Le Nantes City Lab, une porte d'entrée vers la "smart city"

 |   |  684  mots
Au cours de l'année 2018, neuf projets ont été accompagnés à Nantes, parmi lesquels la construction d'une maison de plain-pied à l'aide d'une imprimante 3D, le projet de navette électrique autonome ou la solution de logistique urbaine qui veut limiter l'impact des livraisons en centre-ville.
Au cours de l'année 2018, neuf projets ont été accompagnés à Nantes, parmi lesquels la construction d'une maison de plain-pied à l'aide d'une imprimante 3D, le projet de navette électrique autonome ou la solution de logistique urbaine qui veut limiter l'impact des livraisons en centre-ville. (Crédits : Pixabay / CC)
Voulu pour favoriser le rapprochement entre les acteurs de l'innovation d'usages en leur offrant le territoire métropolitain comme terrain d'expérimentation grandeur nature, le Nantes City Lab a labellisé et accompagné neuf projets en un an. Dix autres pourraient l'être en 2019.

Au même titre que les "Grands débats" sur la Loire et la transition énergétique, ou la plateforme citoyenne Nantes & Co, voulus pour favoriser et libérer la parole des habitants, le Nantes City Lab est l'outil mis en oeuvre par la métropole pour faire émerger l'innovation urbaine. Une porte d'entrée vers la smart city.

Ouvert aux grands groupes, aux PME, aux startups, aux associations, aux collectifs d'entrepreneurs, aux laboratoires de recherches et aux universitaires, ce dispositif, qui fut l'un des premiers de ce genre à voir le jour en France, a ses règles propres. Il doit porter un projet innovant et collaboratif, tourné vers les enjeux de la ville facile, à travers la transition énergétique, le développement économique et de l'emploi.

Au cours de l'année 2018, neuf projets ont été accompagnés parmi lesquels la construction d'une maison de plain-pied à l'aide d'une imprimante 3D, le projet de navette électrique autonome ou la solution de logistique urbaine qui veut limiter l'impact des livraisons en centre-ville. De son côté, la collectivité s'engage « à faciliter les liens avec ses services et à étudier les modalités d'implication citoyenne qui peuvent accompagner le projet ».

Ce qui le caractérise, c'est surtout son état d'esprit. Il n'y a ni sélection ni perdant. Les projets sont matures ou non. En revanche, les solutions ne doivent pas déjà exister. L'expérimentation doit consolider un nouveau service et créer de la valeur. Ce doit être un produit assez mature dans l'espace public, avec un début, une fin et des indicateurs d'évaluation. Un grand groupe, une association ou une startup ne peut venir seul. Les projets sont portés par au moins deux acteurs ou un consortium, pour des périodes de trois, six ou douze mois.

Faire travailler ensemble public et privé

« Sans le Nantes City Lab, le projet de navette électrique autonome aurait été impossible à mener. Et c'est ce qui nous a incités à le développer à Nantes. Outre sa caution morale, il a été un vrai catalyseur pour travailler et rencontrer les nombreux services (voirie, port, sécurité, etc.) concernés par la démarche. Ça nous a permis de travailler transversalement avec des gens plutôt habitués à travailler en silo, et en réponse d'appel d'offres ce qui n'était pas le cas ici », observe Stéphane Gervais, directeur de l'innovation stratégique du groupe Lacroix.

Et d'ajouter :

« Travailler avec une métropole présente des avantages et des inconvénients Maintenant, ce n'est pas parce que le Nantes City Lab valide que ça va se faire. Si la métropole nous laisse notre indépendance, nous avions un peu sous-estimé l'inertie des services de l'État. C'est en tout cas un bon moyen d'améliorer les relations de travail entre la métropole, l'État et les privés. »

« L'état d'esprit, c'est aussi une gouvernance ouverte, précise Francky Trichet, adjoint à la ville de Nantes et conseiller métropolitain en charge du numérique de l'innovation. Ainsi, ce n'est pas la collectivité qui décide de labelliser ou non, mais un comité d'évaluation et de maturation composé de représentants de l'enseignement et de la recherche, des collectivités, des grands groupes, de startups, d'associations d'usagers... À l'avenir, on va y ajouter les bailleurs sociaux, concernés par de nombreux projets. » Trente-huit nouveaux projets seraient ainsi à l'étude ou en cours de maturation.

___

Par Frédéric Thual,
correspondant pour La Tribune dans les Pays de la Loire.

___

ENCADRE

Un forum le 20 septembre

La Tribune, Nantes Métropole, et la chaire ETI (Entrepreneuriat territoire innovation) de l'IAE Paris-Sorbonne Business School, dont ce sera lancement du hub nantais, organisent le 20 septembre à l'Atlanbois de Nantes un forum intitulé "Nantes City Lab, l'expérimentation grandeur nature".

Le dispositif Nantes City Lab est à la fois simple et ambitieux : c'est tout le territoire de la métropole qui devient le terrain d'expérimentation pour votre innovation. Des regards croisés seront proposés entre les approches du territoire nantais et celles de territoires internationaux (Sao Paulo, Medellin, San Francisco, Berlin).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :