Arkéa partenaire pour trois ans de la nouvelle Digital School de Brest

 |   |  183  mots
L’équipe de la Digital School qui se lancera en septembre.
L’équipe de la Digital School qui se lancera en septembre. (Crédits : DR)
Arkéa fait partie des premiers partenaires annoncés par la Digital School, nouvelle école privée brestoise dédiée à la formation aux métiers du numérique (webmarketing, design, e-commerce…).

La première promotion sera accueillie à partir de septembre prochain, et selon ce partenariat de trois ans, le groupe bancaire coopératif s'engage à prendre des élèves en stage ou en alternance pour faciliter leur insertion professionnelle. Créée fin 2018 par l'Open Campus de Brest et la société W3 de Charles Cabillic, la Digital School propose des études de bac à bac + 5 ainsi qu'une offre de formation continue destinée aux salariés, dirigeants, demandeurs d'emploi ou personnes en reconversion.

Faire émerger des talents

Les collaborateurs d'Arkéa pourront ainsi bénéficier de modules de formation sur des thématiques numériques. Via cette école, Arkéa, qui est partenaire de nombreuses startups des fintechs, et la Digital School entendent « favoriser l'émergence de talents au bénéfice de l'écosystème local et, à terme, national ou international ».

Arkéa n'est pas la seule entreprise du territoire brestois impliquée dans le projet. Un digital cluster d'une vingtaine de structures, et dont le groupe bancaire est membre fondateur, participe à la coconstruction de l'offre de formation de l'école et à sa promotion

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2019 à 8:23 :
"Digital school". Si les francais pratiquaient l'anglais comme ils usent et abusent d'acronymes anglais, ce serait un grand pas en avant.
En attendant ca bricole. La France fait bien rire de l'autre cote du globe.
a écrit le 08/06/2019 à 15:15 :
Ils feraient mieux de financer les écoles publiques!
Réponse de le 12/06/2019 à 17:10 :
Le système publique est trop rigide, vieillissant et basé sur des principes différents des exigences des entreprises. ils ont pris beaucoup de retard et peinent à le rattraper.
L'avantage de ce genre de structure c'est sa capacité à construire une offre en adéquation avec les besoins des marchés locaux. Quand on arrêtera d'enseigner des technos vieillissantes et des méthodes éloignées du marché alors peut être que les entreprises financeront plus les écoles publiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :