Économie maritime : plus de 65.000 emplois directs en Bretagne

 |   |  805  mots
Avec 20.066 emplois et 32 établissements, les activités de Défense nationale rassemblent 30% des emplois maritimes, un poids qui s'explique notamment par la présence de la Marine nationale à Brest et à Lorient, et par la position stratégique de la pointe Finistère et de la pointe bretonne dans le dispositif de défense nationale.
Avec 20.066 emplois et 32 établissements, les activités de Défense nationale rassemblent 30% des emplois maritimes, un poids qui s'explique notamment par la présence de la Marine nationale à Brest et à Lorient, et par la position stratégique de la pointe Finistère et de la pointe bretonne dans le dispositif de défense nationale. (Crédits : Naval Group)
Selon les premiers résultats de l'Observatoire de l'économie maritime en Bretagne, la filière représente plus de 65.000 emplois directs, dont 30% dans le domaine de la Défense et 25% dans celui de l'exploitation des produits de la mer. Cette économie est majoritairement implantée sur le littoral mais pas seulement.

Avec ses 2.730 kilomètres de côtes, la Bretagne représente à elle seule un tiers du littoral français. La mer occupe de ce fait une large part dans son économie, mais laquelle ?

Sur le plan de l'emploi, la réponse est désormais connue : l'économie maritime en Bretagne compte pour 5,1% de l'emploi régional. Selon les chiffres de la première étude de l'Observatoire de l'économie maritime en Bretagne, dévoilée en septembre, cela représente donc 65.650 emplois directs, hors tourisme à fin 2016, répartis sur « 7.160 établissements, dont au moins 25% de l'activité dépend de la mer », précise l'Observatoire. Cette part est notamment supérieure à celle que représente le BTP en Bretagne, qui emploie 55.400 personnes.

Menée durant 18 mois par les deux réseaux bretons des CCI et des agences d'urbanisme et de développement, à la demande du Conseil économique, social et environnemental régional (CESER) en partenariat avec la Région, cette enquête permet de mesurer plus finement le poids et les profils de l'économie maritime bretonne. Elle fournit ainsi une vue globale et localisée des différentes activités.

Avec 30% des emplois, la Défense est le premier employeur

« Sur les 16 domaines qui constituent l'économie maritime, quatre d'entre eux regroupent plus de 80% des emplois. Avec 20.066 emplois et 32 établissements, les activités de Défense nationale rassemblent 30% des emplois maritimes », évalue ainsi l'Observatoire.

Ce poids s'explique notamment par la présence de la Marine nationale à Brest et à Lorient, et par la position stratégique de la pointe Finistère et de la pointe bretonne dans le dispositif de défense nationale. Avec 20.846 emplois à fin 2016 si l'on compte aussi ses autres interventions publiques et la recherche marine, le ministère des Armées se classe en tête des 20 principaux employeurs de l'économie maritime bretonne. Outre les sites de Paris et de Toulon, la Base de Défense Brest-Lorient est l'une des trois plus importantes de France : 2,3 milliards d'euros sont ainsi injectés dans son périmètre.

L'autre grand domaine relève de l'exploitation des produits de la mer à des fins alimentaires qui représente 25% des emplois maritimes soit 16.570 emplois répartis sur 4.070 établissements. Ces activités comprennent notamment la pêche (4.990 marins pêcheurs) et la culture marine, le mareyage et la transformation des produits de la mer (5.840 emplois). La filière pêche et culture marine est particulièrement concentrée dans les pays de Cornouaille, Saint-Malo et Lorient. En termes de transformation, Cité Marine, mais aussi Marine Harvest Kritsen ou Capitaine Cook se classent parmi les principaux employeurs.

5.000 postes chez Naval Group, 30% d'emplois de secteur public

Troisième pilier de l'économie maritime bretonne, la construction et réparation navale concentre 17% des emplois pour un total de 11.430 emplois dans 316 établissements, dont 14 de plus de 100 salariés. « L'industrie navale bretonne est marquée par l'importance de la construction navale militaire notamment sur les bassins de Brest et de Lorient » signale l'étude. Naval Group mais aussi Thales emploient respectivement 4.928 et 1.500. Des acteurs de taille plus modeste sont également tournés vers la pêche et le transport maritime.

Enfin, le nautisme comptabilise dans sa globalité 2.136 établissements pour 6.250 emplois, soit 10% des emplois maritimes. La filière, qui a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 205 M€, dont 28% dans la voile de compétition (56 M€) est elle-même structurée autour de quatre pôles : les industries nautiques, les commerces et les services, les ports de plaisance et les activités nautiques.

Une économie du littoral, mais 650 emplois à Rennes

« Les autres secteurs représentent moins de 5% des emplois maritimes mais illustrent la diversité de ces activités et pour certains de nouvelles filières de développement telles que le biocosmétique et le numérique dédiés à la mer, les EMR », ajoute l'Observatoire, qui relève aussi que 37% de l'emploi maritime breton dépend du secteur public. Cette part est légèrement supérieure à celle observée dans l'emploi total. Hors activités de Défense (82% des emplois publics), l'emploi public se retrouve au sein d'instituts de recherche comme l'Ifremer ou d'établissements d'enseignement.

Logiquement, l'économie maritime bretonne est localisée à 87% sur le littoral dans des communes de bord de mer. Les agglomérations de Brest et Lorient réunissent à elles deux 37% des emplois (24.380), en raison de la concentration des infrastructures portuaires et des activités de Défense.

Bretagne, emploi maritime, pays bretons,

Si l'emploi maritime se concentre au sein des huit pays bretons disposant d'une façade maritime et affichant chacun au moins plus de 1.000 emplois (Cornouaille, Saint-Malo, Auray, Vannes...), quatre autres pays comptent plus de 250 emplois. Celui de Rennes en affiche par exemple 650 dans les produits de la mer alimentaires, le nautisme, les équipements loisirs et culture et les travaux publics maritimes.

___

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante Région Bretagne pour La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2018 à 12:14 :
Les chasseurs cueilleurs !
Laissant les externalités négatives aux générations futures !
a écrit le 08/10/2018 à 11:03 :
d'une manière générale, Bretagne et Pays de Loire sont de nouveau en tête en matière d'emploi, comme avant la crise. des régions ou le civisme est plus développé.
a écrit le 08/10/2018 à 8:48 :
C'est peu je trouve, on parle de la bretagne qui est installée sur l'océan et démontre bien que nos dirigeants politiques sont incapables d'exploiter la deuxième puissance maritime mondiale, mais bon le mac croyait que la Guyanne était une ile, difficile d'espérer en la matière hein...

Entre dumping fiscal et social les pays de l'UE sont à l'agonie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :