Akerva ouvre un centre de cybersécurité dédié aux ETI et aux PME

 |   |  805  mots
(Crédits : shutterstock)
Le cabinet de conseil rennais spécialisé dans la sécurisation des systèmes et des données des entreprises ouvrira mi-avril un centre de cyberdéfense exclusivement dédié entreprises de l'Ouest. Avec un chiffre d'affaires en croissance de 250 % en 2017, Akerva élargit son expertise aux objets connectés et compte doubler ses effectifs d'ici à la fin de l'année.

Pour 2018, le cabinet de conseil et d'expertise en cybersécurité Akerva fait du recrutement de nouveaux talents l'une de ses priorités. La société rennaise espère même une croissance de 100% de ses effectifs. Le marché de la cybersécurité étant en forte croissance, elle veut renforcer ses équipes afin de soutenir sa stratégie de développement. Sur la seule journée du 29 novembre dernier, elle a engagé quatre personnes lors du forum de recrutement de la Cyber Week organisée par le Pôle d'Excellence Cyber de Rennes.

Implantée à Rennes et à Paris, Akerva recherchait plus précisément des analystes SOC (Security Operations Center) et des ingénieurs informaticiens avec une spécialisation en sécurité des systèmes d'information (SSI). L'an passé, Akerva a embauché six personnes en CDI en prévision de la mise en production du centre de cyberdéfense, qu'elle ouvrira mi-avril. Cette équipe dédiée devrait s'étoffer cette année d'une dizaine d'experts.

Basé à Rennes, le futur centre sera exclusivement destiné aux PME et ETI de Bretagne et des Pays de la Loire.

Protection sur-mesure adaptée à chaque profil de client

« Les offres de SOC son souvent portées par des groupes comme Thalès ou Orange Cybersécurité, relève Laurent Delaporte président d'Akerva. Piloté par des experts mobilisés 24 h/24, 7 jours/7, notre centre de cyberdéfense proposera un service et un niveau d'excellence à des entreprises qui n'ont pas les mêmes moyens qu'un grand groupe. Cette offre sur-mesure permettra d'assurer la supervision permanente du système d'information des entreprises et répondra aux incidents. Elle sera accessible par abonnement, avec paiement mensuel, pour une durée de 3 à 5 ans. Les systèmes de protection mis en place seront adaptés à chaque client, selon leur niveau de criticité et leur budget. »

Les entrepreneurs n'appréhendent pas toujours correctement les risques qu'encourent leur système informatique ou leur usine, et Akerva veut développer, dans un premier temps, son socle de nouveaux clients dans l'Ouest. L'entreprise vise en priorité les secteurs à obligation, comme le médical et les biotechnologies, la finance, la sous-traitance automobile ou les secteurs travaillant pour l'Etat.

Ce SOC-centre de cyberdéfense vient renforcer l'offre de sécurisation à 360° que propose Akerva aux entreprises et aux institutions inscrites dans une démarche de protection des données sensibles.

Croissance de 250 % sur un an

Fondée en 2013, suite au rachat de la société rennaise de sécurité informatique et gestion des identités 8i, en liquidation judiciaire, Akerva en a fait évoluer la valeur de prestation. Aujourd'hui, le cabinet propose une offre élargie allant des services de conseil de gouvernance de la sécurité des SI, à des prestations d'audits organisationnels (analyse de risque, RGPD) et techniques (tests d'intrusion, Pentests, audit de code) et d'investigation numérique. Akerva a également mis en place des programmes de formations, de sensibilisation et de certifications. Une plate-forme de e-learning sur la cybersécurité, destinée aux équipes techniques et aux développeurs des entreprises a ainsi été lancée. Elle est disponible en ligne ou directement intégrée aux outils internes de ses clients.

L'évolution de l'expertise d'Akerva est très favorable à la croissance de l'entreprise qui compte à ce jour 46 salariés. Sur les trois dernières années, son chiffre d'affaires a explosé. En 2017, Akerva, qui détient par ailleurs 49 % d'Alten Cybersecurity (ingénierie, conseil en technologies), a signé une croissance de près de 250 % de son chiffre d'affaires sur un an, à 4,2 millions d'euros. L'offre audit/pentest a notamment enregistré une croissance de 30% du nombre de pentests réalisés par rapport à 2016

Un laboratoire d'audit de sécurité sur l'IoT

Forte d'une activité à 70 % récurrente, la société vise les 8 millions d'euros en 2018. Son portefeuille clients compte 25 % de grands comptes et d'entreprises du CAC 40 opérant dans des secteurs variés (banques, télécoms, commerce, services...) et 75 % d'entreprises du SBF 120, d'ETI et de PME. Après la mise en place du SOC pour mieux adresser ces dernières, Akerva ne compte pas s'arrêter là.

« Un autre de nos grands chantiers de l'année est le démarrage d'une activité dédiée à la sécurité des objets connectés avec la création d'un laboratoire d'audit de sécurité spécialisé IoT. Outre les tests de sécurité sur les objets connectés eux-mêmes (drônes, montres connectées, etc.), Akerva mesure le niveau de sécurité d'environnements industriels complexes (SCADA, systèmes embarqués, réseaux de communication.) » ajoute Laurent Delaporte.

Dans ces domaines, le cabinet recrute aussi, à raison de quatre embauches par mois, pour ses établissements de Rennes et de Paris, des profils de consultants SSI, assistants RSSI, architectes Sécurité, pentesters... Akerva participera d'ailleurs au BreizhCTF, équivalent breton de la nuit du hack, le 20 avril prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2018 à 18:22 :
Et les particuliers ?
Internet c’est la rue
Quand il n’y a pas de sécurité, tout le monde est concerné
Les opérateurs, le Tech sont tous concernés par les problèmes de sécurité, chacun doit prendre ses responsabilités
Quitte à subventionner «  ce genre de centre » pour sécuriser entreprises et particuliers à 100%
Réponse de le 17/04/2018 à 10:24 :
Les particuliers sont déjà protégés par leurs FAI.
Entreprises et particuliers ont des besoins différents, ceux des particuliers sont bien minimes par rapport aux ETI/PME, les problématiques sont différentes, et ils sont déjà couvés.
a écrit le 31/03/2018 à 18:22 :
Et les particuliers ?
Internet c’est la rue
Quand il n’y a pas de sécurité, tout le monde est concerné
Les opérateurs, le Tech sont tous concernés par les problèmes de sécurité, chacun doit prendre ses responsabilités
Quitte à subventionner «  ce genre de centre » pour sécuriser entreprises et particuliers à 100%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :