Régionales : Le Drian et le PS en tête en Bretagne malgré la poussée FN

L'actuel ministre de la Défense engrange 34,92% des voix face à Marc Le Fur (LR) 23,46% et à Gilles Pennelle (FN) 18,17%.

2 mn

Jean-Yves Le Drian
Jean-Yves Le Drian (Crédits : Reuters)

La Bretagne reste fidèle à son profil de terre démocrate-chrétienne : dimanche prochain, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian pourrait permettre au à un PS en déroute de sauver la mise. Élu à la tête de la région depuis 2004, celui qui était le grand favori des sondages, fait office de grand vainqueur en ce premier tour du 6 décembre.

Crédité de 34,92 % des suffrages, il dépasse près de douze points d'écarts sur son  principal rival Marc Le Fur ( LR-UDI-MODEM) qui totalise un score décevant de 23,46 % des voix.  Avec 18, 17% des voix, le FN se maintient au second tour en multipliant par trois son score de 2010. Mené par Gilles Pennelle, il s'inscrit dans une dynamique nationale mais réalise quand même son plus faible score en France métropolitaine.

Fiasco pour EELV

Pour EELV, le premier tour à viré au fiasco. Crédité de 6,70 %  des votes, le parti  ne sera pas présent au deuxième tour et son chef de file René Louail a prévu de discuter avec les équipes de Jean-Yves Le Drian dans la semaine à venir. EELV a été aussi devancé par les régionalistes de la liste Oui La Bretagne de Christian Troadec (6,71 %) maire de Carhaix et chef de file des Bonnets rouges, qui s'est félicité d'être devenu "la quatrième force politique en Bretagne". Au total, onze listes étaient en lice.

Jean-Yves Le Drian s'est exprimé vers 21 heures depuis son QG de Rennes soulignant que "la Bretagne de la confiance, c'est celle qui refuse le repli sur soi..." Le candidat ministre, dont les rivaux n'ont cessé de fustiger la non-campagne et l'absence de débat depuis les attentats du 13 novembre, a salué sa liste de rassemblement. "Nous sommes des socialistes, des communistes, des radicaux, des régionalistes, des écologistes. C'est une liste de femmes et d'hommes de la vie économique et culturelle de notre région qui se retrouvent et se rassemblent."

Appel à "un sursaut des Bretons"

En face Marc Le Fur n'a pas caché sa déception, et accusé des "résultats pas à la hauteur" de ses espérances. "Nous avions un candidat qui parlait du Moyen-Orient et un autre qui parlait des banlieues, nous nous avons parlé des Bretons et des Bretonnes", a-t-il fait valoir en appelant à un "sursaut des Bretons".

Pour ces élections régionales, 2,4 millions d'électeurs bretons sont appelés à se prononcer pour élire 83 conseillers. Les enjeux de ce scrutin portent principalement sur les questions de développement économique et d'emploi, alors que la Bretagne est marquée par une crise des filières traditionnelles agroalimentaire et automobile. Le développement durable et la transition énergétique ainsi que les écarts entre l'est et l'ouest du territoire, entre les zones rurales ou périurbaines fragilisées  et les plus grandes villes, sont aussi au cœur du débat.

2 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 07/12/2015 à 11:31
Signaler
De qui se moque-t-on:no 24 sur la liste Le DRIAN,MMe LEBRANCHU,ministre.Elle n'a pas mieux a faire????

à écrit le 07/12/2015 à 7:32
Signaler
on ne voit pas en quoi des socialistes sont des democrates chretiens !!!! quelle vile propagande un lendemain de torchee monumentale!!! vous confondez avec la CDU, qui elle ne fait pas du nivellement par le bas et ne renie pas ses origines chretienn...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.