La Bretagne crée un fonds de co-investissement de 20 millions d'euros

 |   |  702  mots
La société chargée de la gestion de la future SAS aura pour « objectif de favoriser l'intervention des acteurs privés présents sur le segment de l'amorçage, avec lesquels elles co-investira pour financer davantage d'entreprises innovantes. »
"La société chargée de la gestion de la future SAS aura pour « objectif de favoriser l'intervention des acteurs privés présents sur le segment de l'amorçage, avec lesquels elles co-investira pour financer davantage d'entreprises innovantes. » (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
En soutien aux entreprises innovantes en création, la Région a annoncé la création d’un fonds de co-investissement de 20 millions d'euros, pour lequel elle recherche une société de gestion. L’appel à manifestation d’intérêt court jusqu’au 6 juillet.

La Région Bretagne a lancé  début juin un appel à manifestation d'intérêt (AMI) afin de sélectionner la société de gestion qui sera chargée de son futur fonds de co-investissement. Le contrat de gestion aura une durée de cinq ans à compter de la notification, mais pourra être renouvelé trois fois par période d'un an dans la limite de 8 ans. Les candidats disposent jusqu'au 6 juillet pour déposer leur projet.

Validé sur le principe par les élus lors de la session plénière le 9 avril dernier, ce fonds de co-investissement vise à renforcer, dès la première levée de fonds, l'apport en capitaux à destination des projets innovants de création d'entreprises. Fort d'un capital qui pourrait atteindre 10 millions d'euros au 2e semestre 2015 et 20 millions d'euros d'ici  à 2020, il mobilisera des crédits régionaux et sollicitera un abondement par des fonds européens (FEDER).

Le choix de la société de gestion retenue devrait intervenir fin septembre pour une mise en œuvre du fonds au cours du dernier trimestre de l'année.

Levées de fonds entre 200 000 et 750 000 euros

« Un diagnostic des besoins de financement des entreprises bretonnes, réalisé en février 2015, a confirmé une défaillance de marché du capital investissement concernant les « petits tickets », autrement dit les levées de fonds comprises entre 200.000 et 750.000 euros, dont les entreprises en création ont besoin dans la phase amont de développement de leur projet », fait ainsi valoir le Conseil régional.

La société chargée de la gestion de la future SAS aura donc pour « objectif de favoriser l'intervention des acteurs privés présents sur le segment de l'amorçage, avec lesquels elles co-investira pour financer davantage d'entreprises innovantes ». Elle assurera aussi la sélection des partenaires co-investisseurs, le suivi des participations et l'accompagnement des PME.  Elle devra évidemment agir dans le respect de l'ensemble des obligations réglementaires liées au cofinancement FEDER.

Selon le document de l'appel à manifestation d'intérêt, qui émane de la direction de l'Economie - service des projets d'entreprises du Conseil régional, le futur fonds ne prendra que des participations minoritaires dans les entreprises. Celles-ci devront présenter un plan d'entreprise cohérent et viable, et afficher de bonnes perspectives de rentabilité. Leur stratégie sera clairement définie et devra s'appuyer sur une analyse sérieuse du marché.

Innovation sociale, activités maritimes mais pas de construction navale

Le document stipule aussi que ces entreprises devront être issues prioritairement des secteurs de la « stratégie de spécialisation intelligente », à savoir les innovations sociales et citoyennes, la chaîne alimentaire durable, les activités maritimes,  les technologies pour la société numérique, la santé et le bien-être, les technologies de pointe pour des applications industrielles, et l'observation et ingénierie écologique et énergétique.

« Des projets de financement d'entreprises issues d'autres secteurs d'activité pourront être étudiés uniquement si l'intérêt économique le justifie » précise le texte.

Sont donc a priori expressément exclues, les entreprises issues des secteurs de la construction navale, de l'industrie houillère et de la sidérurgie.

Pour les entreprises bretonnes, ce fonds de co-investissement, actuellement en cours de création, doit renforcer le «  continuum du financement » que s'est fixé la Région depuis 2005 en déployant des outils financiers régionaux et des dispositifs d'intervention en capital-investissement. Au 31 décembre 2014, la Région avait souscrit plus de 16,8 millions d'euros pour l'ensemble des outils régionaux ou interrégionaux d'intervention en fonds propres. Au total, 136 millions d'euros sont mobilisés dans ces fonds pour plus de 200 prises de participation.

Glaz Economie

« L'effet de levier est significatif, assure le Conseil régional. Cela permet de couvrir de nombreux projets au cœur des enjeux de la Glaz Economie. »

Le plan stratégique 2014-2020 de la Région Bretagne fait en effet la part belle à l'économie innovante, créatrice d'emplois. Porté par le concept de Glaz Economie, il mêle le bleu (l'économie marine), le vert (l'agriculture et l'agroalimentaire) et le gris. Cette couleur est associée à la matière grise évoquant le numérique, les nouveaux modèles collaboratifs mais aussi la silver économie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :