherche à devenir un acteur incontournable quitte à déstabiliser des régions.

C’est une hypothèse qui est bien probable. Par contre, il y a quelques soucis avec : 1. dans ce cas, la Russie joue dans la même ligue que l’Iran ce qui est peu glorieux pour un pays si grand et important. Elle jouet le chantage en montrant une possibilité de reculer (pas comme Iran) ce qui conduit à la prudence et à l’absence de scrupules des alliés qui savent qu’ils puissent être vendus à moindre occasion. 2. En Syrie elle a perdu face à la Turquie – seulement deux lignes de Blue Stream à la place de quatre, pas de problèmes pour TAP, TANAP et Cie, les avions abattues, les bases bombardées etc. 3. On a vu que l’armée russe avait des problèmes graves dans certains composants. 4. La Russie a montré beaucoup de faiblesse restant sans réponse après le massacre de ses mercenaires à Khasham, les frappes d’Israel, de la coalition etc. 5. Avant la Syrie, la Russie avait une meilleure image dans plusieurs pays de la région par rapport aux E.-U., maintenant après les villes en ruines c’est moins le cas. 6. L’idiotisme de ces services spéciaux (et de sa propagande en plus) a bien été montré dans l’affaire de Skripal.
Tout cela et aussi son comportement dans d’autres histoires montrent que la crédibilité de Russie est faible, ainsi, il y a de moins en moins des alliés et même les pays prêts à collaborer sérieusement.
Réponse de le 27/05/2019 à 0:04 :
@johnmckagan : > La Russie a mis son grain de sel dans l'élection présidentielle américaine, dans le referendum sur le Brexit, elle diffuse des médias eurosceptiques, elle dispose d'une armée de cyber-activistes redoutables.
Dans certain degré, après elle a reçu des sanctions en plus de la part de ses favoris. Parce que cela n’est pas bienvenue. En plus, dans ces pays il y a un clivage réel dans la société comme dans les élites même sans la Russie.
>Avec Poutine, la Russie a réussit à devenir une puissance de premier plan
En quoi ? En capacité d’être une source de problèmes ? Oui, mais c’est la voie de l’Iran, de la Lybie de Kadhafi de certaines périodes etc. Pour les autres domaines c’est beaucoup moins glorieux. L’économie ? On est déjà d’accord que c’est pas terrible. La puissance militaire ? On a vu des faiblesses, en plus les budgets militaires faramineux sont dépensés pour pas grande chose. La technologie ? Une grosse blague. L’idéologie et les modes de vie ? Surement, non.
Réponse de le 27/05/2019 à 5:31 :
Bien sur , vous avez oublier la destruction de la couche d'ozone et donc le changement climatique , cherchez bien vous finirez surement a trouver quelque chose d'autre a lui mettre sur le dos.
Réponse de le 27/05/2019 à 11:15 :
@Santu Castigu : Non, aucune information à propos de la couche d’ozone et le réchauffement climatique. Par contre, pour le reste en connaissant le sujet je peux donner les arguments solides. Le problème de ces adorateurs en Occident qu’ils sont très mal informés. Pour faciliter l’argumentation je vous propose un petit jeu : vous donnez un article du Code Pénal, je vous donne les faits similaires liés à ce personnage et son entourage proche, brièvement bien sûr, mais avec quelques détails (certes, il n’y a pas de condamnations pour les raisons évidentes). Le but du jeu est de trouver des articles où je dois répondre négativement. C’est parti ?
a écrit le 26/05/2019 à 11:24 :
Non Poutine n est pas un modèle , le faire croire pour apeurer à un seul effet bénéfique obliger de se servir de son sens critique pour en voir les imperfections et faire en sorte de ne pas les reproduire
Pour l instant nous avons perdu les clefs de la maison et il y a que nous qui trouverons la solution . Je crois que changer la serrure s impose !
Vivre , dans la cour peut se faire l été , mais l hiver arrivera tôt ou tard .
a écrit le 26/05/2019 à 9:42 :
Pour les nationalistes , Poutine est un modèle : c'est un homme charismatique, autoritaire, intelligent et qui a permis aux russes de retrouver leur fierté. Après la fierté, ça ne remplit pas un frigo d'ailleurs sur ce point les russes sont priés de ne pas râler trop ouvertement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :